Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2018 DU 154 - Appel à projets "Inventons la Métropole du Grand Paris 2" (15e et 18e).

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2018


 

Mme Afaf GABELOTAUD, adjointe, présidente. - Nous examinons le projet de délibération DU 154 relatif à un appel à projets "Inventons la Métropole du Grand Paris 2" qui concerne les 15e et 18e arrondissements.

La parole est à Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE?

C?est vous, Monsieur GOUJON ? Très bien, je vous donne la parole, Monsieur GOUJON.

M. Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement. - Merci, Madame la Maire.

Le 15e est le seul arrondissement à être lauréat des deux éditions de l?appel à projets "Inventons la Métropole du Grand Paris" en 2016 et cette année. J?en remercie les décideurs, d?abord évidemment pour ce grand concours d?urbanisme qui portera sur trente nouvelles emprises, et le "Inventons n° 1" s?est d?ailleurs engagé déjà pour 7 milliards d?euros d?investissements.

La porte Brancion, à la jonction du 15e et de Vanves, a déjà été sélectionnée par le jury métropolitain et bénéficiera dans dix-huit mois, sur un tronçon recouvert du périphérique d?un réaménagement grâce à "Woodeum" qui construit une résidence étudiante de 150 chambres, une autre pour jeunes salariés, un équipement sportif, une recyclerie sportive, etc.

La Ville de Paris, et je l?en remercie, rénovera la voirie, contribuant à faire de la porte Brancion une véritable entrée de ville et à sécuriser les déplacements des piétons, des cyclistes, grâce à l?élargissement des trottoirs, à la prolongation du Réseau Express Vélo, reliant le c?ur de Paris à Vanves et faisant évoluer la dalle qui recouvre le périphérique.

Lors de ce second appel à projet, nous avons proposé quatre sites qui nous semblaient répondre aux objectifs d?aménagement et à l?ambition de la Métropole du Grand Paris.

La Mairie centrale et la M.G.P. ont alors décidé d?un commun, aidé de mon collègue Daniel-Georges COURTOIS qui est vice-président aussi de la M.G.P., de sélectionner le site du Quai d?Issy, emprise municipale de 2.500 mètres carrés en bordure de la ligne C du RER face à la Seine, emprise à laquelle, et je l?en remercie aussi, la S.N.C.F. a accepté d?adjoindre un terrain contigu de 1.000 mètres carrés qui offrira ainsi l?opportunité de bâtir 25.000 mètres carrés sur 3.500 mètres carrés.

Le choix de ce site constitue une véritable opportunité pour le 15e et s?intègre dans l?arc vert structurant que j?ai impulsé, il y a maintenant quelques années, reliant le parc Georges Brassens au parc Citroën, longeant la Seine et remontant par l?enceinte des Fermiers généraux jusqu?à la gare Montparnasse.

La reconquête des berges de Seine a d?ailleurs commencé et ce choix de la Métropole nous permettra d?accélérer la valorisation des portes du 15e, lancée il y a quelques années, avec d'abord la porte de Sèvres, puis la porte Brancion, bientôt le Quai d?Issy et à plus long terme la porte de la Plaine.

Le lancement de ce projet Quai d?Issy nous incite également à entamer une réflexion globale, à commencer par la modernisation de la station Total, qui servira bientôt du GNV mais qui n?est pas digne de Paris. Au lieu de ce véritable délaissé urbain, concentré de nuisances sonores, de pollution, d?espaces publics dégradés et vieillissant, il nous faut réussir une entrée prestigieuse dans la capitale en bordure du fleuve, dans la prolongation des quais de Seine revalorisés des Hauts-de-Seine. Nous sommes bien placés dans le 15e, voisin d?Issy-les-Moulineaux pour savoir que les entreprises ne s?implantent que si elles se sentent désirées et aidées.

Ainsi, l?inauguration du siège de Colas, de La Poste, de la SMABTP, du Ministère des Armées, de "Quadrans" porte de Sèvres démontre l?attractivité nouvelle de cette partie du 15e en devenir, selon les entreprises elles-mêmes d?ailleurs, qui la qualifient d?une sorte de "Silicone allée".

Outre ce délaissé urbain, je compte sur l?inventivité des groupements qui répondront à l?appel d?offres pour nous faire des propositions audacieuses, tant le quai d?Issy permet à la fois l?émergence d?un bâtiment signal prestigieux et l?implémentation d?usages innovants, comme de l?agriculture urbaine par exemple, sur le souhait de Claire de CLERMONT-TONNERRE.

Le site en entrée de ville à la croisée d?axes routiers, autoroutiers, ferroviaires et fluviaux justifierait aussi la création en sous-sol d?une base logistique novatrice, performante, permettant de réduire l?impact économique et écologique négatif que représentent les livraisons du dernier kilomètre dans une ville aussi dense que Paris.

La création de commerces et de services se justifierait également. Si le Quai d?Issy n?est bordé d?aucun immeuble de logements, il se situe en revanche à proximité immédiate de grandes entreprises, telle France Télévisions, Safran, Microsoft, tout dernièrement Altice-SFR, bien sûr les 10.000 occupants du Ministère des Armées et des milliers de salariés qui trouveraient enfin des services de proximité, et peut-être d?ailleurs, je l?espère, une crèche associative.

L?activité économique doit demeurer au c?ur du projet immobilier. La création d?un incubateur, accompagné peut-être d?un espace de "co-working", d?un "FabLab", répondrait ainsi à des besoins en forte augmentation dans le Sud-Ouest de Paris en complément de bureaux plus classiques qui permettraient l?accueil de grosses P.M.E. innovantes en lien avec les grandes entreprises qui continuent d?arriver massivement.

Et à l?occasion du "Meetup", organisé le 25 juin par la MGP, Patrick OLLIER et Daniel-Georges COURTOIS, plus de 400 entrepreneurs, dont de nombreuses "start-up", ont pu rentrer en contact avec les aménageurs et se positionner sur les différents sites qui étaient organisés.

L?ouverture d?un restaurant panoramique sur le toit-terrasse de l?immeuble permettrait d?animer avantageusement sans doute cette zone déserte.

Le choix de la M.G.P. de sélectionner à nouveau le 15e couronne l?action collective entreprise ces dernières années, visant à dynamiser l?arrondissement en l?ouvrant le plus largement possible aux nouveaux acteurs économiques, sans toutefois bien sûr lui faire perdre son identité.

Je remercie à nouveau les décideurs et je ne doute pas que le Quai d?Issy saura avantageusement concentrer l?ADN du 15e et l?ouverture.

Merci.

Mme Afaf GABELOTAUD, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur GOUJON.

Je donne la parole à M. Didier GUILLOT.

M. Didier GUILLOT n?étant pas là, est-ce que quelqu?un d?autre prend la parole ?

M. CONTASSOT n?est pas là non plus.

Très bien. Donc, je donne la parole à M. Jean-Louis MISSIKA. Non, attendez, il y a Danielle SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET. - Je me disais bien, mais je serai très brève.

J?ai toujours un souci. Après "Réinventer Paris", "Réinventer la Seine", "Inventer la Métropole du Grand Paris 2", autant il est bien sûr fort intéressant de faire travailler différents urbanistes, architectes, partenaires publics et privés à l?évolution de la capitale, autant le problème est que l?énorme absence, c?est la volonté de garder la maîtrise du foncier. Or, la question de la maîtrise du foncier, c?est la question de la souveraineté humaine déterminante de l?ensemble de nos politiques.

Ma question est la même que sur tous les projets "Réinventer Paris" et "Réinventer la Seine" : puisqu?à chaque fois dans le côté où on se gargarise du trafic de came, pour reprendre l?expression précédente d?une autre intervention, pourquoi on n?est pas en capacité d?innover dans la conception de l?urbanisme, et de faire en sorte qu?à chaque fois on soit bien sur un recours à des baux emphytéotiques pour garder la maîtrise du foncier de l?ensemble de ces emprises ?

Là, encore une fois, comme pour la première édition "Inventons la Métropole du Grand Paris", l?objet de l?appel à projets, la section de projets urbains ou de constructions innovantes en vue de leur réalisation à court terme sur chaque site dans le cadre d?un transfert de droits pouvant consister en une vente ou en la conclusion d?un contrat constitutif de droits réels. Donc pourquoi à chaque fois est-ce qu?on pousse sur la logique vente, quand on pourrait être dans une alternative où on maîtrise le foncier ?

On le verra tout à l?heure, puisqu?il y aura des v?ux sur d?autres dossiers qui montrent que quand on parle de "Réinventer la Seine", c?est la vente de l?emprise sur la Seine, là, dans le projet, qu?il s?agisse de Clignancourt, côté puces, de Quai d?Issy ou de chemin du Groslay du côté de Bondy, sur ces emprises propriété de la Ville, pourquoi est-ce qu?on ne maîtrise pas le foncier et que l?on ne recherche pas, du coup, des projets fléchés en fonction de la satisfaction de besoins sociaux, d?impératifs écologiques, mais avec une maîtrise du foncier pour garder cette souveraineté urbaine à long terme ? Je vous remercie.

Mme Afaf GABELOTAUD, adjointe, présidente. - Merci, Madame SIMONNET.

Je donne la parole à M. Jean-Louis MISSIKA pour répondre.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint. - Juste un mot, Madame SIMONNET.

Vous avez sans doute remarqué qu?avant "Réinventer Paris II", nous avons demandé aux candidats de proposer systématiquement deux solutions : une solution en bail et une solution en cession selon la nature du bien. En effet, vous avez parfaitement raison, il y a des biens immobiliers ou des sites que la Ville de Paris ne doit absolument pas abandonner. C?est, par exemple, le cas de Eastman. Il existe, en revanche, des sites où la cession d?une emprise foncière est tout à fait légitime, sauf si l?on pense que la Ville doit posséder la totalité du territoire parisien.

Mme Danielle SIMONNET. - C?est un bel objectif.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint. - Oui, c?est un bel objectif pour vous, mais peut-être pas pour tout le monde. Il me semble que nous avons tenu compte, tout de même, de cette dimension soulignée par le groupe Ecologiste et par vous-même et que nous essayons de le faire systématiquement.

Ce projet de délibération a pour objet d?autoriser la Maire à s?engager dans la démarche "Inventons la Métropole 2" pour trois sites intéressant la Ville de Paris :

- le site de la porte de Clignancourt dans le 18e arrondissement,

- le site du quai d?Issy dans le 15e arrondissement dont Philippe GOUJON vient de parler abondamment,

- un site propriété de la Ville de Paris à Bondy.

Après le succès de "Inventons la Métropole" premier épisode, procédure inspirée de "Réinventer Paris" et compte tenu de la grande qualité des projets reçus à Paris, nous avons décidé de participer à cette deuxième vague et de reconduire ce processus.

Je crois qu?il a permis de faire exister le Grand Paris à travers des projets concrets, que ce soit sur des friches industrielles, à proximité des gares du Grand Paris Express ou dans des zones peu denses qui ont profité de la dynamique de cet appel à projets.

Autour de la Métropole, cet appel à projets unit les territoires, avec l?objectif commun de faire monter en qualité les projets architecturaux et immobiliers et d?expérimenter de nouvelles solutions. La première édition a montré que ces innovations avaient leur place autant à Saint-Denis Pleyel qu?à Courcouronnes ou dans le Centre de Paris.

Les deux sites dans Paris se trouvent, bien sûr, à la bordure de notre ville et en lien direct avec les communes riveraines. Ce sont des entrées de ville particulièrement adaptées à cet appel à projets.

Etant donné leur emplacement particulier à proximité d?infrastructures routières, ces sites ne pourront pas accueillir de logements, mais nous attendons des candidats qu?ils innovent en matière, d?une part, de constructions écologiques, avec une priorité, absolu au "biosourcé" et, d?autre part, qu?ils trouvent des usages intéressants liés, par exemple, à la fabrication locale, à la logistique, à l?artisanat. Le calendrier est serré puisque les équipes doivent remettre des premières manifestations d?intérêts fin juillet. Un premier jury aura lieu à l?automne et le jury final se tiendra en mai 2019. Le Conseil de Paris sera, ensuite, amené à se prononcer sur chacun des projets lauréats. Je vous remercie.

Mme Afaf GABELOTAUD, adjointe, présidente. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 154.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2018, DU 154). V?u déposé par le g