Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2018 DLH 166 - Participation financière au projet innovant de détection des punaises de lit.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2018


 

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Nous allons maintenant examiner le projet de délibération DLH 166 à propos de la question de la détection des punaises de lit.

Je donne la parole à M. Christian HONORÉ.

M. Christian HONORÉ. - Monsieur le Maire, nous allons voter ce projet de délibération qui porte sur un projet innovant de détection des punaises de lit.

Ce projet de délibération reprend ce que nous disons depuis des mois et des mois, sinon des années, il y a urgence.

Dès le 16 juin 2014, j'intervenais avec Pierre-Yves BOURNAZEL pour signaler ce problème plus particulièrement dans les logements sociaux du 18e arrondissement, je citais le 93, rue de la Chapelle et l'ensemble immobilier Charles-Hermite.

Nous demandions une campagne d'information et de sensibilisation. Nous demandions que les bailleurs sociaux prennent en charge la désinsectisation des immeubles, car l'opération a un coût élevé, et le locataire n'en a souvent pas les moyens.

A plusieurs reprises, nos collègues sont également intervenus, comme par exemple Éric AZIÈRE en février de cette année. Vous nous avez proposé de nouveaux moyens, efficaces, disiez-vous, qui allaient régler ce problème. Nous avons toujours soutenu vos démarches.

Vous, en 2014, vous avez balayé notre demande d'un revers de la main. Que de temps perdu, mes chers collègues, que de temps perdu ! La situation perdure. De nombreux locataires de logements sociaux se plaignent encore aujourd'hui. Chez certaines personnes, et les enfants en particulier, la présence des punaises entraîne des troubles de santé parfois importants. Pour se protéger, ils dépensent des sommes conséquentes, quand ils le peuvent, vous le savez bien. Si j'en juge par ce que nous disent les locataires du parc social, la mobilisation des bailleurs sociaux, malgré ce que vous dites, n'est pas à la hauteur du problème et vous, vous n'êtes pas assez énergiques. Je me vois contraint de vous le dire. Par conséquent, je vous le répète, nous allons voter ce projet de délibération mais de grâce, qu'on en finisse avec ce problème. Je vous remercie.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Je vous remercie.

La parole est à M. Éric AZIÈRE.

M. Eric AZIÈRE. - Merci, Monsieur le Maire, mes chers collègues.

Je remercie Christian HONORÉ d'avoir rappelé l'antériorité de nos interventions sur ce sujet. Mais je voudrais surtout souligner la convergence de points de vue qui fait qu'aujourd'hui, véritablement, on a progressé sur l'éradication, sur la volonté commune d'essayer d'éradiquer ce problème des punaises de lit qui sont un véritable fléau pour nos concitoyens qui y sont confrontés.

Comme vous le savez, elles prolifèrent vite, leur détection comme leur éradication sont compliquées et coûteuses et, surtout les effets pour ceux qui en subissent les nuisances, sont absolument cauchemardesques : réactions allergiques, troubles du sommeil, anxiété, jusqu'à l'isolement social.

Je voudrais aussi remercier la prise de conscience de l'Exécutif, récente certes, mais à travers Ian BROSSAT qui a compris qu'il fallait en faire une priorité sans esprit polémique, qui l'a inscrite à l'ordre du jour d'une réunion du Comité inter-bailleurs.

A cette occasion, les bailleurs sociaux ont pris la mesure de cette infestation que connaît Paris depuis 2010. 30 % des immeubles de la R.I.V.P. contiennent un logement touché par ce phénomène, tous les quartiers sont concernés, ce n'est pas un problème politique. Leur implication dans la recherche de nouveaux moyens de détection et de traitement est donc indispensable, et le financement qui va leur être octroyé est donc une aide absolument essentielle.

Si les moyens de détection peuvent connaître des améliorations, je rappelle l'importance aussi, et nous l'avons souligné au Comité inter-bailleurs avec Ian BROSSAT, de l'information et de la prévention des Parisiens sur ce phénomène. Il s'agit surtout d'informer et de ne pas en rougir, ce n'est pas infamant d'avoir des punaises de lit, c'est simplement un véritable fléau. J'avais formulé, dans le v?u adopté par le Conseil de Paris en février dernier, que la Ville déploie une campagne de prévention et de communication sur ce phénomène, et cela a été fait. Je remercie encore les gestionnaires des lieux exposés, les gardiens d'immeubles de logements sociaux. Partout, dans nos immeubles, les lieux où la rotation des occupants est importante, c'est cela qui est un des facteurs de prolifération des punaises de lit, et aussi je pense aux hôtels, aux meublés de tourisme, aux équipements culturels et de santé sur lesquels il faut évidemment faire porter cette préoccupation. J'insiste sur les meublés de tourisme. On pourrait d'ailleurs imaginer que, lors de la procédure d'enregistrement des loueurs de meublés touristiques, s'affiche sur la page web un message de recommandation sur la question des punaises de lit, avec éventuellement un numéro à appeler ou un lien vers les informations sur ce sujet. En tout cas, le soutien à la recherche et à l'innovation semble pour l'heure une bonne manière pour la Ville de prendre ce problème à bras-le-corps, raison pour laquelle nous voterons ce projet de délibération.

Je vous en remercie.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Je vous remercie. Pour vous répondre, la parole est à Ian BROSSAT.

M. Ian BROSSAT, adjoint. - Monsieur le Maire, chers collègues, cher Christian HONORÉ, cher Eric AZIÈRE, ce projet de délibération concerne - vous l'avez très justement dit - le financement d'un programme de recherche visant à améliorer la détection des punaises de lit. Pour nous, l'objectif est clair : il s'agit de construire un outil permettant de diagnostiquer et de mieux repérer la présence de punaises de lit en temps réel par prélèvement d'air.

Cette recherche innovante est nécessaire compte tenu du contexte. Paris, comme toutes les grandes métropoles, particulièrement les métropoles touristiques, est confrontée à une recrudescence des punaises de lit, dans le parc privé comme dans le parc social, et également dans les hôtels.

Paris et les bailleurs sociaux sont déjà mobilisés sur ce sujet. De nouveaux traitements ont été expérimentés permettant une plus grande efficacité lors des interventions - traitement par le chaud, traitement par le froid. Les méthodes et la prévention s'affinent pour prévenir la récidive et, par ailleurs, Éric AZIERE l'a dit à l'instant, une communication est réalisée afin de sensibiliser les Parisiens au phénomène et leur permettre d'être informés des bonnes pratiques en la matière. Je tiens d'ailleurs à saluer le travail fructueux effectué par les groupes du Conseil de Paris sur ce sujet, en particulier les suggestions d'Éric AZIÈRE qui nous ont permis de progresser, notamment dans le cadre de notre comité inter-bailleurs. Il s'agit d'un projet de délibération utile sur lequel nous saurons nous retrouver.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Je vous remercie.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 166.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2018, DLH 166).