Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Communiste - Front de Gauche relatif aux maisons closes de nouvelle génération.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2018


 

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant le v?u référencé n° 26 relatif aux maisons closes de nouvelle génération.

La parole est à Nicolas BONNET-OULALDJ. Non. D?accord.

Qui prend la parole ? Hervé BÉGUÉ.

M. Hervé BÉGUÉ. - Merci.

Madame la Maire, chers collègues, on pourrait trouver comique ou simplement ridicule que le groupe Communiste ré-intervienne pour demander que l'on se penche sérieusement sur ce lieu de prostitution d'un nouveau genre. Le propriétaire, qui a déjà, dans d'autres domaines, utilisé les failles de notre législation afin de faire commerce de produits illicites, réitère dans le 12e arrondissement son opération qui a échoué dans le 14e. Les "Xdolls", comme il les appelle, ont bien été chassées par le voisinage et les copropriétaires de l'immeuble dans lequel elles étaient installées, le gérant taisant à ses voisins les va-et-vient incessants que son trafic génère au mépris de leur quiétude.

Mais peut-on laisser s'installer une activité qui, au prétexte qu'il ne s'agit pas d'êtres humains, met en scène des poupées en silicone qui ont tous les attributs d'une femme, voire d'une enfant, pour assouvir des fantasmes qui peuvent aller jusqu'au viol ? Je vous rappelle que vous pouvez commander un environnement sonore qui rappelle les cris d'une femme violée.

Des universités américaines, japonaises, allemandes et anglaises se sont penchées sur ce phénomène de la sexualité déshumanisée. La chaîne Arte a consacré, il y a peu, un reportage édifiant sur cette question, et nous, nous devrions regarder passer les trains sans intervenir. La culture du viol se cache partout. Vous avez unanimement, avec Hélène BIDARD, condamné les campagnes d'affichage qui allaient dans ce sens. Vous défendez partout, et à juste titre, les droits humains, et quand il s'agit de l'image de la femme, vous fermez pudiquement les yeux et vous nous accusez de pudibonderie. Je vous demande donc de nous suivre dans ce juste combat contre la banalisation du sexisme et du viol. La France ne peut pas être le dernier pays qui se penche sur cette question. Je vous remercie.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Merci.

Pour vous répondre, je donne la parole à Mme Colombe BROSSEL.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe. - Avis défavorable.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Merci.

Pour compléter cette réponse, je donne la parole à M. le Représentant du Préfet de police.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Deux mots rapides qui sont dans le prolongement des propos que j?avais déjà tenus au Conseil de Paris sur cette même question.

Rappeler d'abord qu'en tant que telle, cette activité, au regard des textes en vigueur - je ne me prononce que dans le cadre du droit - n?est pas assimilable à du proxénétisme qui répond à une définition bien précise et qui nécessite que le proxénétisme mette en cause et porte préjudice à des personnes humaines directement.

Deuxième élément : vous rappeler que le Préfet de police avait déjà indiqué - et il le confirme de nouveau aujourd'hui - que si cette activité, si "cette maison close de nouvelle génération", comme vous l?appelez, venait à produire des troubles à l?ordre public, bien évidemment, nous interviendrions. Mais, en l?état actuel, il n?existe pas, dans le cadre juridique en vigueur, de procédure permettant de fermer cet établissement ou de s'opposer à son ouverture.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Merci.

Je vais mettre aux voix le v?u n° 26 du groupe Communiste - Front de Gauche, avec un avis défavorable de l?Exécutif?

C?était juste, mais, Madame la présidente, vous avez la parole pour une explication de vote.

Mme Florence BERTHOUT, maire du 5e arrondissement. - Rassurez-vous, ce sera extrêmement rapide.

D'ailleurs, on a déjà eu ces échanges dans l'hémicycle - il est vrai, à la nuit tombante - et, ne variatur, je suis favorable à ce v?u. Je trouve absolument extravagant que l'on puisse, dans un pays qui respecte la femme, son corps, avoir ce genre de magasin. Cela n'a rien à voir avec la vertu. On fait ce que l'on veut chez soi et c'est très bien. Mais, franchement, que l'on puisse tolérer cela, c'est absolument révoltant.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe Communiste - Front de Gauche, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

Mme Florence BERTHOUT, maire du 5e arrondissement. - Vous êtes sûre ? Il faut compter !

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Nous allons compter.

Qui est pour ?

22 voix.

Qui est contre ? 29 voix.

La proposition de v?u est donc repoussée.