Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2018 DU 167 - Dénomination "allée Claude Cahun" (6e).

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2018


 

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Nous passons au projet de délibération DU 167 et l'amendement n° 136, qui est la dénomination "allée Claude Cahun".

Je donne la parole à M. VESPERINI.

M. Alexandre VESPERINI. - Merci, Madame la Maire.

C'est un très beau Conseil de Paris consacré aux dénominations de rues en faveur de femmes, de personnalités féminines.

Paris est riche de l'engagement de beaucoup de femmes dans son histoire, et il est important que le Conseil de Paris leur rende hommage. Comme vous l'avez rappelé, Madame VIEU-CHARIER, c'est vrai que toutes ces femmes sont un peu passées, pour reprendre votre expression, en dehors des radars. Il était important que nous leur rendions hommage.

On leur rend hommage avec cet hommage à S?ur Emmanuelle qui aura son allée en plein c?ur du 6e arrondissement de Paris, là même où se situe Notre-Dame-de-Sion.

Il y aura maintenant une allée pour Claude Cahun ainsi que, plus tard, une allée pour Louise Catherine Breslau et Madeleine Zillhardt. Toutes ces femmes se sont engagées. Ce n'était pas non plus la même nature d'engagement, d'une part, la foi chrétienne pour S?ur Emmanuelle, et là je ne rejoins pas du tout les propos de Danielle SIMONNET, c'est un engagement religieux qui justifie son ministère et son engagement au service des autres. Donc il est normal que ce soit son nom religieux qui soit reconnu pour la dénomination de l'allée. Et puis pour Claude Cahun, c'est une foi artistique qui l'a menée en France, au tout début du siècle, plutôt dans les années 20, dans les Années folles, et qui l'a conduite à s'engager beaucoup dans le courant surréaliste aux côtés d'André Breton, en particulier. Voilà la première chose que je voulais dire. La deuxième chose, c'est en lien avec le v?u déposé par le groupe Démocrates et Progressistes. Le groupe PPCI votera ce v?u.

J'en profite pour faire cette explication de vote car, derrière chaque grande personnalité artistique, se trouve souvent le conjoint. C'était le cas pour Claude Cahun qui a toujours été accompagnée dans son combat par sa partenaire, par son amie, par sa compagne. Je rappelle d'ailleurs une chose, c'est que Claude Cahun n'est pas seulement une grande artiste, c'est aussi une grande résistante, qui a beaucoup résisté à Jersey. On a tendance à l'oublier, mais cette île anglo-normande a été occupée par les nazis, et elles ont beaucoup contribué au combat de la Résistance, c'était important de le rappeler dans cette enceinte.

Dernière observation que je voulais faire parce que je voulais, pour tout vous dire, surtout m'inscrire sur le projet de délibération suivant - je me suis trompé de projet de délibération - concernant Louise Catherine Breslau et Madeleine Zillhardt.

En fait, il y a juste un tout petit oubli, mais ce n'est pas très grave, de la part des services de la Ville sur Louise Catherine Breslau.

Vous ne le dites pas forcément dans le projet de délibération, il s'agit de la première femme artiste à laquelle la Ville de Paris a acheté des ?uvres. Je vous invite à l'occasion à aller sur Google Images pour voir les ?uvres et les tableaux qu'a réalisés cette grande artiste, notamment des portraits de femmes qui se retrouvent - et c'est bien normal pour les raisons que je viens d'évoquer - dans le patrimoine de la Ville de Paris, au Petit Palais et dans d'autres installations municipales. C'est important qu'à travers cela, nous puissions continuer à rendre hommage à ces artistes municipaux, et en particulier à cette femme. Voilà ce que je voulais dire sur ce sujet.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Merci.

Je vais donner la parole à Mme MÉHAL.

Mme Fadila MÉHAL. - Madame la Maire, chers collègues, vous l'avez dit à la séance de février 2018, nous avons proposé un v?u de dénomination pour rendre hommage à Claude Cahun, qui s'appelle en réalité Lucie Schwob, qui était une grande résistante, qui a beaucoup travaillé la question du genre à travers ses ?uvres.

Il faut savoir aussi - vous l'avez rappelé - qu'elle vivait avec Suzanne Malherbe, avec un pseudonyme qui était Marcel Moore, et qu'elles formèrent un couple d'artistes et de résistantes. C'est vrai que même ensemble, elles ont échappé à la mort.

Comme elles reposent désormais au cimetière de Sainte-Brelade à Jersey, il était important de rendre hommage à ce couple, comme d'ailleurs la Mairie de Paris a rendu hommage à des couples d'artistes. Je pense notamment à Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre, ou à Simone Signoret et Yves Montant.

Il serait intéressant de pouvoir les associer, comme elles l'ont été dans la vie, dans la Résistance et dans leur ?uvre, et faire en sorte que l'appellation de cette allée, qui sera dans le 6e arrondissement, soit terre-plein central du boulevard Raspail commençant rue de Fleurus et finissant rue Huysmans, qu'elle puisse avoir cette dénomination de Claude Cahun et ajouter Marcel Moore.

Je vous remercie.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Merci, Madame MÉHAL.

Pour vous répondre, Mme VIEU-CHARIER.

Mme Catherine VIEU-CHARIER, adjointe. - Ecoutez, je remercie M. VESPERINI et Mme MÉHAL pour les propos concernant Claude Cahun, c'était important d'insister. Je ne vais pas revenir dessus.

Je vais surtout revenir sur l'amendement qui est tout à fait juste et qui spécifie que l'on ajoute le nom de Marcel Moore, ce qui rentre en résonance avec l'histoire et l'?uvre de Claude Cahun, et qui spécifie également que le couple habitait Notre-Dame-des-Champs.

Quoi de plus beau, mes chers collègues, que de rendre hommage à ce couple d'artistes résistantes. Je donne un avis favorable à votre amendement.

Il permet d'inscrire le nom de ces deux femmes inséparables dans la vie et qui reposent ensemble à Jersey. Elles seront désormais ensemble dans la mémoire de Paris et, comme vous l'avez souligné, avec les artistes en couple comme Simone Signoret et Yves Montant. Bientôt, nous ferons la même chose pour France Gall et Michel Berger, et nous l'avons fait aussi pour Lise et Arthur London.

Je vous invite, mes chers collègues; à voter en faveur de ce projet de délibération amendé.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Merci.

J'ai une demande d'explication de vote de Mme CEYRAC.

Mme Sylvie CEYRAC. - Merci, Madame la Maire.

En fait, je souhaite, en mon nom et au nom de Philippe GOUJON, remercier la Commission de dénomination d'avoir accepté notre proposition de nommer le square de la place Adolphe-Chérioux, square Jean-Chérioux, du prénom de son petit-fils, square tout proche de la mairie, au c?ur du 15e, car cette famille a beaucoup travaillé et marqué l'histoire de notre arrondissement, tout particulièrement Jean, qui a été très actif dans ses différents mandats d'élu de Paris.

Je remercie également, avec Philippe GOUJON, la Maire de Paris d'avoir soutenu sans réserve notre demande. Ce square ainsi dénommé square Jean-Chérioux, qui vient d'ailleurs d'être totalement rénové ces derniers mois, ce sera une juste reconnaissance et un hommage mérité à Jean Chérioux.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, l'amendement n° 136 du groupe Démocrates et Progressistes avec un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

L'amendement n° 136 est adopté.

Je mets à présent aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 167, ainsi amendé avec un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération amendé est adopté. (2018, DU 167).