Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

relatif aux livraisons commerciales sur la rue de Bellevue.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2018


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous en arrivons au v?u référencé n° 64 relatif aux livraisons commerciales sur la rue de Bellevue.

Je donne la parole à M. François DAGNAUD.

M. François DAGNAUD, maire du 19e arrondissement. - Monsieur le Maire, Monsieur le Préfet.

Depuis plusieurs années maintenant, les livraisons du supermarché "Lidl" ouvert sur la rue Compans sont faites par des camions de très gros gabarit, jusqu'à 36 tonnes, depuis la rue de Bellevue. Cette organisation imposée est totalement inadaptée à l'environnement urbain sensible de cette rue étroite qui dessert le quartier des villas de la Mouzaïa et entre autres équipements, une crèche.

L'agent de ménage de la crèche s'est par exemple retrouvé récemment prisonnier des palettes déposées dans le plus grand désordre devant les portes de l'établissement. Il résulte de cette organisation défaillante et désinvolte une situation inacceptable et dangereuse. Les camions stationnent de manière irrégulière sur les trottoirs déjà peu larges, mettant en danger les piétons obligés de circuler sur la chaussée au milieu des voitures, génèrent de pénibles nuisances sonores notamment aux heures où les riverains commencent ou finissent leur nuit, et les rotations de ces camions qui se chevauchent aggravent la pollution de l'air.

Ces trois dernières années, nous avons multiplié les initiatives. J'ai moi-même reçu la direction du groupe "Lidl". Ma première adjointe a rencontré sur site celle du magasin en présence des riverains. A chaque fois, des engagements ont été pris. Ils n'ont jamais été tenus. J'ai écrit par deux fois au Préfet de police, la dernière fois le 31 mai 2017. Mais rien ne change et rien ne bouge. Les troubles dans l'espace public, comme les atteintes à la qualité de l'air, sont toujours le quotidien des habitants de cette rue.

Cela ne peut pas durer, Monsieur le Préfet de police, il n'est plus possible de fermer les yeux sur ces infractions répétées chaque jour.

Je ne veux pas passer sous silence que ce supermarché répond aussi aux besoins de sa clientèle en partie locale, et l'enjeu reste bien de trouver et sans doute d'imposer un mode de fonctionnement respectueux de son environnement en gérant par exemple la "livraison du dernier kilomètre" avec des véhicules plus petits et plus propres.

Cette situation est de ce point de vue un cas d'école. Il s'agit donc non seulement de reconquérir la rue de Bellevue, mais aussi et sans doute surtout de contribuer au changement de logiciel en matière de logistique urbaine.

Il s'agit également d'assumer nos choix en faisant progressivement respecter sur l'ensemble du territoire parisien l'affichage des vignettes Crit'air, et le respect des limitations de circulation pour les véhicules les plus polluants.

Au-delà d'une situation locale qui pourrait, je m'en excuse, sembler anecdotique, ce v?u nous appelle à aller chercher les pollueurs partout où ils se trouvent et pas seulement aux portes de Paris.

Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Maire du 19e arrondissement.

La parole est d'abord à Christophe NAJDOVSKI pour vous répondre.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Comme l'a rappelé M. le maire du 19e arrondissement, de nombreuses réunions ont eu lieu au sujet des livraisons du magasin "Lidl" situé à l'angle des rues de Bellevue et Compans.

Ce magasin, comme la plupart des moyennes surfaces parisiennes, dessert une clientèle locale. Les livraisons quotidiennes sont le signe que ce magasin fonctionne bien. Une voie de desserte souterraine et un quai de livraison avaient été prévus sous la dalle, mais sont aujourd'hui condamnés pour des raisons réglementaires. La réglementation incendie impose les livraisons à partir de l'espace public via une aire de livraison en dent creuse sur le trottoir.

Les véhicules utilisés par cette enseigne sont des porteurs de 19 tonnes qui gênent les cheminements piétons pendant les livraisons, mais il faut rappeler que s'il y avait l'utilisation de véhicules plus petits, cela augmenterait le nombre de livraisons, puisque la quantité de marchandises à livrer serait identique.

Nous sommes favorables à ce que la Préfecture de police puisse nous aider à trouver des solutions pérennes aux livraisons de ce magasin en réétudiant la question des livraisons via la rue sous la dalle, et pour répondre à votre souhait d'intégrer ce secteur aux zones de contrôle renforcé, je précise que c'est déjà le cas.

Tout Paris est contrôlé de façon intensive, plus de 10.000 procès-verbaux pour défaut de vignette Crit'air ont été dressés depuis le 1er janvier, et 'Lidl" a engagé une démarche d'investissement dans des véhicules plus propres fonctionnant au GPL et équipés de groupes frigorifiques plus silencieux.

Je vous propose donc que soit supprimé le second alinéa de votre v?u, considérant qu'il n'existe pas de réglementairement de zones de contrôle renforcé, mais que ce renfort au niveau des contrôles sera bien évidemment réalisé sur le quartier et plus spécifiquement sur cette enseigne, si vous le souhaitez.

En conclusion, je donnerai un avis favorable à votre v?u, sous réserve des amendements, s?ils sont acceptés.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Christophe NAJDOVSKI.

La parole est à M. le Représentant du Préfet de police.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Merci, Monsieur le Maire.

Monsieur le Maire, je suggère qu?une réunion puisse être organisée au niveau local le mieux adapté pour gérer ces problématiques, en lien bien évidemment avec les services de la Ville, vous-même, et peut-être, dans un temps ultérieur, l?exploitant.

Il y a deux niveaux d?actions distinctes à mener : d?abord la verbalisation des infractions constatées. Les éléments qui m?ont été communiqués ne mettent pas en avant un nombre de verbalisations très important, ce qui ne veut pas dire qu?il n?y a pas de difficulté. En tout cas, les chiffres que j?ai sous les yeux sont relativement limités. Je rappelle qu?en matière de stationnement gênant ou de stationnement abusif, tant les services de la Préfecture de police que ceux de la Ville de Paris à travers la DPSP peuvent relever les infractions. Ce sera sans doute l?occasion de voir comment coordonner nos actions. S?agissant des actions de fond sur la réorganisation ou l?évolution des conditions de livraison dans ce secteur, nous sommes bien évidemment à disposition pour accompagner les services de la Ville dans cette réflexion.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Représentant du Préfet de police.

Christophe NAJDOVSKI a proposé un amendement. L?acceptez-vous, Monsieur le maire du 19e arrondissement ?

M. François DAGNAUD, maire du 19e arrondissement. - A regret, mais je l?accepte.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Voilà, le principal pour moi est que vous acceptiez.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par MM. DAGNAUD, MADEC, TINTI et Mme KONÉ, amendée par l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u amendée est adoptée. (2018, V. 468).