Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains et Indépendants relatif au service minimum d'accueil dans les écoles parisiennes.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2018


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Le v?u référencé n° 170 est relatif au service minimum d'accueil dans les écoles parisiennes.

La parole est à Mme Gypsie BLOCH.

Mme Gypsie BLOCH. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, chaque séance se suit et se ressemble, me direz-vous. Pourtant, à défaut d'obtenir une réponse satisfaisante pour les familles, nous avons décidé, avec mon groupe, de continuer à vous interroger sur les sujets qui préoccupent les familles parisiennes.

Nous ne comprenons pas votre obstination, votre refus par rapport à la mise en place de ce service minimum d'accueil. Car force est de constater qu'aujourd'hui cela ne fonctionne pas et les Parisiens sont donc privés d'un service pourtant prévu par la loi. Oui, il y a une loi qui impose aux communes de mettre en place un service d'accueil minimum les jours de grève. Et oui, il y a selon nous un manque de volontarisme de la Mairie de Paris depuis 2008 de ne pas mettre en place ce service, en se retranchant derrière le volontariat et l'exigence de qualification professionnelle des agents accueillant les enfants, comme si tous les animateurs de la Ville, puisqu?il s?agit d?eux, étaient tous en grève en même temps que les enseignants, comme s'il n'y avait pas d'autres personnels qualifiés pouvant pallier leur absence et comme si, en fait, il n'y avait aucune autre solution.

La preuve en est, vous refusez obstinément de déléguer la mise en ?uvre du S.M.A. aux maires d?arrondissement. Mais que craignez-vous ? Qu'eux parviennent à trouver le personnel qualifié nécessaire ? Qu'ils réussissent dans une mission que vous avez été incapables d'assurer ces 10 dernières années ? Et que les familles soient enfin satisfaites et soulagées d?un poids dans leur organisation ? Faisons le pari de la proximité pour faire fonctionner à Paris ce service minimum d'accueil. Nous renouvelons donc notre demande de déléguer ce pouvoir aux maires d'arrondissement et nous ajoutons également la demande de la création d?un dispositif d'incitation pour les animateurs de la DASCO, de nature à susciter plus de volontaires, puisque ce serait là que le bât blesse, et pour garantir ce S.M.A. aux familles parisiennes, légitimes à exiger un service équivalent à celui de Bordeaux, de Nantes ou de Lille. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - La parole est à M. Patrick BLOCHE.

M. Patrick BLOCHE, adjoint. - Le groupe LRI a souhaité redéposer à cette séance du Conseil de Paris un v?u strictement identique à celui qu'il avait déposé à la précédente séance. J'avais sur le fond répondu de manière approfondie à ce v?u. De ce fait, je vous renvoie au procès-verbal de la dernière séance du Conseil de Paris. J'émets l'hypothèse que ce v?u puisse être de manière pertinente retiré, mais comme je n'y crois pas, je donnerai donc un avis défavorable.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Vous maintenez, bien entendu. Explication de vote. Pascal JULIEN, pour le groupe Ecologiste.

M. Pascal JULIEN. - La droite est pour la défense du droit de grève. Elle ne le remet pas en cause. C'est un droit constitutionnel. La droite n'est pas contre le droit de grève ! Droit conquis par la classe ouvrière et, bien au-delà, ensuite, elle est pour le droit de grève, sous condition que la grève ne dérange personne ! Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe les Républicains et Indépendants, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.