Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2018 DAE 223 - Attribution d'indemnités exceptionnelles aux kiosquiers de presse parisiens. Signature des conventions afférentes aux indemnités (43.196 euros).

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2018


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DAE 223 : attributions d'indemnités exceptionnelles aux kiosquiers de presse parisiens.

Monsieur Jérôme DUBUS, vous avez la parole.

M. Jérôme DUBUS. - Merci, Monsieur le Maire.

Sur cette affaire des kiosques, je voudrais dire une première chose : depuis leur installation et leur changement, je crois qu'ils ont donné satisfaction à l'ensemble, à la fois des exploitants, les kiosquiers, et des usagers. On a eu un certain nombre de rénovations qui se sont faites dans des conditions sur lesquelles je reviendrai tout à l'heure, puisqu'on va parler d'indemnisation.

En tout cas, aujourd?hui, la satisfaction est générale. Je crois que les exploitants exploitent dans de meilleures conditions et du côté des usagers l'offre exposée n'a plus rien à voir avec ce que nous connaissions avant. C'est donc une satisfaction et une réussite, je voulais le dire et le signaler, puisque cela a fait aussi l'objet d'un certain nombre de critiques à l'origine. Je crois qu?à l'usage, finalement, nous aurons une augmentation, je l'espère, à la fois du nombre d'usagers et des conditions d'exploitation pour les exploitants. C?est la première chose.

La deuxième chose, c'est bien évidemment le projet de délibération lui-même sur les conditions d'indemnisation. J'ai constaté dans le 17e que l'organisation des fermetures des kiosques pour leur remplacement ne s'était pas très bien déroulée. On a fermé un certain nombre de kiosques qui étaient à 500 mètres les uns des autres ou pas très éloignés et on avait ainsi une clientèle un peu captive, qui malheureusement est partie ailleurs.

Or, il aurait fallu avoir un déroulement beaucoup plus précis, de manière à ce que la clientèle, qui était captive sur un certain nombre de kiosques, ne fuie pas le périmètre auquel elle était habituée. J'ai l'exemple de l'avenue de Wagram, j?ai l?exemple de l'avenue de Villiers, où les kiosques ont été fermés en même temps dans le 17e, ce qui fait que les usagers et les clients sont allés ailleurs. Toute la question est de savoir s'ils vont revenir. Aujourd'hui, on n'en sait encore rien. Il est trop tôt, c'étaient les vacances, après il y a eu la rentrée. Il va falloir surveiller cela avec beaucoup, beaucoup d'attention, car je ne suis pas certain que la clientèle qui a vu les kiosques fermer sans pouvoir obtenir une compensation dans un rayon adéquat en termes piétonniers pourra revenir. C'est toute la question que se posent les kiosquiers. C'est une première question, il va falloir la résoudre et je pense qu?il faut que nous étudiions et que nous observions les évolutions des chiffres d'affaires dans les 6 à 8 mois qui viennent, en tout cas jusqu?au mois de mars/avril, pour voir si la clientèle revient. Deuxième point, les indemnisations ont le mérite d'exister, puisqu'il y a eu des fermetures, donc des pertes de chiffre d'affaires, mais elles sont relativement faibles. Je ne vais pas reprendre l'exemple des indemnisations sur les travaux du T3, mais on en est à des niveaux à peu près comparables. Il y a des gens qui ont fermé 15 jours, 3 semaines et ils se retrouvent avec 1.000 ou 1.500 euros d'indemnisation. Je sais que c'est calculé en fonction des chiffres d'affaires mais c'est quand même relativement faible. Voilà, c'est une satisfaction sur le principe de changement. Néanmoins, ce sont des inquiétudes, des interrogations sur l'évolution de ce qu'il va se passer et sur le montant que je trouve assez faible de l'indemnisation de ces kiosquiers. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

La parole est à Mme Olivia POLSKI.

Mme Olivia POLSKI, adjointe. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, effectivement, je veux aussi me féliciter, puisque nous avons de très bons retours des clients, des Parisiens surtout, sur ce nouveau kiosque, et c'est donc une vraie réussite. Cela a été d'ailleurs le fruit d'un long travail, et aussi du Conseil de Paris où chacun a pris sa part. Je crois que l'on peut se féliciter déjà de cette première réussite.

Après, bien évidemment, il faut procéder à des remplacements. Cela a des conséquences, on le sait. On a essayé, en l'occurrence "MediaKiosk" a essayé, cet été, d'en faire un certain nombre, parce que l'été est une période plutôt creuse, où il y a moins de Parisiens et ce que vous évoquiez, c'est-à-dire le fait qu'il puisse y avoir le moins de dérangements possibles pour la clientèle, est le meilleur moment.

Par exemple, dans votre arrondissement le 17e, il y a 25 kiosques à moderniser et il y en a 9 qui ont déjà été remplacés. Vous imaginez bien qu?il va falloir continuer le déploiement. Il y en a trois qui vont être encore installés d'ici décembre, et les 13 autres seront modernisés en 2019.

Tout cela va forcément prendre un peu de temps et aura des conséquences. L'été, cela reste quand même la meilleure période. Mais on ne peut pas procéder au renouvellement uniquement pendant l'été, surtout que l'on sait que, comme il y a des raccordements électriques à faire, "Enedis" est très sollicitée et l'est encore plus pendant cette période.

On est conscient, le déroulement du renouvellement va se faire sur deux ans, mais il faut bien le faire. C'est la raison pour laquelle on avait travaillé sur les indemnisations et elles sont fonction du chiffre d'affaires. Je ne connais pas encore d'autres meilleurs moyens de calculer cela. Après, sur la capacité à retrouver dans le temps la clientèle, nous, on continue... Vous savez, il y a cette indemnisation pour les travaux, mais on continue aussi à donner une indemnisation et à aider les kiosquiers qui ont des chiffres d'affaires bas pour qu'ils aient au minimum un S.M.I.C. mensuel.

Donc on continue l'aide après, quelque part, pour ceux qui auraient du mal à retrouver la clientèle tout de suite. On a plutôt y compris pensé même à cette période de transition que vous évoquez.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAE 223.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. Félicitations, je vous en remercie. (2018, DAE 223).