Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2018 DASES 243 G - Participation (915.000 euros) et convention avec l’association "Coallia" pour la mise en œuvre d’un dispositif de mise à l’abri de jeunes migrants autonomes en attente d’évaluation de minorité.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2018


 

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l'examen du projet de délibération DASES 243 G concernant l?association "Coallia", et la parole est à Mme Fatoumata KONÉ.

Mme Fatoumata KONÉ. - Merci.

Madame la Maire, chers collègues, en un an, le nombre de jeunes isolés étrangers évalués au D.E.M.I.E., dispositif d'évaluation des mineurs isolés étrangers, a été multiplié par trois et est passé de près de 2.000 jeunes en 2016 à 6.700 en 2017. Ce sont donc plusieurs milliers de jeunes qui arrivent chaque année jusqu?à Paris, avec pour la plupart un traumatisme subi durant leur parcours migratoire.

Quels que soient leur âge exact, leur état-civil et leur capacité à avoir survécu aux épreuves qu?ils ont traversées, leur jeunesse fait d?eux des réfugiés parmi les plus vulnérables. Cela nous oblige à un devoir de protection. L?absence d?accompagnement, ce sont des conséquences sur leur parcours de vie, inacceptables et irresponsables : prostitution, drogue, délinquance, par exemple.

Nous sommes intervenus, à plusieurs reprises à ce Conseil, afin qu?à Paris, l?accueil et la prise en charge de ces jeunes soient à la hauteur de ce qu?une ville-bienveillante, une ville-refuge, une ville-monde telle que la nôtre doit être capable d?offrir.

Notre groupe a collaboré, avec le cabinet de Dominique VERSINI, à la rédaction du Plan d?accueil et d?accompagnement des mineurs isolés étrangers à Paris, adopté au Conseil de Paris d?avril 2015.

Nous continuons à travailler avec l?Exécutif sur ces sujets de solidarité, de droits humains et de droits de l?Enfant afin de poursuivre la mobilisation de Paris sur l?accueil et l?accompagnement des réfugiés.

Alors que l?Etat infléchit sa politique vers la répression et le fantasme de découragement des réfugiés qui arrivent dans notre pays, abandonnant son identité humaniste, notre Ville a fait le choix de continuer à renforcer les moyens mobilisés dans les différents dispositifs d?accueil des réfugiés et nous en sommes fiers.

C?est dans cette logique que nous avons porté, au Conseil de Paris de juin 2018, un amendement au budget supplémentaire pour créer un centre d?accueil pour les jeunes majeurs et lancer la réflexion pour créer un centre d?hébergement pour ce même public. C?est dans cette même logique que le dispositif d?accueil collectif pour mineurs non accompagnés, géré par "Coallia", qui nous est présenté dans ce projet de délibération, a été créé. La Ville propose d?augmenter sa capacité d?accueil des jeunes en attente d?évaluation par le D.E.M.I.E. de 30 à 50 places. Ce dispositif permet de réduire le nombre de jeunes installés à l?hôtel, celui-ci facilite grandement leur suivi social et sanitaire, prouvant ainsi à quel point l?hôtel, parce qu?ils n?auront pas suffisamment d?isolement, n?est pas une solution d?hébergement adaptée ni pour les mineurs ni pour des familles. En France, Paris est en première ligne en ce qui concerne la présence de réfugiés et par la même occasion de mineurs non accompagnés sur son territoire. Et nous sommes le département qui a le dispositif d?accueil et d?accompagnement des mineurs non accompagnés le plus important. Nous pouvons nous en féliciter et je remercie Mme VERSINI pour son engagement sur ces sujets. Cela étant dit, tant qu?il y aura des jeunes dans le besoin, nous ne pourrons nous satisfaire complètement de notre action. Nous avons le devoir de continuer à en faire davantage. C?est donc notre devoir, en tant qu?élus, de continuer à pousser notre majorité à se remettre en question sur ces sujets, tel que nous le faisons depuis le début de la mandature, afin que nos dispositifs d?accueil des mineurs et jeunes non accompagnés continuent à être améliorés. Pour finir, je souhaite rappeler que c?est lors de la période estivale que les arrivées sont les plus nombreuses. Nous devons donc assurer la continuité des dispositifs et maintenir notre vigilance pour qu?aucun jeune isolé ne dorme à la rue dans notre ville. Merci.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Je vous remercie.

La parole est à Mme Dominique VERSINI.

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, Madame la Conseillère de Paris, chère Fatoumata KONÉ, effectivement, vous avez raison, nous avons un devoir à l?égard de tous les jeunes mineurs et ceux qui se présentent comme mineurs d?accueil, d?évaluation, de prise en charge et aussi d?assurer une continuité des parcours jusqu?à leur permettre une parfaite insertion sociale et professionnelle.

Je l?ai dit il y a quelques instants dans la précédente délibération, ce sont 4.800 jeunes qui nous sont confiés, c?est-à-dire "placés" sur Paris ; et parmi eux, 1.500 environ sont des jeunes mineurs isolés étrangers. Je rappelle que c?est tout de même un budget de 80 millions d?euros sur le budget de 400 millions d?euros qui est celui de l?Aide sociale à l?enfance.

Vous l?avez dit également, concernant les jeunes mineurs non accompagnés, c?est l?occasion de faire un point. Il est vrai que notre dispositif a vu les chiffres augmenter de manière importante puisqu?en 2016, nous avions 2.000 jeunes qui se présentaient comme mineurs et 6.700 en 2017, presque 7.000, c?est absolument énorme.

Nous avons augmenté, de façon très importante, le dispositif dit du D.E.M.I.E. qui est géré par la Croix-Rouge française. Nous avons doublé les moyens pour faire face aux arrivées. Nous avons surtout travaillé à faire monter en puissance l?hébergement d?urgence qui était dans un premier temps en hôtels.

Et comme je l?ai dit précédemment, en réponse à Mme ATALLAH, nous lancerons un appel à projets qui permettra de passer de l?hôtel à des établissements d?accueil collectifs ou des appartements partagés. C?est très important.

Le centre géré par l?association "Coallia" correspond bien à ce que nous voulons faire, c?est-à-dire : un centre avec un accueil collectif, une association professionnelle qui accueille, qui accompagne, qui oriente les jeunes, en l?occurrence, qui se présentent comme mineurs, le temps de leur prise en charge et de leur évaluation par le D.E.M.I.E.

Les jeunes qui se présentent font l?objet d?une évaluation. Ceux qui sont mineurs rentrent dans le dispositif classique de l?Aide sociale à l?enfance, ceux qui sont majeurs, eux, doivent relever de l?Etat. Toutefois, force est de le dire - vous l?avez dit, Fatoumata KONÉ -, ils ont beau être majeurs, ce ne sont pas des enfants, mais des jeunes majeurs et ils devraient être prioritaires dans la prise en charge et dans l?hébergement au 115. Ce n?est pas le cas.

C?est la raison pour laquelle nous travaillons et votre groupe a soutenu par un v?u un amendement budgétaire qui a été accepté par Emmanuel GRÉGOIRE nous permettant de créer un lieu d?accueil pour les jeunes majeurs, qui permettra qu?ils ne soient pas à la rue et soient orientés dans de bonnes conditions : ceux qui veulent demander l?asile, ceux qui ne le veulent pas.

Nous avons également développé le dispositif pour les jeunes lycéens permettant d?accueillir des jeunes majeurs scolarisés au lycée, jeunes n?étant jamais passés par la protection de l?enfance, et qui offre une passerelle vers l?insertion à une centaine d?entre eux.

Donc, nous avançons en qualité, vous l?avez dit. C?est une compétence légale obligatoire. Nous nous améliorons, mais de façon tout à fait déterminée et avec le soutien de nos collègues car tout ce que nous avons proposé a fait l?objet d?un soutien de l?ensemble du Conseil de Paris. Je vous remercie de voter pour ce projet de délibération qui vise à permettre à l?association "Coallia" d?accueillir une cinquantaine de jeunes se présentant à Paris en vue de faire les démarches d?évaluation de leur minorité.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 243 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2018, DASES 243 G).

V?u déposé par le g