Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants relatif à la lutte contre les dérives sectaires et religieuses.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2018


 

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant le v?u référencé n° 27 relatif à la lutte contre les dérives sectaires et religieuses.

La parole est à Mme Laurence GOLDGRAB, pour le groupe RGCI.

Mme Laurence GOLDGRAB. - Merci, Madame la Maire.

Mes chers collègues, vous le savez, mon groupe est particulièrement attaché à la lutte contre toute forme d'obscurantisme. La Miviludes a constaté la multitude de nouveaux mouvements à caractère sectaire tels que dans le bien-être, la santé ou le développement personnel.

En effet, au lendemain des attentats de 2015, la Miviludes a constaté la multiplication de ces mouvements dans de nouveaux domaines, par exemple le développement personnel, la santé ou le bien-être, et des nouveaux modes d'action alors portés notamment par des conférences Skype par Internet. Il y a à peu près de 500.000 personnes en France, dont 50.000 enfants, qui seraient victimes de ces dérives. Et il y a eu 2.323 signalements en 2016, selon le dernier rapport de la Miviludes, provenant à 91 % de personnes privées.

Il y a, à Paris, une présence dans l'espace public, notamment place de la République, qui ne faiblit pas, on ne peut que le constater. Il y a donc une véritable nécessité de ne pas baisser la garde face à l'obscurantisme, en particulier à l'heure où cela se développe par de nouveaux outils pour faire toujours plus de victimes. Notre v?u, c'est que la Ville de Paris engage avec la Miviludes une réflexion pour contribuer plus activement à la lutte contre les dérives sectaires et religieuses se manifestant sur l'espace public, et que la Ville de Paris renforce son soutien aux associations parisiennes luttant contre les dérives sectaires. Je vais citer l'A.D.F.I. ainsi que le Centre de documentation et d'éducation contre les maladies mentales, qui sont les associations parisiennes luttant de longue date contre les dérives sectaires.

Je vous remercie.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Merci.

Pour répondre, je donne la parole à Mme Colombe BROSSEL.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe. - Merci beaucoup, Madame GOLDGRAB ainsi qu?aux élus de votre groupe d'avoir mis en lumière ce besoin toujours nécessaire de soutenir les acteurs de la lutte contre les dérives sectaires, qui doit être une priorité pour les pouvoirs publics. La difficulté de traitement de ces dérives implique une vigilance d'autant plus forte qu'elles sont dissimulées et, à Paris, selon la Miviludes, plus de 400 groupes sectaires sont ainsi recensés. Rappelons-nous en permanence ces chiffres.

Vous le savez, la Ville a fait le choix de développer des actions visant à sensibiliser les publics aux dérives et aux dangers des dérives sectaires, mais également d'offrir un accompagnement psychologique et juridique aux victimes et à leur entourage. Un travail de sensibilisation des agents municipaux est mené. C'est à ce titre que nous soutenons le Comité contre les manipulations mentales et l'Association de défense des familles et des individus qui mettent en place des permanences de soutien pour les familles et les victimes de groupes sectaires, qui contribuent à la recherche et à la collecte d'information sur ces groupes, et qui organisent des actions de prévention, notamment auprès des agents de la Ville et de l'Education nationale.

Le C.C.M.M. organise chaque année, à l'auditorium de l'Hôtel de Ville, un colloque - passionnant - qui réunit professionnels, collectivités locales et publics autour d'un thème lié à l'emprise mentale. Cette année, ce sera "Emprise mentale et réseaux sociaux" en octobre 2018.

Notre soutien aux associations ne faiblit donc pas.

Nous travaillons évidemment très bien avec la Miviludes. Seule la Miviludes, la Préfecture de police et le parquet peuvent agir de manière coercitive auprès des mouvements sectaires déviants, mais vous le voyez, cela n'empêche pas le travail en commun, et la Ville y a toute sa place.

Tous les acteurs de la lutte contre les dérives sectaires se rencontrent régulièrement sous l'égide du Préfet de police, dans le cadre d'une commission parisienne. Si le préfet en était d'accord, nous pourrions lui suggérer qu'une réunion de cette commission ait lieu prochainement pour approfondir notre travail en commun.

En tout cas, j'apporte un avis favorable à votre v?u, et vous en remercie.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Merci.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe RGCI, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2018, V. 451).