Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2018 DVD 83 - Indemnisation amiable de différents tiers, en réparation de dommages accidentels dont la responsabilité incombe à la Ville de Paris (230.727,89 euros).

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2018


 

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Nous abordons maintenant le projet de délibération DVD 83 relatif à une indemnisation amiable de différents tiers.

Mme ASSOULINE n'est pas là. M. LECOQ, lui, est là.

C'est donc M. LECOQ qui a la parole, et lui seul. Merci beaucoup, pour une minute.

M. Jean-Pierre LECOQ, maire du 6e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire.

Donc, je dispose d'un double temps de parole, si j'ai bien compris, parce que Mme ASSOULINE n?est pas là ?

Je voulais profiter, mes chers collègues, Monsieur le Maire, de ce projet de délibération classique qui appelle peu de commentaires sinon que, malheureusement, la Ville de Paris a tendance à indemniser de plus en plus de personnes compte tenu de l'état insatisfaisant de la voirie parisienne, mais cela, nous en avons déjà parlé et nous aurons l?occasion d?y revenir.

Je voulais profiter de ce projet de délibération pour évoquer une affaire dramatique qui s'est déroulée vendredi dernier, en l'occurrence dans le 6e arrondissement, à côté de la place Saint-Sulpice, mais ce n'est pas parce que cela s'est déroulé dans le 6e arrondissement que je l'évoque. C'est tout simplement parce qu?à 8 heures du matin, un homme de 40 ans, a priori en pleine possession de ses moyens, a fait une chute dramatique de 10 mètres en tombant dans un orifice qui avait été ouvert, c'est-à-dire une plaque qui, après recherche, est une plaque fermée - d'ailleurs, ce n'est pas une grille - appartenant à France Télécom.

Dans cette affaire, je vous rassure, Monsieur l'adjoint, je ne vous incrimine pas. Vous n'êtes pas responsable de tout. On n'est pas responsable de tout. En revanche, il me paraît nécessaire de se pencher sur ce sujet qui n'est pas un sujet bénin. J'avais déjà eu l'occasion, à l'occasion d'un incendie qui s'était déroulé dans une plaque de rue, il y a environ 18 mois, d'interpeller la Maire de Paris, ses services, bien évidemment, le Préfet de police, dont je regrette que le représentant ne soit pas là, et les sapeurs-pompiers. J'avais reçu de ce dernier la réponse la plus lénifiante possible même s'il s'agissait d'un feu. Je sais que les pompiers font face à beaucoup de situations difficiles.

Mais ce que je demande, Monsieur l'adjoint, Monsieur le Maire, c'est que l'on réfléchisse à un dispositif de sécurisation générale de ces trappes, que l'on n?utilise pas les méandres, que les administrations franco-françaises ne se mettent pas à l'?uvre pour refuser d'examiner ce qui peut être fait dans la mesure où les grands propriétaires de plaques et d'accès aux galeries souterraines sont la Ville de Paris, à travers principalement les services d'assainissement, France Télécom et Orange, successeur de France Télécom, pour les plaques de télécommunication, et c'est à peu près tout. Mais enfin, on a deux ou trois opérateurs.

Je souhaite que l'on se penche sur ce sujet, car on a bien des façons de mourir, mais mourir ou être polytraumatisé à 40, 50 ou 60 ans, quel que soit l?âge, en tombant de 10 mètres de haut, à 8 heures du matin, dans une rue de Paris, cela mérite notre attention. Je sais que l'on s'intéresse aux problèmes du monde entier dans cette Assemblée - et c'est peut-être bien de temps en temps - mais si on pouvait s'intéresser un peu aux problèmes qui concernent les Parisiens et les Parisiennes, ce serait encore mieux.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup. Juste un petit commentaire. Vous savez que cela touche également aux soucis, Monsieur. LECOQ, des personnes à la rue et des S.D.F. qui cherchent ici ou là à mettre leurs objets. Monsieur NAJDOVSKI va vous répondre. C'est un sujet humain compliqué pour lequel nous travaillons, pour lequel nous sommes évidemment mobilisés puisqu'il concerne les Parisiens et les Parisiennes. C?est notre quotidien.

Monsieur NAJDOVSKI, vous avez la parole.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Même si l'intervention de M. le Maire du 6e arrondissement n'est pas directement liée à ce projet de délibération, simplement je dirai que nous sommes évidemment vigilants sur la question des opérations qui peuvent être menées par les différents concessionnaires sur la voie publique. Cet accident malheureux, dont il importe de faire toute la lumière sur les raisons qui ont amené à cet accident, peut être l'occasion aussi de faire un rappel au niveau des concessionnaires qui interviennent sur la voie publique, pour leur faire respecter les règles de sécurité élémentaires en la matière. Nous ne manquerons pas de réintervenir auprès de ces concessionnaires pour le leur signifier.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Je vois un signal de Jean-Pierre LECOQ, brièvement.

M. Jean-Pierre LECOQ, maire du 6e arrondissement. - Quelques secondes pour dire à l'adjoint compétent qu'il n'y avait aucun chantier, aucune intervention. La plaque était ouverte. Certains pensent que ce serait éventuellement des cataphiles, puisque les catacombes ne sont pas loin, qui l'auraient ouverte. C'est un problème que l'on rencontre depuis plusieurs années, et je demande instamment à l'ensemble des parties prenantes, je le répète la Ville de Paris n'est pas seule concernée, de réfléchir à un dispositif qui permette de sécuriser les accès aux galeries souterraines, notamment lorsqu'elles ont une profondeur de 10 mètres.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 83.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2018, DVD 83).