Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2018 DAC 436 - Convention entre la Ville de Paris et le Fonds pour Paris relative à la souscription publique du monument aux morts en hommage aux combattants parisiens morts durant la Première Guerre mondiale.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2018


 

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Nous allons maintenant examiner le projet de délibération DAC 436.

La parole est d'abord à Joëlle MOREL.

Mme Joëlle MOREL. - Merci, Monsieur le Maire.

La Ville de Paris ne disposait pas de monuments aux morts en hommage aux combattants parisiens morts durant la Première Guerre mondiale. Le groupe Ecologiste salue cette initiative de la Ville de Paris pour honorer les 94.415 personnes tombées pour la France. Ce monument sera inauguré à l?occasion du 11 novembre 2018 pour commémorer le centenaire de l?Armistice.

Le groupe Ecologiste sera bien évidemment présent.

L?objet du projet de délibération est la signature de la convention entre la Ville et le Fonds pour Paris. Le Fonds pour Paris a mené une campagne de "crowdfunding" entre septembre et décembre 2016 et a récolté 6.293 euros. Cette somme permettra le financement partiel de ce monument d?un coût total d?environ 500.000 euros. Il sera installé sur le mur extérieur du cimetière du Père-Lachaise, le long du boulevard de Ménilmontant sur 280 mètres de long et 1,30 mètre de haut.

Je souhaite, comme je l?ai déjà fait lors du Conseil du 11e arrondissement, demander à nouveau d?intégrer les riverains des 20e et 11e arrondissements à cette commémoration particulière. Ce sont eux qui vivront quotidiennement, avec ce nouveau monument qui sera particulièrement imposant, et il est donc nécessaire de les associer.

Je regrette que le processus d?implantation de ce monument n?ait pas été construit en amont en toute transparence avec les élus du Conseil de Paris et les arrondissements concernés sous forme de réunions d?information, de concertation et de processus commémoratif participatif avec les habitants du 20e et du 11e.

Beaucoup de riverains ont découvert brutalement un jour d?octobre 2017 l?abattage des 40 ifs, l?arrachage de dizaines d?arbustes et de l?ensemble de la végétalisation des parterres existants. Plusieurs jours après cette intervention, ils ont découvert l?installation de panneaux qui les informaient de la création du monument aux morts.

Cette violence envers les végétaux était inutile et surtout ne s?inscrit pas dans la démarche de la Ville de Paris de favoriser la végétalisation. C?est donc avec stupéfaction que les riverains indignés ont réagi sur les réseaux et lors des conseils de quartier.

Aujourd?hui, le projet de délibération mentionne la création d?un aménagement paysager qui vivra au fil des saisons, avec des fleurs et des pavés enherbés. Nous nous en félicitons.

Toutefois, je renouvelle ma demande d?informer et d?associer les riverains dès la rentrée de septembre : pas seulement pour une information minimaliste sur le site de la Ville, moyen largement insuffisant, non seulement par sa portée restreinte et limitée, mais aussi par la barrière qu?il installe entre les hyper connectés et ceux qui n?ont pas accès à ces moyens d?information. La Ville doit montrer sa réelle volonté de faire du collectif avec les riverains. C?est aussi eux qui doivent être invités à cette inauguration pour les réconcilier avec ce nouvel aménagement. Je vous remercie.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Merci.

La parole est à Nicolas BONNET-OULALDJ.

Non ? Est-ce que quelqu?un est prévu ? Non.

La parole est à Danielle SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET. - Morts pour la France ! Toute mon enfance, dans mon petit village au Sud de la Seine-et-Marne, quasiment tout le village se retrouvait le 11 novembre et le 8 mai pour commémorer.

Sur Paris, nous avons une mémoire dans les cimetières, pour chaque arrondissement, mais pas de monument qui permette de transmettre la mémoire communale de l'ensemble des Parisiennes et des Parisiens. Ce monument va permettre de rectifier cela et de pouvoir rendre hommage, honorer la mémoire de ces 94.000 enfants tombés pour la France. Pour ces 94.415 Parisiens, je pense qu?il était important d'avoir un monument au cimetière du Père-Lachaise qui permet de restaurer cette mémoire communale.

Je pense qu'il y aura aussi beaucoup à faire pour permettre véritablement aux écoles de pouvoir se réapproprier, car on voit que cette mémoire communale est transmise de manière totalement différente en zones rurales par rapport aux zones urbaines denses. Il y a un vrai déficit de travail de la mémoire communale. Cela permet, au contraire, à tous les jeunes citoyens et citoyennes de la République de s'inscrire dans la communauté de destin en s?enracinant dans la mémoire communale. Ce travail est à renforcer et à interroger, car il y a une vraie divergence entre les zones rurales et les zones urbaines denses dans cette transmission. Je regrette néanmoins le manque de concertation qui a pu préexister pour ce monument, puisque je pense qu'il aurait été tout à fait possible de le permettre tout en respectant la végétalisation. Le cimetière du Père-Lachaise est un poumon vert et c?est important aussi de respecter ce havre de paix végétal que constitue le Père-Lachaise. J'espère qu'à l'avenir l'appropriation collective de la mémoire communale, en ce lieu si important, pourra se faire de manière beaucoup plus concertée. Je vous remercie.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Je vous remercie. La parole est à Catherine VIEU-CHARIER.

Mme Catherine VIEU-CHARIER, adjointe. - Chers collègues, je vous remercie sincèrement d?attirer l?attention sur ce projet de délibération qui nous permet d?évoquer ce que la Ville de Paris prévoit très prochainement pour commémorer le centenaire de l'Armistice de 1918.

L'événement est incontournable et nous pouvons collectivement être très fiers de cette inauguration d'un monument aux morts des Parisiens morts pour la France, le 11 novembre sur le mur d'enceinte du Père-Lachaise.

Avant de rentrer dans les détails, je voudrais simplement répondre sur une chose à propos du déficit de la mémoire. Je rappelle que nous avons fait une présentation en salle des fêtes du site qui est toujours sur paris.fr, qui recense à la fois toutes les fiches des morts pour la France, ce qui est le travail de collecte des noms qu'a effectué le professeur Jean-Louis ROBERT, et tout le contexte et toute l'histoire de Paris pendant la Première Guerre mondiale.

Un petit peu de curiosité et vous verrez que cette mémoire est largement explicitée. Cet outil a été fait en direction des écoles qui s'en servent. Je tiens à le rappeler, car, finalement, on a des outils qui parfois ne sont pas du tout connus. J'ai pourtant renvoyé des lettres et des cartons mais, visiblement, cela n'a pas été lu et cela n'a pas été travaillé.

Pour ce qui concerne les ifs, il y avait eu une question écrite à laquelle nous vous avions répondu, notamment sur l'état phytosanitaire des ifs, qui étaient en très mauvais état. Ils auraient de toute façon été renouvelés. C'est bien ce qui a été écrit dans la réponse qui vous a été faite. On tenait absolument à ce que le contexte de ce monument comprenne justement une biodiversité et une belle implantation de plantes qui valoriseraient le monument. Peut-être que cela a été violent mais, en fait, il était prévu de faire ce prélèvement des ifs, d'autant plus que les autres plantes ont été replantées dans d'autres jardins.

Je reviens au monument. Je voudrais dire que le projet de délibération qui nous a été présenté, ainsi que la convention, ont pour objet de reverser à la Ville de Paris les fonds recueillis par souscription et par le fonds pour Paris auprès des Parisiens. Là aussi, je vais être un peu rapide, car c'est un peu compliqué à expliquer. Ce que je regrette beaucoup, c'est qu'il n'y ait pas eu une communication à la hauteur de l'appel à la souscription, ce qui fait que, finalement, on s'est retrouvé avec malheureusement peu de fonds récoltés. Ce que je voudrais aussi évoquer, c?est que ce monument va être accompagné de beaucoup d'événements et qu?il y aura un véritable cycle culturel, pédagogique et mémoriel composé de 20 événements. Je ne vais rentrer dans le détail, car vous aurez à la rentrée un catalogue de ces événements. Il y aura 4 expositions, 6 visites guidées dans Paris sur les traces de Guillaume Apollinaire. Il y aura trois ciné-conférences et colloques, dont une sur les animaux de la guerre et leur rôle dans la guerre, trois concerts - un au Petit Palais, un à l'Hôtel de Ville et un au Cercle national des Armées -, deux lectures musicales, trois actions pédagogiques pour les scolaires du CE2 au CM2, avec un dispositif éducatif en classe, des parcours pédagogiques dans les forêts de Sénart et de Montmorency, et un spectacle à l'Hôtel de Ville - "Le Cabaret du poilu". Vous aurez l'occasion de recevoir par courrier les brochures explicatives de ce contexte de la commémoration du centenaire qui préfigurera l'inauguration du monument aux morts aux 95.000 Parisiens morts pour la France.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Je vous remercie.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 436.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2018, DAC 436).