Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains et Indépendants relatif à la délinquance dans le 5e arrondissement.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2018


 

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant le v?u référencé n° 32 relatif à la délinquance dans le 5e arrondissement.

La parole est à Mme Florence BERTHOUT, pour deux minutes.

Mme Florence BERTHOUT, maire du 5e arrondissement. - Madame la Maire, ce v?u est un cri d'alarme par rapport aux effectifs qui se détériorent inexorablement, Monsieur le Préfet, dans le commissariat des 5e/6e. J'y faisais allusion tout à l'heure lors de mon explication de vote sur le v?u n° 23.

Les chiffres ne mentent pas, ils sont préoccupants. Entre les 7 premiers mois de l'année 2018 et ceux de 2017, on constate une augmentation des actes délictueux dans le 5e arrondissement : violences physiques non crapuleuses + 14,42 %, violences sexuelles + 130 %, cambriolages + 26,87 %, vols de voitures + 150 %.

Ces évolutions se situent nettement au-dessus des moyennes parisiennes et coïncident, ce n'est pas un hasard, avec une baisse considérable des effectifs entre juillet 2017 et juillet 2018, puisque l?on est passé - je le rappelais tout à l'heure - de 280 agents en juillet 2017 à 233 en juillet 2018. Nous demandons donc au Préfet de police d'octroyer des effectifs supplémentaires. Pour voir et côtoyer régulièrement des policiers comme mes collègues, je crois qu'il y a vraiment le sentiment qui monte de ne pas être écouté, entendu, et de ne plus avoir les moyens d'agir. Je vois l'affreux drame qui s'est passé, dans la nuit de samedi à dimanche, sur le port de la Tournelle où un malheureux jeune homme de 17 ans a été mortellement poignardé à la suite d'un banal différent au sujet d'une trottinette, comme vraiment un coup de semonce qu'il faut entendre sur cette question des effectifs. Merci.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Merci Madame la Maire.

Pour vous répondre, la parole est à Mme Colombe BROSSEL.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe. - Merci.

Vous l'aurez compris dans les explications de vote sur les différents v?ux, j'apporterai, bien entendu, Madame BERTHOUT, un avis favorable à ce v?u, mais en souhaitant là aussi que l'ensemble des préoccupations s'élargissent à l'ensemble du territoire parisien.

La Maire de Paris s'est toujours mobilisée pour que la police ait pleinement les moyens d'agir, notamment s'agissant des effectifs fidélisés, en tenue, sur l'espace public et à la hauteur des besoins. Car nous le savons, au quotidien, les commissariats sont sollicités, nous savons combien les besoins sont importants, et nous savons à quel point il y a un besoin de mobilisation forte de moyens humains.

Les maires d'arrondissement que vous êtes, et d'ailleurs au-delà des considérations d'appartenance politique, s'en font l'écho au quotidien, et vous le dites les uns et les autres, au cours de nos séances de Conseil de Paris. J'ai évidemment, permettez-moi chers collègues, une pensée pour les maires du Nord-Est parisien qui sont également mis à rude épreuve. Le Préfet de police aura donc, je le dis et je le redis volontairement ici, toujours notre soutien en la matière. C'est la raison pour laquelle j'apporterai un avis favorable à votre v?u, Madame BERTHOUT, car notre parole à nous tous, dans le consensus politique autant que possible, est aussi, je le crois, un élément important sur ces questions. Merci beaucoup.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Merci, Madame la Maire.

Et pour vous répondre également, la parole est à M. le Représentant du Préfet de police.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Madame la Maire, vous aurez l'occasion d'échanger avec le Préfet de police sur ces différents sujets au début du mois d'octobre.

Je voudrais confirmer ici qu'un certain nombre d'indicateurs dans votre arrondissement connaissent une dégradation. C'est vrai du phénomène des cambriolages. Ce n'est pas propre à votre arrondissement, c'est un phénomène malheureusement parisien dont nous constatons la progression depuis maintenant plusieurs mois et vis-à-vis duquel nous mettons en place une série d'actions destinées à la fois à agir sur la prévention, puisqu'un certain nombre d'affaires de cambriolage ou de faits de cambriolage révèlent de négligences de la part des personnes qui en sont victimes. Mais nous menons également des actions qui visent à agir sur les trafics, sur les réseaux, et surtout sur les auteurs de ces cambriolages avec parfois des éléments assez intéressants, notamment sur la part des mineurs mis en cause parmi les personnes interpellées par les services de police.

Vous avez évoqué d'autres agrégats, les vols liés à l'automobile, la tendance du mois d'août étant moins marquée que celles des mois qui précèdent, donc cet indicateur est en moindre hausse. Les faits de violences sexuelles, qui sont en forte augmentation, s'inscrivent dans un contexte où le taux de signalement, le taux de dépôt de plainte est plus important qu'il n'a pu l'être parfois par le passé.

Face à cette situation, je voudrais vous confirmer qu'il n'y a pas de relâchement.

En matière de procédures pour les vols par effraction, c'est-à-dire les cambriolages, le nombre de personnes mises en cause a fortement augmenté, plus d'un tiers de personnes mises en cause supplémentaires dans ce seul 5e arrondissement.

Le commissariat organise également des opérations de lutte contre les occupations illicites de l'espace public. Cela vaut notamment pour les secteurs de votre arrondissement qui sont soit touristiques, soit attractifs de manière générale, en particulier les berges de Seine. Des opérations ciblées contre le port d'armes prohibées ont été également menées, 35 ces derniers temps, et nous mettons également en ?uvre des patrouilles dans le bas du Quartier latin qui, à certaines heures de la journée, peut évidemment poser des difficultés.

Les fonctionnaires du commissariat peuvent s'appuyer sur les 57 caméras du P.V.P.P. qui aujourd'hui équipent votre arrondissement. Une nouvelle caméra a été implantée au mois d'avril port Saint-Bernard, et nous regardons et examinons attentivement vos propres demandes d'implantation sur l'espace des berges de Seine, en lien avec HAROPA.

Sur la police des débits de boissons qui participe à la tranquillité publique, le nombre de fermetures s'élève à deux depuis le début de l'année, c'est relativement faible. En revanche, le nombre de contrôles est beaucoup plus important, puisque près de 90 procédures ont été initiées par les fonctionnaires du commissariat du 5-6. Je terminerai sur les effectifs. Je n'ai pas exactement les mêmes données que vous. Je vous confirme que, d'ici la fin de l'année, deux promotions de gardiens de la paix viendront compléter les effectifs de la Préfecture de police, une au mois de septembre, dans les tout prochains jours, et une au mois de décembre. Nous sommes clairement aujourd'hui à un niveau qui n'est pas le niveau maximum des effectifs de la Préfecture de police. L'objectif du Préfet est, d'ici la fin de l'année, de reconstituer ces effectifs, au moins au même niveau que celui de la fin de l'année 2017. C'est effectivement un enjeu important pour assurer correctement les missions de sécurité.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup.

Je soumets donc aux voix le v?u n° 32 du groupe les Républicains et Indépendants avec un avis favorable de l'Exécutif?

Explication de vote ? Allez-y.

M. Dominique TIBERI. - Merci.

J'approuve tout ce qui a été dit. Simplement, lorsqu'on nous a proposé et ce que nous avons approuvé, j'ai eu un désaccord et je le regrette avec Mme Colombe BROSSEL, c'est elle qui avait raison et je le reconnais, à savoir que l'opération 5-6, la fusion des deux commissariats, devait automatiquement provoquer une augmentation de 30 % des effectifs dans la rue. Mais cela s'entendait à effectif constant, d'où notre grande inquiétude.

J'en ai parlé avec des fonctionnaires de police du commissariat côté 5e, mais c'est pareil. Cette baisse, cette diminution des effectifs fausse complètement les chiffres. L'augmentation de 30 % attendue n'a pas lieu aujourd'hui, parce qu'on n'est pas à effectif constant. Merci beaucoup.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Merci. Je redémarre les opérations de vote.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe les Républicains et Indépendants, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2018, V. 455).

Je vous remercie.