Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

relatif à la remise en service des bornes Autolib'. Vœu déposé par le groupe les Républicains et Indépendants relatif à l'utilisation des anciennes Autolib'.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2018


 

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l'examen des v?ux référencés n° 50 et n° 51 relatifs à la remise en service des bornes Autolib' et à l'utilisation des anciennes Autolib'. La parole est à M. Thomas LAURET.

M. Thomas LAURET. - Voici également un sujet dont nous avons longuement parlé, au printemps.

Aujourd'hui, il est un peu désolant de s'apercevoir que nous avons des bornes Autolib' qui ne fonctionnent pas, qui ont été arrêtées du fait de l'arrêt d'Autolib', comme vous le savez. Nous avions demandé et nous redemandons aujourd'hui la possibilité de mettre à disposition ces bornes Autolib' des usagers. Au moment où on souhaite lutter contre la pollution, où on souhaite favoriser l'usage des véhicules électriques, il ne faut pas tergiverser et il faut trouver des solutions simples pour que ces bornes puissent être à disposition des Parisiens et des Franciliens le plus rapidement possible. Pour cela, nous proposons un mécanisme simple qui serait une carte forfaitaire d'abonnement à un tarif attractif et abordable, qui permettrait de brancher sa voiture électrique ou son deux-roues électrique rapidement, notamment la nuit, pour une recharge. Même si ce sont des bornes à recharge lente, la nuit permettrait de recharger facilement ces véhicules. Nous souhaitons donc un engagement de la Ville pour que ces bornes puissent être remises à disposition rapidement, avec une carte d'abonnement et un système de contrôle qui peut être d'ailleurs assuré par les sociétés qui contrôlent aujourd'hui le stationnement.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Seconde intervention, le Dr STOPPA-LYONNET.

Mme Dominique STOPPA-LYONNET. - Monsieur le Maire, chers collègues, Autolib' a cessé son service le 31 juillet dernier. 4.000 Autolib' sont à l'arrêt. Une partie d'entre elles seront probablement reprises par d'autres municipalités en service d'autopartage, une partie sera vendue.

Le v?u, présenté par Florence BERTHOUT, Bernard DEBRÉ, moi-même et le groupe LRI, propose qu'une partie des Autolib' disponibles soient proposées à des prix attractifs aux professionnels de santé parisiens qui font des visites à domicile. Cette disposition est de nature à faciliter les soins à domicile, qu'ils soient médicaux, infirmiers ou de kinésithérapeutes. Ces Autolib', que l'on pourrait repeindre en bleu et blanc par exemple, deviendraient alors des "Médicalib'". Ils seraient une belle illustration d'un signal patent du dynamisme des soins à domicile à Paris. Je vous remercie.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

La parole est à M. NAJDOVSKI pour vous répondre.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - J'ai cru comprendre qu'il y a deux v?ux.

J'avais une réponse pour chacun des v?ux.

Je répondrai tout d'abord à M. LAURET en précisant que les 3.244 bornes Autolib' ont été restituées au Syndicat "Autolib' Vélib' Métropole" par le groupe "Bolloré", à la fin du mois d'août.

Toutefois, le système de gestion informatique des bornes ne fait pas partie des biens transmis. Cela signifie que les bornes peuvent être laissées en libre accès à la recharge, mais que l'absence de centralisation par un système de gestion ne permet pas de savoir à distance si une borne est en état de fonctionnement, et cela ne permet pas de mettre en place un dispositif de visualisation des places disponibles ou encore de système de réservation.

Il nous apparaît nécessaire qu'un tel système soit à terme mis en place, ce qui nécessitera le lancement d'une procédure qui ne permet pas une réutilisation rapide des bornes.

La solution que nous proposons est donc une solution mixte : mettre en libre accès rapidement une partie des bornes réparties équitablement sur le territoire parisien afin d'offrir rapidement un service de recharge complémentaire au réseau de bornes de recharge publique Belib', et lancer parallèlement la procédure nécessaire d'un système de gestion fiable et pérenne de l'ensemble des bornes.

La mise en accès libre d'une partie des bornes, qui sont toutes aujourd'hui hors tension, ne peut toutefois intervenir immédiatement. Cela nécessite une intervention sur chaque borne, de manière à ce que l'on réponde à des objectifs minimum de sécurité.

D'ici la fin de l'année, les bornes pourront être accessibles, moyennant une carte d'abonnement au tarif très abordable, ce qui répond donc à la demande de votre v?u, auquel un avis favorable pourra être donné par l'Exécutif si vous acceptez l'amendement qui vise à préciser que c'est bien une partie des bornes Autolib' qui seront mises en service dans un premier temps.

En ce qui concerne le v?u de Mme STOPPA-LYONNET et Mme BERTHOUT, vous le savez, la Ville de Paris a mis en place une carte "Pro soins à domicile" qui est accessible aux médecins libéraux, aux infirmiers, sages-femmes, masseurs-kinésithérapeutes, orthophonistes, qui exercent dans la capitale, qui sont immatriculés à Paris ou en petite couronne, et qui interviennent au domicile des patients. Cette carte permet de stationner gratuitement sur le domaine public de voirie de Paris et sur l'intégralité des places de stationnement payantes. C'est une aide importante et qui est aujourd'hui suffisante pour les professionnels de santé qui souhaitent utiliser un véhicule motorisé. Créer un service spécifique d'autopartage pour les professionnels de santé nous paraît superflu, d'autant que pour ceux qui n'ont pas de voiture et qui souhaiteraient ponctuellement en disposer, des offres d'autopartage en "free floating" ou en flotte libre vont être lancées très prochainement. Enfin, vous évoquez le bilan environnemental des "Bluecars". Je rappelle que celles-ci devaient être constamment rechargées en station pour que leur batterie soit maintenue à température élevée. Promouvoir un service, comme vous l'évoquez, "Médicalib", où les rotations seraient limitées et où les voitures seraient en recharge constante en station n'est pas souhaitable sur le plan environnemental. Compte tenu de ces éléments, nous donnons un avis défavorable à ce v?u.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Monsieur LAURET, acceptez-vous l'amendement proposé ?

M. Thomas LAURET. - Oui, j'accepte l'amendement dans la mesure où on a un engagement que les bornes puissent être remises à disposition du public avant la fin de l'année et qu'une partie seulement des bornes sera dévolue aux automobiles en "free floating".

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u référencée n° 50 déposée par le groupe Démocrates et Progressistes, amendée par l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u amendée est adoptée. (2018, V. 465).

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u référencée n° 51 déposée par le groupe les Républicains et Indépendants, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.