Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2018 SG 36 - Construction de l’Aréna II sur le site de la Porte de la Chapelle (18e). Autorisations d’urbanisme et convention d’études entre la Ville de Paris et la SOLIDEO.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2018


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Le projet de délibération SG 36 et l'amendement n° 217 qui y est rattaché concernent la construction de l'Arena II sur le site de la Porte de la Chapelle.

La parole sera donnée à Christian HONORÉ, Pascal JULIEN, Sergio TINTI et Danielle SIMONNET.

M. Christian HONORÉ. - Monsieur le Maire, si nous soutenons sans ambiguïté l'installation de l'Arena II à la Porte de la Chapelle, dans le cadre de la requalification urbaine de ce secteur, nous nous interrogeons sur les aménagements autour, comme je vous l'avais indiqué dans mon précédent message du 15 juin. C'est un équipement qui va recevoir un très nombreux public de Paris, de la région et de province, compte tenu des manifestations sportives et culturelles, puisque des concerts pourront y être organisés.

Il me semble que des questions de bon sens se posent d'elles-mêmes et qu'il est important d'y apporter des réponses concrètes.

Ce n'est pas la première fois que l'on vous interroge sur le sujet sans que jusqu'à maintenant nous ayons eu des réponses concrètes. Qu'est-il prévu pour gérer les flux de tous les véhicules qui vont amener le public qui, nous l'espérons, sera nombreux ?

Je ne parle pas des Parisiens qui pourront prendre les transports en commun. On ne peut pas écarter la venue de personnes venues de banlieue, voire de province, par exemple par l'autoroute A1. C'est un vrai sujet que l'on doit anticiper si l'on veut éviter un effet de thrombose et de congestion automobile sur l'autoroute et le périphérique.

Sur les installations sportives existantes se pose la question de la piste d'athlétisme qui, si j'ai bien compris, est supprimée.

J'aimerais que cette question soit réétudiée, parce que je crois que telle qu'elle est, elle répond aux besoins des jeunes, sauf à me persuader du contraire. Je vous rappelle que les aménagements futurs vont attirer des jeunes, ou des moins jeunes d'ailleurs, qui aimeront disposer d'une telle piste.

Je rappelle que le projet de délibération DU 69 examiné en mars dernier précisait : "Le programme de l'opération d'aménagement devra être réorienté au regard de l'implantation de l'Arena II, et de la réintégration de l'ensemble des équipements sportifs à reconstituer dans son périmètre".

On peut admettre qu'un projet connaisse des modifications et des évolutions, mais nous aimerions avoir des précisions, et puisque évolutions il y a, veiller à ne léser personne, en particulier les jeunes issus de ce quartier populaire, qui fréquentent le stade.

Enfin, j'aimerais connaître ce qui est prévu en termes de nombre de logements et d'activité.

Monsieur le Maire, ce sont des interrogations concrètes qui intéressent de nombreux habitants du quartier, et plus largement, des Parisiens, qui aimeraient savoir ce que sera in fine l'architecture générale de ce quartier.

Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. Pascal JULIEN.

M. Pascal JULIEN. - D'abord, merci à Jean-François MARTINS qui a présenté devant mon groupe le projet de l'Arena II, de façon très séduisante.

Néanmoins, nous nous abstiendrons. Je ne vais pas dire les côtés positifs pour gagner du temps et finir peut-être le plus tôt possible notre Conseil, tous les aspects positifs sont dans le projet de délibération. Jean-François MARTINS ne manquera pas de les rappeler.

Les raisons de notre abstention, c'est d'abord que l'Arena II, qui est arrivée par les J.O., n'a donné lieu pas plus que les J.O., à la moindre concertation.

La deuxième raison, plus importante peut-être encore, est qu'il prend la place du Marché des 5 Continents, qui était prévu à cet endroit, et on ne sait pas où ira le Marché des 5 Continents.

Enfin, un rapport a révélé que les stades construits à la périphérie de Paris le long du boulevard périphérique donnaient lieu à des inhalations de produits toxiques extrêmement importantes. Evidemment, nous n'avons pas de réponse à cela, même s'il est bien écrit que nous serons dans les clauses standards en matière environnementale au vu du rapport arrivé sans doute après la délibération.

En tout cas, tant que nous n'aurons pas de réponse sur ce point, nous ne pourrons pas être positifs. Et donc, nous nous abstenons. Merci.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. Sergio TINTI.

M. Sergio TINTI. - Mes chers collègues, je veux tout d'abord saluer le travail qui s'initie entre la Ville de Paris et SOLIDEO. Ce projet de délibération prévoit le versement d'une première subvention à la Ville et l'approbation d'une convention d'étude pour la construction de l'Arena II.

Nous saluons le choix d'implanter la nouvelle Arena parisienne, porte de la Chapelle dans un quartier populaire. C'est un choix beaucoup plus raisonnable que dans le parc de Bercy, contesté par les habitants. La mutation de la porte de la Chapelle et la proximité de la parcelle avec la Seine-Saint-Denis et le Stade de France en font un endroit stratégique.

Pour notre groupe, l'héritage des Jeux olympiques et paralympiques de 2024 est primordial. C'était le c?ur de notre candidature. Le fait que le quartier gare des Mines - Fillettes accueillera dorénavant un équipement olympique, va jouer un rôle d'accélérateur pour la rénovation du quartier.

Je le répète, cette implantation est une bonne chose. Nous partons de l'idée d'un rattrapage nécessaire des équipements sportifs sur nos territoires. Nous espérons qu'au-delà de cette Arena, nous continuerons à investir pour que des équipements sportifs naissent dans les quartiers populaires.

Cette seconde Arena remplit le double objectif d'être, à l'horizon 2024, une salle qui permettra aux clubs d'élite de handball et de basket parisiens de disposer d'une salle qui leur garantira une attractivité indispensable à leur développement et offrira deux gymnases pour le sport de proximité dans le sport scolaire, notamment dans le 18e arrondissement.

Cela étant dit, je souhaiterais évoquer deux sujets avec vous ici, à l'occasion de ce projet de délibération. Le premier, qui a déjà été soulevé, le stade des Fillettes comporte aujourd'hui une piste d'athlétisme. Nous sommes aujourd'hui interpellés par des usagers inquiets qu'avec l'aménagement du futur quartier, la piste disparaisse.

Je sais qu'actuellement, il n'est pas prévu, dans les équipements sportifs accolés à l'Arena II, une telle structure. Pouvons-nous, dès aujourd'hui, rassurer ces usagers sur la possibilité de continuer à pratiquer l'une des disciplines reines de l'olympisme ? Première question.

La deuxième, c'est plutôt un conseil. A terme, l'Arena II aura pour vocation de recevoir aussi des spectacles. Il est alors nécessaire de travailler en bonne intelligence avec la C.A.E. et le P.O.P.B. pour coordonner les deux programmations et garantir la viabilité et la coexistence de ces deux modèles économiques.

Merci, Monsieur le Maire.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

La parole est à Mme Danielle SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET. - Vous connaissez mon opposition aux Jeux olympiques, ce n'est pas forcément une opposition à la construction de nouveaux équipements publics au service du sport et de la culture. Néanmoins, je crains que cette Arena II soit à nouveau un grand projet inutile et imposé, et que l'on se retrouve encore avec, en héritage, un bel éléphant blanc.

Vous connaissez la légende de l'éléphant blanc, sinon je vous invite à lire la nouvelle de Villiers de l'Isle Adam, et sinon de regarder le très beau documentaire qu'avait fait Arte sur les Jeux olympiques et qui s'intitulait justement "L'éléphant blanc".

Vous savez comme moi que le Stade de France, Bercy, ce n'est pas si simple à remplir non-stop. La capacité de ces deux établissements peut rendre très dubitatif le fait que Paris se dote de cette Arena II.

Première raison qui fait que je n'adhère pas du tout à ce projet et que je ne voterai pas ce projet de délibération.

Ensuite, il faut reconnaitre qu'il y a eu quand même une belle mobilisation citoyenne que je salue, qui a permis de vous faire reculer sur la première implantation que vous aviez choisie à Bercy, puisque c'était une aberration que de vouloir imposer l'Arena II en prenant sur une emprise du parc de Bercy. Nous sommes quelques conseillers de Paris à alerter, de conseil en conseil, sur le fait que Paris est l'une des villes les plus denses et que l'on manque d'espaces verts. Prendre sur l'espace vert de Bercy pour faire cette Arena II aurait été une belle aberration. Concernant l'implantation au niveau de la Chapelle, j'entends les arguments qui plaident en faveur de ce quartier populaire qui a besoin d'équipements. Pour ma part, je pense que nos quartiers populaires ont besoin d'équipements à taille humaine, d'équipements de proximité. Je regrette que cette implantation se fasse au détriment d'un projet qui avait été mûri localement, celui du marché des 5 Continents. On a, par ailleurs, une problématique locale qui est que ces équipements sportifs en bordure du périphérique provoquent une surexposition, en termes de pollution, extrêmement problématique et qu'il faudrait prendre à bras-le-corps. Pour toutes ces raisons, je ne voterai pas en faveur de ce projet de délibération.

Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. Jean-François MARTINS.

M. Jean-François MARTINS, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Merci à tous les intervenants pour leurs remarques très majoritairement extrêmement constructives sur ce projet.

Je me permettrai peut-être de reclarifier, en quelques secondes, l'histoire de ce projet pour réajuster deux ou trois éléments.

Non, Monsieur JULIEN, Madame SIMONNET, ce projet n'est pas né à cause des Jeux olympiques. En fait, il était dans le programme d'Anne HIDALGO en 2014 et s'appelait à l'époque "Transformer la halle Carpentier en salle de 6.000 à 7.000 places" parce que nous en avions cruellement besoin.

Le risque de l'éléphant blanc, Madame SIMONNET, est précisément justifié par trois rapports, le rapport Costantini, le rapport Douillet et le rapport sur les Arenas, qui montrent que nous manquons d'une salle de moyenne capacité à Paris entre Coubertin et ses 4.000 places, et le Palais Omnisports de Paris-Bercy AccorHotels Arena avec ses 17.000 places.

Cette jauge, autour de 7.500 à 8.500, est précisément un manque criant de Paris et de la Métropole, pour des événements qui ne sont plus des méga événements, peut-être pas ce que Mme SIMONNET qualifie de taille humaine, mais que j'appellerais des événements de taille intermédiaire.

Donc c'était Carpentier. On s'est rendu compte qu'en transformant la halle Carpentier en Arena de 7.000 places, que nous ne pouvions détruire la halle pour reconstituer cette aréna sans avoir un impact trop important sur l'activité amateur.

A l'occasion des Jeux, on s'est réinterrogé où pouvait être cette aréna qui était dans le programme de la Maire, indépendamment des Jeux olympiques. On a regardé à Bercy. Et n'en déplaise à Mme SIMONNET, ce n'est pas une éventuelle mobilisation citoyenne, mais parce que nous savions faire rentrer l'Arena II dans le parc de Bercy en dehors des espaces verts, sur le skate parc et sur le parking.

Il s'avère qu'en détruisant le parking et un bout du skate parc que nous reconstituons, nous savions faire rentrer cette Arena II à Bercy pour un coût qui était, par rapport à celui qui est projeté aujourd'hui sur la porte de la Chapelle, de 40 à 50 millions d'euros supplémentaires. Je n'aurais pas dépensé 130 millions d'euros pour une aréna de 7.500 places.

Enfin, s'est présentée l'opportunité de la porte de la Chapelle. Que les élus du 18e ne m'en tiennent pas rigueur, je n'imagine pas autre chose que cette aréna puisse faire extrêmement bien à une porte de Paris, dont on peut reconnaitre que sa situation urbaine et esthétique aujourd'hui a besoin sans doute d'un site emblématique, de transformer ce parking et ce bowling en une vraie porte du Grand Paris avec un Paris qui s'ouvre, avec une pacification des mobilités autour de ce plat de nouilles de périphérique et de début de l'autoroute A1, de résorber des problèmes de sécurité - Monsieur HONORÉ, je sais que vous êtes sensible à la sécurité - liés entre le stade des Fillettes, la porte de la Chapelle, la station essence qui est derrière, avec sur le site de la porte de la Chapelle, de la prostitution, du deal de crack. Sans doute que de la requalification urbaine va participer à pacifier le quartier et à adresser un certain nombre de ces sujets.

Enfin, de rééquilibrer l'offre de sport de haut niveau à Paris qui, aujourd'hui, vit sur un pôle dit de prestige porte d'Auteuil, porte de Saint-Cloud dans le 16e avec Roland-Garros, le parc des Princes, Jean-Bouin, et Pierre de Coubertin, un pôle à l'Est avec l'"AccorHotels Arena", et les quartiers populaires qui n'ont pas ces bâtiments emblématiques.

Je pense que cela participe aussi de notre enthousiasme, de notre souhait du beau, de l'esthétisme et du prestige dans les quartiers populaires que d'y installer ces installations, et donc de rééquilibrer de ce point de vue la cartographie parisienne de ces grands équipements.

Après, une fois que nous rentrons dans ces sujets, il y a plusieurs éléments. Il y a le sujet de la pollution aux abords de Paris.

C'est la réponse que j'ai faite au rapport "Green Peace", Monsieur JULIEN, Madame SIMONNET, il y a aujourd'hui une préoccupation sur la qualité de l'air au bord du périphérique, et il s'avère que l'urbanisation de Paris a fait que nous avons fait des terrains sportifs très tardivement dans l'urbanisation de Paris, dans un moment où le seul espace qui restait était l'espace après les Fermiers généraux, et donc le plus proche du périphérique. Mais ce n'est pas le sport qu'il faut interdire, Monsieur JULIEN, c'est la pollution, et que précisément, on ne va pas s'interdire de faire du sport.

En revanche, cette majorité travaille ardemment, et vous le savez, vous en faites partie, sur ce sujet à interdire et à réduire progressivement la pollution pour que dans ces équipements sportifs, où qu?ils soient, au bord du périphérique ou n'importe où dans Paris, on puisse faire du sport librement, sans mettre en danger sa santé.

Ensuite, des questions très concrètes que pose M. HONORÉ : la convention que nous passons aujourd'hui avec la SOLIDEO, c'est une convention d'étude préalable qui va nous permettre d'avancer sur un certain nombre d'études, la question des flux, une jauge relativement raisonnable avec 7.500 spectateurs, ce n'est pas l'"AccorHotels Arena", ce n'est pas le Stade de France, on considère sans doute qu'on n'a pas de risque de thrombose sur 7.500. Mais les études nous le diront et nous les partagerons aussi souvent que nécessaire.

Sur la question de l'insertion urbaine, c'est évidemment dans le cadre du projet gare des Mines-Fillettes qu'il ne revient pas à moi de rapporter ici mais à Jean-Louis MISSIKA et à Eric LEJOINDRE, mais avec deux soucis, celui de préserver l'offre sportive de proximité sur le stade des Fillettes. Nous reconstituons l'ensemble des trois terrains de football qui y sont présents. Nous requalifions le bloc vestiaire. Il y a un sujet sur la piste d'athlétisme, effectivement. Aujourd'hui, à ce stade des études, nous ne savons pas faire re-rentrer la piste d'athlétisme dans l'emprise du stade des Fillettes et de l'Arena II.

La solution sur laquelle aujourd'hui on travaille, c'est d'abord constater une petite baisse de l'athlétisme en stade. La poussée se fait plutôt sur l'athlétisme hors stade et la course hors stade, et sans doute l'émergence du parc Chapelle Charbon, à quelques centaines de mètres de la porte de la Chapelle, ouvrira une opportunité pour des coureurs de s'entrainer dans des conditions plus verdoyantes.

Et puis globalement, l'augmentation de l'offre de proximité, je regrette qu'aucun de vous ne l'ait mentionnée. L'Arena II concernera une salle de 7.500 personnes, mais également deux équipements de proximité, un gymnase de type C, et Monsieur TINTI, vous y serez très sensible, un terrain de futsal avec 1.000 places qui manque, notamment pour un club de futsal du 19e arrondissement.

Je vous prie de m?excuser, Monsieur le Maire, mais voici les réponses complètes aux questions diverses et de différentes natures qui m?ont été posées sur l?Arena II.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Je mets donc aux voix, à main levée, le projet d?amendement n° 217, qui, j?imagine, est technique, même si vous ne l?avez pas abordé.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

Le projet d'amendement n° 217 est adopté.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération SG 36 ainsi amendé.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération amendé est adopté. (2018, SG 36).