Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2018 DAC 196 - DGRI - Mise en œuvre de versement de bourses par la Ville de Paris aux artistes étrangers résidents à la Cité internationale des Arts, dans le cadre de partenariats internationaux spécifiques.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2018


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DAC 196 - DGRI : mise en ?uvre de versement de bourses par la Ville de Paris aux artistes étrangers résidant à la Cité internationale des Arts.

La parole est à Mme Marie ATALLAH.

Mme Marie ATALLAH. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, je souhaite intervenir sur ce projet de délibération pour souligner trois aspects du présent projet qui nous est soumis. Le premier, c?est l?adaptation de notre politique de coopération culturelle pour mieux répondre aux besoins des artistes. Le deuxième, c'est l?adoption d'un règlement selon lequel les artistes étrangers seront sélectionnés pour bénéficier de l'hébergement et de la bourse de la Ville de Paris. Le troisième point portera sur la gestion globale des attributions des 20 ateliers de la Ville à la Cité internationale des Arts.

Le présent projet, qui porte sur un partenariat international spécifique en matière d'échanges culturels et artistiques, constitue, en effet, une avancée intéressante dans le cadre de la gestion du parc des ateliers, dont la Ville est réservataire au sein de la Cité internationale des Arts. Renforcer et soutenir la mobilité de la circulation des artistes dans le contexte de la mondialisation accélérée de la culture et des arts, nous semble un choix essentiel pour aider les artistes ou les jeunes talents dans leur parcours d'intégration dans le réseau international de la culture et des arts. Nous avons noté ici que le présent projet ne s'adresse pas seulement aux artistes étrangers. Il bénéficiera également aux jeunes artistes parisiens qui seront accueillis en résidence à l?étranger dans le même cadre de programmes de partenariats spécifiques, avec des fondations privées étrangères soutenant la mobilité des jeunes artistes.

Qu'ils soient Parisiens ou étrangers, les jeunes artistes ont besoin de bouger et de s'ouvrir au monde. Nous sommes d?accord pour les aider, car les artistes, de par leur créativité et leurs ?uvres, sont les acteurs privilégiés de la compréhension de notre monde, du dialogue des cultures, de la transmission du patrimoine et des valeurs humaines de leur propre pays et de leur ville.

S'agissant des modalités d'attribution des bourses de la Ville, objets de ce présent projet, nous nous interrogeons sur les deux critères, très sommairement mentionnés dans le règlement et selon lesquels les artistes sont sélectionnés. Il nous paraît important, Monsieur le Maire, que ces deux critères soient mieux définis pour mieux fixer les priorités de la Ville dans ce domaine. Les deux critères sont la qualité artistique du projet proposé, qui sera l'objet de la résidence de l'artiste, et le lien de ce projet avec le territoire parisien. C'est surtout ce deuxième point qui nous intéresse tout particulièrement, pour les mêmes raisons que nous venons d'évoquer s'agissant de la place des artistes dans la ville et le rôle qu?ils peuvent exercer dans nos territoires et quartiers. Que signifie le lien avec le territoire de Paris dans ce règlement ? Pourquoi ne pas définir nos critères de sélection des ateliers étrangers par plusieurs indicateurs et sujets qui nous intéressent en priorité pour notre territoire ?

L'accueil et la résidence de ces artistes étrangers venus des quatre coins de la planète est une occasion exceptionnelle pour soutenir des programmes de résidence qui profiteraient également aux acteurs de notre ville, et notamment les acteurs socioculturels et de l?éducation qui agissent dans les quartiers dits "en difficulté".

Pour nous écologistes, il est d'autant plus nécessaire et même essentiel que la richesse et la diversité des expressions culturelles des artistes étrangers accueillis soient au service de la fabrique de notre ville exclusive et durable.

Vous avez rappelé également dans le présent projet que la Ville attribue tous les ans un de ses ateliers de la Cité internationale des arts à un artiste ou écrivain en exil.

Sur ce point de l'accueil des artistes en exil, nous souhaitons également rappeler ici le v?u présenté par les écologistes il y a exactement un an afin que les ateliers de la Ville de Paris au sein de la Cité internationale des arts soient réservés à des artistes réfugiés, conformément à la volonté de la Ville d'affirmer son statut de ville refuge.

Avant de conclure, nous nous permettons une dernière question qui nous semble légitime. Elle porte sur les modalités d'attribution des autres ateliers de la Ville à la Cité internationale des arts. Le présent projet porte sur un beau projet pour les 10 ateliers, et quel serait le projet relatif à la gestion des 10 autres ateliers ? Avec 20 ateliers à notre disposition pour accueillir des artistes étrangers, il est nécessaire pour nous qu'un réel projet cohérent et adapté à notre territoire soit clairement défini pour une meilleure lisibilité de l'action de la Ville dans le domaine. Pour finir, en tant qu?administratrice de la Cité internationale des arts, je souhaite surtout saluer une nouvelle fois la démarche innovante de la nouvelle équipe de direction de la Cité internationale des arts. C'est bien grâce à la qualité professionnelle de cette équipe qu'un projet d'établissement ambitieux est en cours de réalisation en matière de développement de programmes de résidence, avec une stratégie prenant en compte les enjeux du contexte de la mondialisation et de l'attractivité de Paris et son rayonnement culturel et artistique dans le monde. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Je rappelle que c'est 5 minutes.

Je donne la parole à Bruno JULLIARD pour vous répondre.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Après l'intervention complète et pertinente de Mme Marie ATALLAH, je serai assez bref pour moi aussi me réjouir de ce projet de délibération qui nous permet d'approuver le principe de versement de bourses par la Ville aux artistes étrangers qui résident dans les ateliers dont la Ville de Paris est réservataire à la Cité internationale des arts. Nous voterons le budget alloué à ces bourses, à savoir 1.300 euros par mois. Il y a plus de 300 ateliers à la Cité internationale des arts, mais nous ne parlons ici que des seuls ateliers dont la Ville est réservataire, soit 20 ateliers. Vous avez posé une question concernant les conditions de sélection des artistes. Effectivement, au-delà de la qualité du projet artistique, c'est une évidence, le second critère concerne le lien avec la Ville de Paris. En réalité, ce critère de sélection, et c'est vrai pour beaucoup de sélections d'appels à projets, sur ce type de lien est évidemment très large. Il peut y avoir la prise en compte de Paris comme étant un des éléments d'inspiration des artistes, c'est évidemment un critère très large et subjectif, mais il y a plus important, le souhait ou l'engagement des artistes d'engager des processus de diffusion sur le territoire parisien ou de partenariat, par exemple, avec des scolaires sur le territoire parisien, donc le lien avec Paris n'est pas forcément dans la création artistique, il peut être dans la capacité que les artistes s'engagent à diffuser leurs ?uvres ou à les partager sur le territoire parisien. Concernant l'accueil d'artistes réfugiés, nous avons travaillé depuis l'année dernière, puisqu'en lien avec la Ville, la C.I.A. a lancé des groupes de travail réguliers sur les questions d'accueil des artistes réfugiés en lien avec des associations comme "Usages du monde" ou encore "l'Atelier des artistes en exil", que la Ville soutient par ailleurs pour que nous fassions encore mieux qu'aujourd'hui.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 196 - DGRI.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2018, DAC 196 - DGRI).