Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

relatif aux travaux dans la cité scolaire Gabriel Fauré (13e).

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2018


 

Mme Afaf GABELOTAUD, adjointe, présidente. - Nous examinons le v?u référencé n° 169 relatif aux travaux de la cité scolaire Gabriel Fauré, dans le 13e arrondissement.

La parole est à M. AQUA.

M. Jean-Noël AQUA. - Merci.

Madame la Maire, mes chers collègues, la tâche de faire des travaux dans une cité scolaire en activité est complexe et délicate. En même temps, des travaux lourds sont souvent nécessaires pour fournir des locaux dignes, à la hauteur de la mission des lieux : transmettre aux élèves les savoirs qui leur permettront d'être acteurs de leur vie. La cité scolaire Gabriel Fauré, dans le 13e, a besoin d'importants travaux de rénovation. C'est une importante cité, avec 16 classes de collège et un lycée. Nous en avons déjà parlé ici. Une opération de travaux lourds est enclenchée sous la maîtrise d'?uvre de la Région. Où est donc le problème ? L'absence de transparence de la Région et d?information de la communauté éducative. Tout le monde est à égalité, mais égalité dans l'ignorance. De la direction de la cité aux enseignants, aux parent d'élèves, la Région refuse de répondre aux questions sur le déroulé des travaux pour septembre. Fin juin, la communauté éducative ne sait toujours pas le nombre de mètres carrés et de classes qui seront disponibles à la rentrée en septembre. Ils ont aussi de nombreuses interrogations sur la restauration et autres. Le résultat, une inquiétude bien légitime, une surcharge de travail et des tensions naissantes.

Pourquoi ce mépris de la communauté éducative ? On a du mal à comprendre l'enjeu politique, si ce n'est de mener des travaux en bons vieux technocrates en décidant dans des tours d?ivoire éloignées des usagers et principaux concernés, histoire de s'épargner peut-être le temps de la concertation et de la négociation.

On entend souvent Mme PÉCRESSE et ses élus les Républicains et alliés présents dans cette Assemblée se répandre dans les médias sur le manque de concertation de la Ville. Force est de constater que leur gestion concrète leur enlève toute possibilité de donner la moindre leçon.

Par notre v?u, nous demandons que la Région transmette enfin des informations fiables sur le chantier, mais aussi et surtout que des solutions concrètes pointées par la communauté éducative, comme en particulier sur la surélévation de préfabriqués existants, soient enfin sérieusement envisagées pour résoudre une situation inextricable, dans laquelle la Région plonge cette cité scolaire. Je vous remercie.

Mme Afaf GABELOTAUD, adjointe, présidente. - Merci.

La parole est à M. Patrick BLOCHE pour répondre.

M. Patrick BLOCHE, adjoint. - Nous avons déjà évoqué cette question et ce sujet important lors de la dernière séance du Conseil de Paris, puisqu'un v?u présenté par Jérôme COUMET, maire du 13e arrondissement, et par son adjointe en charge des affaires scolaires, Annick OLIVIER, avait été voté par notre Conseil.

Je vous remercie, Jean-Noël AQUA, et je remercie votre groupe d'exprimer à nouveau à l'occasion de cette séance du Conseil de Paris notre souci commun pour faire bouger la Région, sur l'enjeu que vous portez au sujet, effectivement, des travaux prévus dans la cité scolaire Gabriel Fauré.

Je veux vous dire la mobilisation sans faille de la mairie d'arrondissement, mais aussi de la Mairie de Paris et évidemment de la DASCO. Depuis la dernière séance du Conseil de Paris, j'ai écrit le 5 juin à la vice-présidente de la Région en charge des lycées afin de lui proposer de faire le point avec nos directrices et directeurs d'administration respectifs, sur l'ensemble des sujets que nous avons en partage dans le domaine scolaire. A ce jour - nous sommes le 4 juillet aujourd'hui -, je n'ai toujours pas eu de réponse ni de signe de la Région. Je voulais vous dire combien je partage votre souci que nous soyons collectivement engagés pour inciter la Région Ile-de-France à plus de transparence et de dialogue et, évidemment, à prendre ses responsabilités en ce domaine. Par contre, nous ne souhaitons pas à ce stade nous substituer aux services techniques de la Région quant au choix de la solution technique à retenir. C'est la raison pour laquelle je me suis permis de légèrement amender votre v?u. Si vous l'acceptez, j?y donnerai bien sûr un avis favorable.

(M. Mao PENINOU, adjoint, remplace Mme Afaf GABELOTAUD au fauteuil de la présidence).

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Vous acceptez, Monsieur AQUA ? Merci.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe Communiste - Front de Gauche, amendée par l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u amendée est adoptée. (2018, V. 416).