Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

22 - 2001, ASES 134 G - Création, à titre expérimental, d'un numéro vert d'appel anonyme et gratuit, pour l'information des Parisiennes et des Parisiens sur la sexualité, la contraception, la prévention et l'I.V.G., confié par voie de convention à l'association parisienne du "Mouvement français pour le Planning familial"

Débat/ Conseil général/ Septembre 2001


Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Chers collègues, nous passons au dossier ASES 134 G, page 9 de l'ordre du jour. Il s'agit de la création à titre expérimental d'un numéro vert d'appel anonyme et gratuit pour l'information des Parisiennes et des Parisiens sur la sexualité, la contraception, la prévention et l'I.V.G., numéro vert confié par voie de convention à l'association parisienne du "Mouvement français pour le Planning Familial".
Nous avons une oratrice inscrite, Mme CALANDRA.
Mme Frédérique CALANDRA. - Merci, Madame la Présidente.
Mes chers collègues, j'interviens ici au nom du groupe socialiste, mais je pense me faire l'écho d'une opinion plus générale, pour dire qu'on ne peut que se féliciter de la convention passée entre le Planning familial et la Ville de Paris pour le lancement et la gestion d'un numéro vert destiné à informer le public sur la sexualité, la contraception et à orienter les personnes vers les structures sanitaires et sociales adaptées.
Cette action s'inscrit dans le cadre de la politique active que mène le Département de Paris en matière de prévention et d'information pour tout ce qui touche à la contraception, les maladies sexuellement transmissibles, la sexualité et l'interruption volontaire de grossesse.
Le constat qui a amené la mise en place de ce dispositif est le suivant.
Tous les relais d'observation de la Santé publique notent un retour en force inquiétant des M.S.T., de la syphilis et, plus généralement, des comportements à risques, et ce dans toutes les tranches de population et dans toutes les catégories d'ége. De nombreux observateurs qualifiés parlent d'attitude de relapse pour ce qui touche à la transmission du V.I.H., mais on peut également s'inquiètentr du recul du niveau de connaissance en matière de contraception remarqué chez les moins de 25 ans et même, pour dire plus - cela a fait l'objet de nombreux débats récemment - d'attitudes sexuelles agressives entre jeunes, à imputer, entre autres, à l'ignorance et au manque de respect mutuel.
C'est l'amélioration de l'information en matière de contraception qui fera baisser le nombre d'I.V.G., notamment par une information continue ciblant les jeunes générations. Ce dispositif conçu pour être facilement accessible comblera donc un vide.
Ce numéro vert est expérimental et durera une année à partir de la date à laquelle il sera opérationnel. Il s'agit d'une convention-cadre d'un an renouvelable selon l'évaluation et le bilan qui en seront faits. Il s'agit en effet de constater que cela répond à une demande effective.
Le numéro vert est conçu comme un dispositif d'écoute et d'orientation sur tous les sujets concernant la sexualité et permettra de répondre à des publics touchés par les violences, le Sida et les M.S.T. Il faut d'ailleurs à cet égard, parlant des situations de violence, nous interroger particulièrement sur la situation des jeunes filles issues de l'immigration, qui est, à cet égard, tout à fait préoccupante.
Ce numéro vert n'est pas restrictif aux appels provenant de Paris. L'association parisienne, à qui le Département de Paris délégue ce dispositif, s'engage à une stricte neutralité des associations vers lesquelles elle dirigera le public. Bien entendu, les personnes appelantes conserveront leur anonymat.
Un dispositif d'évaluation de ce numéro vert est donc prévu afin de pouvoir quantifier les appels, évaluer leur nature et celle du public appelant.
La plage horaire de fonctionnement de ce numéro vert sera large, de 9 heures 30 à 19 heures 30 en semaine ainsi que le samedi matin. Cette amplitude est indispensable et gage de réussite de l'expérience. En effet, d'autres numéros verts, dans des domaines similaires, ont connu des échecs du fait d'une plage horaire trop restrictive. On se doute qu'un certain nombre de publics ne peuvent appeler que dans des conditions, je dirai, un peu acrobatiques, en tout cas en se cachant et dans des plages horaires qui ne correspondent ni à celles du travail, ni à celles de la présence à l'école, au lycée ou à l'université.
La réception des appels sera assurée par deux conseillères conjugales et familiales placées sous le contrôle technique d'une coordinatrice du Mouvement français pour le Planning familial. Ce mouvement est bien connu de vous tous, je n'en fais pas la description, mais sa direction du projet est un gage de sérieux, de technicité et de connaissance des sujets abordés.
Enfin, bien entendu, un budget est prévu pour financer cette action, qui est de 1 million de francs pour cette année, et une communication adaptée sera mise en place afin de faire connaître largement ce numéro vert.
Je voudrais, en guise de conclusion, apporter, si j'ose dire, une touche un peu personnelle. Quand j'étais au lycée, j'ai été extrêmement frappée de la détresse dans laquelle était plongées un certain nombre de mes congénères, éléves de ce lycée qui se retrouvaient enceintes à 15-16 ans, extrêmement jeunes, du fait d'un manque d'information. J'ai voulu, à cette époque, monter une antenne du Planning familial dans le lycée, je me suis heurtée à une opposition extrêmement vive de tout un tas de groupes et de lobbies. Je constate aujourd'hui encore qu'en France nous sommes assez stationnaires sur ces questions d'information sur la contraception et que nous avons toujours un taux d'I.V.G. beaucoup trop élevé par rapport aux possibilités que nous aurions de le faire reculer grâce à une contraception beaucoup plus étendue.
(Applaudissements sur les bancs du groupe socialiste et radical de gauche, communiste, "Les Verts" et du Mouvement des citoyens).
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente, au nom de la 5e Commission. - Mme CALANDRA a fort bien exposé l'originalité de cette démarche qui prend appui sur l'expérience du Mouvement français pour le planning familial, qui est portée par la première adjointe, Mme HIDALGO et à laquelle le Maire de Paris attache aussi beaucoup d'importance.
Nous ferons cetteévaluation au bout d'un an. Pour ma part, je peux témoigner qu'en effet il y a un nombre de grossesses très précoces chez des jeunes mineures qui est préoccupant et que tout doit être fait pour que cette information soit le plus largement possible diffusée afin que des jeunes femmes et des femmes ne se trouvent pas dans cette situation de devoir recourir à l'I.V.G., ce qui est toujours une décision extrêmement lourde à porter.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération ASES 134 G.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Qui s'abstient ?
Le projet de délibération est adopté. (2001, ASES 134 G).