Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2018 DU 79 - A.P.U.I. Gambetta (20e). - Signature d'un avenant à la promesse de vente.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2018


 

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Nous examinons le projet de délibération DU 79 : A.P.U.I. Gambetta - signature d'un avenant à la promesse de vente.

La parole est à Mme Nathalie MAQUOI.

Mme Nathalie MAQUOI. - Merci, Madame la Maire.

Chers collègues, le projet de délibération que nous examinons est indispensable pour qu?un projet culturel essentiel puisse voir le jour au 205, avenue Gambetta, situé dans le quartier de Saint-Fargeau, non loin du "Tarmac". Il s'agit de créer un lieu dédié à la danse. Le projet choisi par le jury de "Réinventer Paris" comportait déjà des espaces de répétition pour accueillir des compagnies en résidence, un studio de diffusion pour faire connaître les espaces de création et pouvant être utilisé aussi pour la pratique amateur le soir, un espace de santé pour suivre et accompagner les corps des danseurs, un espace de travail pour que les compagnies développent leur communication, leur administration et leur production.

Le projet comporte une dimension de recherche entre la danse et le numérique, tout d'abord, autour d'une question essentielle qui est celle de la mémoire des chorégraphies, par la mise au point d'une installation numérique permettant de capter le mouvement en 3D, d'y ajouter des éléments d'explication donnés par le chorégraphe et tout ce que ce dernier souhaite ajouter pour faire comprendre son ?uvre.

La deuxième dimension de cette recherche entre la danse et le numérique est celle de l'utilisation d'outils ressemblant à une palette de peinture numérique dans les spectacles. Il s'agit ainsi d'une performance entre création numérique et création dansée.

Le fond du projet est aujourd'hui complété par une offre d'hébergement pour les compagnies de danse. Si les espaces de travail manquent pour les compagnies à Paris, la question de l'hébergement est, elle aussi, cruciale. Je pense, par exemple, à la danse francophone accueillie au "Tarmac", ou à des compagnies de province souhaitant bénéficier de l'accompagnement fin et novateur de "La Fabrique de la danse".

Ce choix de compléter le projet avec de l'hébergement pour les artistes est donc le premier élément sur lequel l'avis de notre Conseil est sollicité. Le site du 205, avenue Gambetta est complexe. Il s'agit d'un ancien garage encastré dans un immeuble, dans un îlot très dense en logements, donc en vue à négocier pour développer le projet. Suite à des expertises, des contre-expertises, les coûts de pollution sont supérieurs à ceux estimés lors de la signature de la promesse de vente. Il s'agit donc ici que la Ville prenne en charge une part de ces surcoûts. C'est la deuxième chose que nous avons à approuver aujourd'hui.

Permettez-moi de dire un dernier mot sur l'intérêt de "La Fabrique de la danse" pour le territoire. Les équipes de "La Fabrique de la danse" interviennent sur des projets de pratique amateur depuis plusieurs années au sein de l'école des Amandiers. Aujourd'hui, elle fait danser toute une école. En partenariat avec "Le Regard du cygne" et le collège, elle accompagne la dynamique de la danse dans ce quartier des Amandiers situé en politique de la ville. Sa façon de penser le projet développé au 205, avenue Gambetta est fort de cette expérience et de cette pratique. "La Fabrique de la danse" a pris le temps de rencontrer les habitants, d'échanger avec eux, de venir aux différents moments de convivialité dans le quartier. Elle n'a pas prétendu tout savoir et s'imposer sans prendre le temps de se présenter. Elle a participé à tous les temps de concertation avec une posture d'écoute et de dialogue. Je le souligne, car c'est pour moi essentiel si l'on veut qu'un projet culturel réussisse. Il doit être en prise avec le territoire et respecter les habitants.

Ce projet de délibération est essentiel pour que ce projet voie le jour. Merci à Jean-Louis MISSIKA et à son équipe pour leur soutien sans faille, leur fine compréhension de ce projet pour que, finalement, le 20e puisse continuer à danser et déployer ce projet attendu avec impatience par les habitants de ce quartier.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci.

Pour vous répondre, la parole est à Jean-Louis MISSIKA.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint. - Merci beaucoup, Madame la Maire.

Je voudrais remercier Nathalie MAQUOI pour son intervention et me réjouir avec elle de l?issue trouvée pour le projet de "La Fabrique de la danse", lauréat de l?appel à projets du site Gambetta en 2016. Je voudrais dire au passage que, sans l?appel à projets "Réinventer Paris", jamais le projet de "La Fabrique de la danse", ni un autre projet comme "La Ferme du rail" dans le 19e arrondissement, n'auraient pu voir le jour. La force de "Réinventer Paris" réside dans la diversité des porteurs de projets. Ici, nous avons un bel exemple d'un projet porté par une jeune entreprise culturelle sans promoteur immobilier. D'ailleurs, c'est aussi cela l'efficacité de l'écosystème de l'innovation parisien. "La Fabrique de la danse" est une "start-up" qui a été incubée dans l'incubateur du CentQuatre, il y a de cela quelques années.

Les fondatrices, passionnées de danse - Nathalie vous l?a bien montré - ont réussi à transformer leur intérêt pour cette pratique en un projet immobilier unique. Ce projet va amener un équipement culturel supplémentaire au quartier et aider des danseurs en manque de lieux de répétition à l'échelle de tout Paris.

Je voudrais rappeler également que le 20e arrondissement est celui qui accueille le plus de compagnies de danse à Paris.

Ce type de projet n'est pas facile à mettre en ?uvre au niveau du montage économique et des garanties. Nous avons mené, avec la Direction de l'Urbanisme, un travail considérable pour accompagner ce projet et faire en sorte qu'il puisse émerger. Tous les élus du 20e savent les difficultés présentées par le site du 205, avenue Gambetta. C'est un site sur lequel il y a eu beaucoup de projets, dont la plupart ont échoué. Tous ont échoué à part celui-ci. Cette approche partenariale a permis de construire collectivement un projet qui convient aux ambitions d'intérêt général portées par la Ville, aux impératifs de viabilité économique ainsi qu?aux attentes d'une copropriété exigeante. Nous pouvons nous en réjouir aujourd'hui. Les études avaient révélé une difficulté supplémentaire sur ce site, des surcoûts liés à des travaux de dépollution et de structure. La prorogation de 9 mois de la vente effective due à ces contraintes, a finalement porté ses fruits. La solution trouvée de création d'une résidence d'artistes et d'intégration des surcoûts me semble pertinente, d'autant plus qu?elle permet effectivement le maintien d'un prix global minimum de cession de 600.000 euros, comme convenu lors de la promesse de vente.

Il ne me reste plus qu?à souhaiter longue vie à ce beau projet de "La Fabrique de la danse" qui permettra de renforcer l'offre culturelle et artistique dans le 20e arrondissement, en proposant une programmation et des services innovants, comme je le rappelle : un incubateur, des services médicaux spécialisés, des salles de répétition à disposition des professionnels de la danse.

Merci à vous.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 79.

Qui est pour ?

Contre ? Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2018, DU 79).