Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains et Indépendants relatif à la parcelle située 10, rue Vauquelin (5e).

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2018


 

M. Nicolas NORDMAN, adjoint, président. - Le v?u n° 122 est relatif à la parcelle située 10, rue Vauquelin, dans le 5e arrondissement. La parole est à Mme Florence BERTHOUT.

Mme Florence BERTHOUT, maire du 5e arrondissement. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, l?E.S.P.C.I. est un fleuron de l'enseignement supérieur. Il va bénéficier d'un programme de réhabilitation et d'extension de ses locaux dans les prochains mois, programme sans précédent de 176 millions d?euros.

Cette restructuration va conduire à libérer une parcelle de 7.500 mètres carrés ou plus exactement, si on ne parle pas de parcelle, un volume de 7.500 mètres carrés, rue Vauquelin et rue Pierre-Brossolette, qui sera, après les travaux, libre de toute occupation. Les riverains, les parents d'élèves des écoles voisines sont inquiets sur beaucoup de sujets qui touchent évidemment aux conditions d'organisation de ces travaux. J'ai piloté avec Mme la Présidente de l?E.S.P.C.I., Marie-Christine LEMARDELEY, une réunion dernièrement. Il y a 11 recours gracieux. Il y a en tout cas une inquiétude à laquelle nous pourrions répondre assez facilement, celle qui porte sur la protection enseignement supérieur et recherche dans le plan local d'urbanisme. C'est l'objet de mon v?u. Je demande que la Mairie de Paris, même si cela n'est pas d'ailleurs forcément une tradition, s'engage à modifier le P.L.U. afin d'inscrire cette parcelle au titre du C.I.N.A.S.P.I.C., c'est-à-dire des constructions et installations nécessaires au service public ou d'intérêt collectif. Derrière, bien sûr, ce qui est en jeu, c'est notre capacité à confirmer la vocation enseignement supérieur, à la fois de l?E.S.P.C.I., de toutes ses parcelles, y compris celles qui seront libres de toute occupation, et au-delà de l'E.S.P.C.I., la vocation multiséculaire enseignement supérieur et recherche de la Montagne Sainte-Geneviève. Je vous remercie.

M. Nicolas NORDMAN, adjoint, président. - Merci, Madame BERTHOUT.

Pour vous répondre, la parole est à M. MISSIKA.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint. - Merci, chère Florence BERTHOUT.

Vous connaissez mon attachement à l'Ecole supérieure de Physique et de Chimie industrielle. J'ai eu l'honneur de présider son Conseil d'administration pendant les 6 ans du mandat précédent, ainsi que l'attachement de Marie-Christine LEMARDELEY qui préside également aujourd'hui le Conseil d'administration de cette école. Je sais que vous êtes également attachée à cette école, que vous soutenez à nos côtés le projet dit Objectif Campus E.S.P.C.I. 2023, qui est l?un des grands projets de la mandature.

Mon sentiment que la parcelle concernée doit rester consacrée à l'enseignement supérieur et à la recherche ne date pas d?hier ; j'ai toujours défendu cette position. Votre v?u ne me pose donc pas de problème particulier.

Je voudrais tout de même juste rappeler l'histoire de cette parcelle. Un site historique édifié en 1882, agrandi dans les années 1930 et en 1990. Aujourd'hui, nécessité d'une réhabilitation complète. Les locaux sont vétustes et ne sont pas adaptés aux standards d'excellence de l'école et aux méthodes scientifiques du XXIe siècle. Au-delà de l?E.S.P.C.I., d?ailleurs, nous partageons avec vous l'analyse selon laquelle la Montagne Sainte-Geneviève est identifiée notamment comme le lieu des savoirs et des connaissances. C'est aussi pour cela que nous avons pastillé, lors de la précédente mandature, le site de l'Ecole AgroParisTech, rue Claude-Bernard. D'ailleurs, nous avons bien fait, car sans cela ce bâtiment aurait été vendu à l?encan.

Il est ainsi fondamental que l?E.S.P.C.I., une école de la Ville de Paris dans un bâtiment appartenant à la Ville de Paris, se développe comme une école d'excellence, comme elle le fait depuis maintenant plus de 130 ans. Le projet de rénovation de l'école ne concerne pas l'ensemble des mètres carrés de la parcelle, et la position de l'Exécutif a toujours été de préserver la destination enseignement supérieur et recherche de cette parcelle dans sa globalité.

Vous vous faites l'écho de l'inquiétude de certains riverains. Je m'interroge sur cette inquiétude, car jamais la Ville de Paris n'a dit qu'elle utiliserait cette parcelle à autre chose qu?à de l'enseignement supérieur et de la recherche. Toutefois, si, pour calmer cette inquiétude, il faut modifier le P.L.U. afin d'inscrire au titre du C.I.N.A.S.P.I.C. la parcelle située 10, rue Vauquelin dans un périmètre de localisation pour l'enseignement supérieur et la recherche, eh bien, nous le ferons. J'émets donc un avis favorable à votre v?u.

M. Nicolas NORDMAN, adjoint, président. - Merci, Monsieur MISSIKA.

Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 122 avec un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est adopté. (2018, V. 328).