Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2018 DPE 43 - Subvention (5.000 euros) et convention avec l'association "Surfrider Foundation Europe" pour son projet "Voice for the Ocean Tour 2018".

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2018


 

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DPE 43 relatif à l'attribution d'une subvention et d'une convention avec l'association "Surfrider Foundation Europe" pour son projet "Voice for the Ocean Tour 2018".

La parole est à David BELLIARD pour le groupe des écologistes de Paris, pour cinq minutes, et que Patrick KLUGMAN m'excuse de cet accroc à la francophonie.

M. David BELLIARD. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, non, vous vous êtes parfaitement défendu.

L?océan représente plus de 70 % de la surface de la Terre, il abrite la majorité des espèces vivantes, génère plus de 60 % des services écosystémiques qui nous permettent de vivre, à commencer par la production de la majeure partie de l?oxygène que nous respirons, et régule à plus de 80 % la température de la planète. Le rôle des océans est primordial et, pourtant, nous les traitons comme s'ils étaient notre grande poubelle collective. Nous générons toujours plus de déchets, trop souvent jetés dans la nature, qui finissent inexorablement dans les eaux des océans, emmenés au gré des courants, des fleuves.

La pollution plastique en est d?ailleurs l'exemple par excellence. Ce sont 5.000 milliards de débris plastiques qui flottent aujourd?hui dans les océans, soit 269.000 tonnes de déchets. Nous avons réussi la création d'un septième continent entre les États-Unis et le Japon de 3,43 millions de kilomètres carrés, ce qui est l'équivalent d'un immense conglomérat de plastiques grand comme 6 fois la France.

L'Europe est le premier consommateur de bouteilles d'eau en plastique. 41 % d?entre elles se retrouvent dans la nature et mettent entre 100 et 1.000 années à se dégrader. Idem pour les sacs en plastique : chaque année, 8 milliards d'entre eux sont jetés dans l'environnement et mettent 400 ans à se décomposer. Les déchets de notre quotidien mettent en danger la biodiversité. A cause de la pollution plastique, ce sont 690 espèces marines qui sont menacées d'extinction, 1 million d'oiseaux et 100.000 mammifères marins qui meurent chaque année. Et pourtant, tant pour les bouteilles que pour les sacs, il existe des alternatives. Il suffirait simplement que nous décidions collectivement de changer radicalement nos comportements.

C'est pourquoi à Paris, nous, écologistes, nous débattons aussi pour un changement de modèle complet. Nous voulons une ville "zéro déchet", où rien ne se jette et tout se transforme, avec une priorité : sortir du tout-plastique, qui, s?il assure de nombreux services à notre quotidien, montre aujourd'hui qu'il se paye au prix fort, beaucoup trop fort.

Aujourd?hui, nous sommes appelés à soutenir la "Surfrider Foundation Europe", qui compte faire entendre la voix des océans, trop souvent les grands oubliés des plans de protection de l?environnement. C?est cette O.N.G. qui est notamment à l?origine des mesures inscrites dans la loi biodiversité d?interdiction des microbilles plastiques dans les cosmétiques ou des cotons-tiges. Merci donc à eux de faire un travail de lanceur d'alerte et de porte-voix des océans à Paris.

Aidons-les en votant pour ce projet de délibération, mais allons plus loin : nous voulons une métropole fer de lance de la préservation de l'environnement. Bannissons de notre ville toutes les pollutions qui pourraient finir dans la Seine et, finalement, abîmer nos océans. Je vous remercie.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Président.

Pour vous répondre, la parole est à Mme Célia BLAUEL, pour cinq minutes.

Mme Célia BLAUEL, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Je crois qu?il n'est pas utile que je revienne sur la "Surfrider Foundation" que tout le monde connaît, qui, oui, est spécialisée dans la protection des océans, des mers, mais aussi des lacs et des cours d'eau. C?est une association qui agit depuis de nombreuses années dans la Capitale et je ne doute pas que nombre d'entre vous ont déjà participé ou en tout cas assisté à des actions de sensibilisation de l'association.

Notre partenariat avec elle s'inscrit évidemment dans notre préoccupation partagée des enjeux que vous avez rappelés, Monsieur BELLIARD, de voir disparaître toutes les sources de pollution plastique, sujet, comme vous le savez, qui est aussi au c?ur de l'action de Mao PENINOU et d?Antoinette GUHL dans la construction d'une trajectoire "zéro déchet".

Je ne vais pas redire tout ce que vous avez très bien dit sur ce sujet majeur, mais je vais profiter des quatre minutes qu?il me reste pour attirer l'attention de notre Conseil sur deux sujets qui s'inscrivent pleinement dans cette lutte contre les déchets plastiques.

D?abord, pour vous inciter - mais je l'ai sans doute d'ores et déjà dit souvent dans ce Conseil - toutes et tous à faire simple, c?est-à-dire à acquérir une gourde et boire l'eau de Paris. Ce petit geste vous évitera 7 kilos de déchets par foyer et par an. La remplir d?eau du robinet vous coûtera par ailleurs 300 fois moins cher que de boire de l'eau en bouteille plastique.

Deuxième point, je souhaiterais vous inviter, le 2 octobre prochain, à venir rencontrer les lauréats des trophées des événements écoresponsables, qui se tiendront à la Gaîté lyrique sous le patronage d?Aurélie SOLANS. C?est la première édition de ces trophées qui viennent récompenser tous les grands événements publics qui ont postulé - événements publics parisiens -, qui s'engagent sur une trajectoire "zéro déchet" et, au-delà, parmi lesquels beaucoup d'événements sportifs qui se sont mis à faire leur petite révolution pour s'engager fortement sur ce sujet. Je n'en dis pas plus et vous invite vraiment à cette très belle soirée avenir.

En tout cas, merci pour ce soutien à ce projet de délibération.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Merci, Madame BLAUEL.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPE 43.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2018, DPE 43).