Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2018 DDCT 117 - Subventions (100.000 euros) à 7 associations pour leurs actions visant à favoriser la participation des habitants des quartiers populaires dans le cadre de l’édition 2019 du budget participatif.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2018


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Le projet de délibération DDCT 117 est relatif à l'attribution de subventions à 7 associations pour leurs actions visant à favoriser la participation des habitants.

La parole est à Mme Joëlle MOREL.

Mme Joëlle MOREL. - Merci, Monsieur le Maire.

A l'occasion de ce projet de délibération qui attribue une subvention de 100.000 euros à 7 associations, je souhaite partager avec vous une interrogation. Nous avons mis en place, il y a 3 ans, les conseils citoyens dans les quartiers "politique de la ville", instances nouvelles de démocratie issues de la loi du 21 févier 2014, pour favoriser la participation des habitants et faire émerger les citoyens tenus jusque-là à l'écart de la vie municipale.

Ces habitants, d'origines culturelles souvent différentes, d?origine sociale modeste, sont généralement moins réceptifs aux injonctions de la participation. Ces conseils citoyens commencent aujourd'hui à porter leurs fruits. C'est un travail lent pour installer le dialogue, la confiance, la co-élaboration, le plaisir d'être ensemble et de construire ensemble. C?est normal, la création de nouvelles relations humaines ne se fait pas en un jour. Créer des projets qui ont du sens et qui sont appropriés par les collectifs de citoyens, s'inscrit dans une démarche particulière, délicate. Il faut simplement être patient.

Je m?interroge donc sur l'intervention supplémentaire d'associations qui ont pour but la participation des habitants dans les quartiers "politique de la ville". Comment une association peut-elle recueillir, mais surtout construire des projets associatifs sur un territoire dont elle ignore l'histoire, les réseaux, les partenaires locaux ? Je crains sincèrement que ces nouvelles associations, composées très certainement de personnes talentueuses, jeunes, dynamiques, rentrent en concurrence avec un processus fragile qui a été mis en place par des animateurs et des animatrice des conseils citoyens depuis 3 ans.

Saupoudrer les financements, multiplier les intervenants, vouloir continuellement créer du nouveau sur un territoire me semble dangereux, car cela ne développe ni la construction en commun, ni la conscience collective qui ont besoin d'un minimum de stabilité.

Le groupe Ecologiste de Paris espère que ces associations travailleront en complémentarité et dans le respect du travail mené par chacun et chacune. Nous souhaitons obtenir un bilan d'étape des conseils citoyens avant la fin de l'année. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - La parole est à Mme Danièle PREMEL.

Mme Danièle PREMEL. - Merci, Monsieur le Maire.

Les élus Communistes - Front de Gauche avaient déposé un amendement à l'occasion des débats budgétaires de 2016, demandant un accompagnement particulier en direction des habitants des quartiers populaires, dans le cadre du budget participatif. Il s'agissait, dans notre demande initiale, d'augmenter la dotation initiale des centres socioculturels, afin d'aider à l'émergence de projets dans les quartiers populaires.

Nous sommes heureux d'avoir été entendus et de voir que l'idée d'accompagner les habitants et les habitantes des quartiers populaires, tout au long de leur démarche du budget participatif, a été prise en compte.

Cette démarche d'"aller vers" est essentielle, si nous voulons que le budget participatif soit approprié par toutes les Parisiennes et tous les Parisiens. Pour être un véritable outil de démocratie locale, le budget participatif ne peut être réservé à celles et ceux qui sont les mieux informés des dispositifs municipaux.

Nous avons en revanche deux réserves sur ce projet de délibération. Compte tenu du calendrier très dense du budget participatif, il nous semble que ce n'est pas d'actions ponctuelles dont nous avons besoin, mais plutôt de renforcer les équipes qui suivent tout au long de l'année les différentes phases qui s'enchaînent du budget participatif, et plus particulièrement dans la mise en ?uvre et le suivi. Les services de la participation citoyenne qui suivent le budget participatif sont aujourd'hui largement sous-dotés en personnel. Les agents de la Ville de Paris sont à bout de souffle, aujourd'hui, pour mettre en ?uvre les projets votés lors des éditions précédentes du budget participatif. Nous souhaiterions, pour assurer le meilleur travail en direction des quartiers populaires, que la Ville de Paris étudie la possibilité d'utiliser la somme de 100.000 euros, prévue dans ce projet de délibération, pour renforcer les services, afin de traiter ces questions et de répondre aux besoins. Il nous semble qu'il serait pertinent, pour 2019, de faire une année blanche, que nous pourrions mettre à profit pour mettre en ?uvre un maximum de projets adoptés lors des votes de 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018, mais aussi d'en profiter pour enrichir notre réflexion de l'expérience des années passées et de tirer un bilan, y compris avec les Parisiennes et les Parisiens, pour pouvoir notamment, en vue de 2020, améliorer le budget participatif. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

La parole est à Mme Pauline VÉRON.

Mme Pauline VÉRON, adjointe. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, chère Joëlle MOREL, chère Danièle PREMEL, merci de me donner l'occasion de valoriser l'un des enjeux majeurs du budget participatif. En effet, le budget participatif a été conçu par nous comme un instrument de justice sociale, de participation des citoyens, notamment des quartiers populaires, à la construction de la Ville, dans l'esprit de Porto Alegre.

Pour permettre cela, nous nous appuyons sur trois dispositifs principaux.

Premièrement, 30 % de l'enveloppe du budget participatif est fléchée pour des projets qui concernent des quartiers populaires, soit 30 millions d?euros réservés. C'est un levier efficace, puisqu'en 2017 c'est un peu plus de cette enveloppe qui a permis de financer des projets dans les quartiers populaires, soit 33,4 millions d'euros pour 60 projets lauréats.

Deuxièmement, on s'appuie - et c'est l'objet de ce projet de délibération, plus particulièrement - sur des associations qui font de la participation citoyenne leur raison d'être et qui sont présentes dans nos quartiers, évidemment en lien, et j'ai entendu ce que vous disiez, Joëlle MOREL, avec les équipes de développement local et avec les conseils citoyens. Au moment où nous avons décidé de subventionner ces associations, tous les conseils citoyens n'étaient pas encore en place, et nous sommes donc en train d'améliorer ce lien entre les différents intervenants. C?est une enveloppe de 100.000 euros par an qui permet de soutenir l'activité de 7 associations pour 2018, qui accompagnent les habitants des quartiers populaires à formuler des idées, à mettre en ligne ces idées sur le site du budget participatif et à faire campagne aussi pour les projets pour qu?ensuite ils soient votés par les habitants des quartiers.

Le résultat de cette action est très positif, 89 projets déposés dans les quartiers populaires ont été recevables à 89 %, soit un taux de recevabilité qui est meilleur que les projets qui sont déposés hors quartiers populaires. On voit donc que grâce à cet accompagnement, les projets sont non seulement recevables, mais ensuite sont votés par les habitants des quartiers populaires.

Enfin, troisième dispositif, on s'assure qu'il y a bien des urnes dans tous les quartiers populaires de Paris, afin que tout le monde puisse voter. Là aussi, résultat positif, puisque 17,5 % des votants au budget participatif résident dans un des quartiers populaires de Paris, ce qui correspond à la proportion des Parisiens qui vivent dans les quartiers populaires de Paris.

On voit donc qu'avec l'ensemble de ce dispositif, on arrive à faire du budget participatif un budget participatif qui implique l'ensemble des Parisiens, quels que soient les quartiers dans lesquels ils habitent. J'entends ce que vous me dites sur les renforts d'agents dans les services pour suivre le budget participatif. Des renforts ont été obtenus à la mission budget participatif et au service de la participation citoyenne et à la Direction de la Voirie et des Déplacements pour suivre les projets du budget participatif.

S?il en faut encore, nous regarderons mais aujourd'hui, contrairement à ce que vous disiez tout à l'heure, nous sommes dans un taux de réalisation des projets qui est très bon, qui est comparable à celui des projets de la Municipalité. Si chaque année nous faisons un point sur la mise en ?uvre du budget participatif avec l'ensemble des groupes politiques du Conseil de Paris et des arrondissements, nous allons continuons à le faire, notamment à l'automne prochain, pour, comme chaque année, tirer le bilan du budget participatif et le faire évoluer, l'améliorer d'année en année et, bien sûr, tirer les conséquences pour les années à venir pour que ce budget participatif reste un outil particulièrement intéressant et positif, qui permet une grande participation des citoyens à Paris à nos politiques publiques. Bien sûr, nous y travaillerons, comme vous nous incitez à le faire. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDCT 117.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2018, DDCT 117).