Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par Mme PETIT, M. CHERKI, les groupes Communiste - Front de Gauche et Ecologiste de Paris relatif à la privatisation du ménage dans les bibliothèques. Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2018


 

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Nous passons à l'examen de v?ux non rattachés. Les v?ux référencés nos 41 et 41 bis sont relatifs à la privatisation du ménage dans les bibliothèques.

Je donne la parole à Nicolas BONNET-OULALDJ, non, à Raphaëlle PRIMET pour le groupe Communiste - Front de Gauche. Deux minutes.

Mme Raphaëlle PRIMET. - Madame la Maire, mes chers collègues, nous avons déposé ce v?u suite à l'annonce de la généralisation de l'externalisation du ménage dans 17 nouvelles bibliothèques, décision qui a été prise sans concertation avec les organisations syndicales de la DAC, qui sont pourtant impactées par ce changement.

Dans les établissements comme Yourcenar ou Duras, qui ont déjà externalisé leur service de ménage, on a pourtant constaté une baisse de la qualité des prestations. Nous avons d'ailleurs reçu des photos de la bibliothèque Italie, qui montraient que le ménage laissait à désirer. Je vous rappelle l'importance de la propreté, de l'hygiène et du confort pour obtenir le label "QualiParis".

Les conflits dans les entreprises de nettoyage privées nous ont montré depuis le début de la mandature dans quelles conditions les salariés y travaillent en général. Ils sont souvent maltraités, mal équipés, pas assez nombreux et doivent intervenir vite sur plusieurs sites.

Vous nous dites que ce nouveau marché qui concerne la société "Nickel" donne de bonnes garanties sociales. Soit. Nous avons d'abord craint, comme nous le disons dans le v?u, que ces externalisations correspondent à de nouvelles privatisations. Vous nous assurez qu'il n'en est rien et qu'il s'agit juste de réorganisations permettant de lutter contre le travail isolé des agents. Si nous actons comme un premier pas la volonté dans le v?u qui va être fait en réponse à notre v?u, le fait qu'il n?y ait ni maintenant ni plus tard de modifications de l'équilibre entre privé et public dans le domaine du nettoyage, nous ne nous en satisfaisons pas, car cela ne répond pas au souci des agents des bibliothèques, qui souhaitent travailler en équipe avec les agents de ménage de manière plus efficace et plus proche des besoins. Nous pensons qu'à terme nous pourrions réinternaliser l'ensemble de ces agents. Je vous remercie.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Merci.

Pour répondre, je donne la parole à Christophe GIRARD, pour deux minutes.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Chers collègues, merci beaucoup pour cette présentation, Madame PREMEL. Je connais? Pas Mme PREMEL, je sais. Elle est devant vous. Mais je sais. Je connais votre position, qui est de rêver d'un service public de propreté totalement municipalisé. C'est un point de vue, ce n'est pas celui que nous portons à ce stade. J'avais d'ailleurs répondu sur ce point à Danielle SIMONNET à qui j'avais soumis ma réponse, et comme je l'avais indiqué à l'époque, le nettoyage des locaux de la Ville fait l'objet d'une réflexion d'ensemble de la part de la Direction de l'immobilier, de la logistique et des transports, dite DILT. Nous sommes évidemment soucieux à la fois d'une bonne répartition des moyens en efficacité, en cohérence, mais particulièrement soucieux - et c'est là que je vais évidemment insister - des conditions de travail des agents concernés. La réorganisation en cours permet ainsi de lutter contre le travail isolé, qui est souvent pour les agents une condition de travail dégradée, car ils travaillent seuls, et d'améliorer sensiblement les conditions de travail des agents municipaux et ce, sans modifier l'équilibre actuel en matière de répartition des surfaces traitées en régie et par des prestataires extérieurs. Je n'aime pas beaucoup qu'on dise "privatisation". En effet, une entreprise privée, elle travaille, elle respecte le Code du travail et elle a des agents qui sont des professionnels. La réorganisation en cours permet ainsi de lutter contre le travail isolé et d'améliorer les conditions de travail. En effet, dans ce cas précis, les agents affectés aux bibliothèques ont été regroupés sur le site administratif de Mazas, dans le 12e arrondissement, ce qui a permis d'abord de reprendre la totalité du nettoyage du site en régie - c'est dans le sens de ce que souhaite Raphaëlle PRIMET - et pas PREMEL, voilà -, ce qui a évidemment renforcé le service public. Ensuite, je reconnais néanmoins une faiblesse d'information des organisations syndicales, en particulier de la Direction des affaires culturelles, auxquelles je propose de remédier rapidement, car en effet on a peut-être manqué d'explications.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Cher Christophe, il va falloir conclure.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Oui, je me rendais à la conclusion de ce pas. Cela fait partie des attendus du v?u de l'Exécutif qui vous est soumis. Je vous demande de le lire, de bien vouloir l'accepter et de vous retirer. Merci beaucoup.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Merci.

Raphaëlle PRIMET, maintenez-vous le v?u ?

Mme Raphaëlle PRIMET. - Nous maintenons notre v?u et nous voterons quand même celui de l'Exécutif.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - D?accord.

Je suis saisie d?une demande d'explication de vote par le groupe Ecologiste de Paris. Monsieur CONTASSOT, vous avez la parole.

M. Yves CONTASSOT. - Merci, Madame la Maire.

Effectivement, comme l?a dit Christophe GIRARD, il y a eu des petits soucis d'information, doublement, je dirais, car il a évoqué le manque d'information des personnels de la DAC et les élus auraient aussi aimé être mieux informés dans le cadre de la commission d'anticipation des achats, de manière à ce que l'on ne découvre pas a posteriori, ce matin, le cahier des charges. Il aurait été un peu mieux, là aussi, que l?on puisse avoir les informations très en amont. C?est le premier point.

Le deuxième, c?est ce que je suis un peu surpris de l'argument des travailleurs isolés, ils travaillent pendant les horaires de travail de leurs collègues de la DAC, ils sont isolés en tant qu?agents DILT, mais sont quand même au milieu d'autres agents de la Ville qui appartiennent à la DAC. Je pense qu'il peut y avoir d'autres raisons, mais celle-ci ne semble pas suffisante en tant que telle.

Je peux comprendre d'autres motivations, mais je crois que là encore, l'information et la coordination entre directions sera une excellente chose et que l'on sorte de cette approche en silo pour faire un peu de transversalité et nous voterons évidemment le v?u de l'Exécutif.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - La parole est à Mme Danielle SIMONNET, pour une explication de vote sur ces v?ux.

Mme Danielle SIMONNET. - Je voterai le v?u du groupe Communiste - Front de Gauche et je voudrais vous rappeler une chose au sujet des travailleurs isolés, en fait la revendication est qu'il n'y ait pas, quand ils sont fonctionnaires, de personnel qui assure le nettoyage seul dans un établissement. Ils souhaitent également que lorsqu'on a recours aux entreprises privées, il y ait les mêmes conditions de travail et que les personnes ne soient pas non plus en situation d'isolement. J'entends bien, Monsieur l'adjoint, vous avez répondu à ma question d'actualité, que la réorganisation des lots faisait qu'il n'y avait pas de nouveau recours au privé, mais que c'était juste une réorganisation là où nous avions recours au public ou au privé. Mais le problème est que la question de l'égalité des conditions de travail, qu'on ait recours au privé ou aux fonctionnaires, se pose toujours.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Merci.

Après ces explications de vote, je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par Mme PETIT, M. CHERKI, les groupes Communiste - Front de Gauche et Ecologiste de Paris, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

Je mets maintenant aux voix, à main levée, le projet de v?u déposé par l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

Le projet de v?u est adopté. (2018, V. 286).

Je vous remercie.