Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

46 - 1998, JS 335 - Subventions, au titre de 1998, à des organismes locaux des Fédérations nationales sportives. - Montant total : 884.700 F

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 1998


M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Nous allons passer à l'examen du projet de délibération JS 335 accordant une subvention, au titre de 1998, à des organismes locaux des Fédérations nationales sportives.
La parole est à l'orateur inscrit, M. HUBIN.
M. Jean-Philippe HUBIN. - Monsieur le Maire, nous avons là une véritable description à la Prévert de l'ensemble des sports français imaginables. Nous avons même un Comité départemental de vol à voile de Paris. J'espère que ce Comité n'exerce pas ses talents sur le site même de la Capitale. J'ai peur qu'il y ait des accidents.
Nous avons deux Comités de boulistes... d'une part les boulistes, et d'autre part les joueurs de pétanque. Je ne savais pas qu'il y avait un distinguo à apporter entre les boulistes. C'est la boule lyonnaise ?
Elle se pratique aussi à Paris ? C'est une bonne nouvelle. Nous avons le base-ball, la montagne, l'escalade, le canoé-kayak et l'aviron qui sont deux activités très différentes, le badminton, le seul qui n'est pas nommé, c'est le curling et je le regrette.
C'est un sport également très intéressant. Je suggère la création d'une association de défense des curlers de Paris. Tous ces gens touchent des subventions. C'est peut-être bien mais vous avez décidé de les attribuer de façon qui me paraît large et généreuse. En même temps, ils touchent aussi des subventions exceptionnelles. Nous retrouvons encore le Comité de Paris de karaté et arts martiaux, que nous avons déjà vu tout à l'heure qui touche une subvention de 50.000 F, sur laquelle je suis déjà intervenu.
Non seulement ils reçoivent une subvention pour organiser des manifestations mais ils en reçoivent parce qu'ils existent. Il y a peut-être à diminuer l'ensemble de nos dépenses dans ce domaine-là, à les recalibrer, à arrêter les saupoudrages dans tous les sens, à ne plus pratiquer le clientélisme le plus écervelé, et à rester dans nos " bottes " sinon nous ruinerons Paris avec des subventions de ce genre.
M. Pierre GABORIAU, adjoint président. - Je donne la parole à M. CANE.
M. Dominique CANE, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
Je ne veux pas polémiquer avec M. Jean-Philippe HUBIN, je veux simplement répondre par trois petites phrases.
Les organismes locaux des fédérations nationales apportent une contribution indispensable à la pratique sportive parisienne notamment en matière de formation et d'organisation des compétitions.
Ce soutien complète celui que la Ville donne aux associations sportives.
Selon l'organisation propre à chaque fédération, les subventions sont versées soit au Comité départemental, soit au Comité régional, soit à la Ligue régionale, mais toujours en considération de l'activité parisienne de l'organisme.
Merci, Monsieur le Maire.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Merci, cher collègue.
Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération JS 335.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Qui s'abstient ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, le groupe " Union pour la démocratie à Paris " ayant voté contre. (1998, JS 335).