Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2018 DDCT 135 - Subventions (77.000 euros) à 14 structures porteuses de projets économiques locaux dans les quartiers "politique de la ville".

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2018


 

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DDCT 135 relatif à l'attribution de subventions à 14 structures porteuses de projets économiques locaux dans les quartiers "politique de la ville".

La parole est à Mme Virginie DASPET, pour le groupe Socialiste et Apparentés.

Mme Virginie DASPET. - Merci.

En 2015, notre Conseil a adopté le contrat de Ville qui nous lie jusqu'à 2020, dont les axes 1 et 3 - accompagner les parcours et prévenir les ruptures, et dynamiser les quartiers dans la ville - s'attache aux politiques de développement économique local. C'est bien ce de quoi il est question dans ce projet de délibération. Il vous propose d'apporter un soutien de 77.000 euros à 14 structures qui développent des projets économiques locaux dans les quartiers "politique de la ville".

Ces projets s?enracinent dans nos quartiers autour de l'économie sociale et solidaire, mais aussi du développement des compétences professionnelles des habitants, la valorisation de leurs atouts, de l'encouragement à l'entreprenariat. Au cas par cas, cette politique encourage l'emploi et l'insertion dans la vie économique. Génériquement, elle s'attache à accompagner des territoires souvent jugés trop peu productifs, à y porter des espaces dynamiques où l'on crée, où l?on invente, où l'on rend des services et où les compétences sont développées et valorisées.

Dans le 20e, l'association "Belleville Citoyenne" pourra ainsi être soutenue à hauteur de 4.000 euros. Nous venons d'inaugurer ses locaux dont l'aménagement a été financé par le budget participatif afin qu?elle développe des formations professionnalisantes dans le domaine des nouvelles technologies pour des jeunes non diplômés.

Autre bonne nouvelle : elle a récemment conclu un accord avec le Conservatoire national des arts et métiers qui permettra à ces jeunes de poursuivre cette première formation en intégrant des cursus diplômants. Une autre association qui agit dans le 20e, "Extramuros", serait soutenue à hauteur de 8.000 euros. Elle encourage le développement de l?emploi dans l'économie circulaire avec la mise en réseau des acteurs du réemploi ou la mise en place d'acquisition de compétences en menuiserie notamment. 4.000 euros sont proposés pour l'association "Activ'Action" qui agit dans le 13e arrondissement en organisant des ateliers de remobilisation vers l'emploi et d'entraide entre demandeurs d'emploi. Dans le même esprit, 5.000 euros sont destinés à l'association "Salle Saint Bruno" dans le 18e pour ses actions d'accueil et d'accompagnement des jeunes, de promotion de l'espace de proximité-emploi et ses ateliers collectifs de découverte de métiers ou de techniques de recherche d'emploi.

Toujours dans le 18e, ce projet de délibération se propose d'apporter une subvention de 10.000 euros à l'Association des professionnels de la mode et du design de la Goutte d'Or pour développer des coopératives d'artisans, des outils de communication et aussi apporter du soutien au montage de dossier et en expertise technique pour les entrepreneurs du quartier.

Au-delà de ce projet de délibération, il y en a deux autres qui suivent et qui s'inscrivent dans le même esprit, je crois que Mme PREMEL est inscrite sur le suivant, ce qui est important, c'est de comprendre que c'est une politique cohérente qui est proposée.

Par exemple, avec le projet de délibération DDCT 140 qui va proposer 150.000 euros pour des associations s'engageant dans la lutte contre l'illettrisme et le développement des compétences, toujours dans les quartiers "politique de la ville".

Il y a aussi le projet de délibération DDCT 141 qui va proposer un soutien de 27.000 euros pour le développement de deux "Citéslab" qui ont été lancés en 2017 dans les quartiers du Nord-Ouest parisien. Ces "Citéslab", je continue ma parenthèse, sont issus d'un dialogue avec l'Etat et la Caisse des Dépôts, et permettent de créer des espaces de mobilisation dans l'offre de service, l'accès au financement ou le soutien dans les démarches entrepreneuriales. Elle cible aujourd'hui les quartiers des 18e, 19e et 20e arrondissements.

Comme vous l'aurez compris, l'action de notre collectivité ne se contente pas de tenter d'apporter un soutien pour ramener les plus fragiles ou les moins favorisés vers une meilleure qualité de vie, ou de leur permettre de vivre au quotidien avec moins d'inquiétudes. Nous avons une réelle ambition pour ces quartiers tellement vivants, où tant de choses se passent en termes culturels, sportifs, mais aussi économiques et citoyens.

L'innovation ne doit pas se comprendre comme un phénomène limité aux quartiers les plus favorisés et les plus densément peuplés en entreprise de notre ville. Les compétences et les idées sont partout, elles naissent au c?ur de tous nos quartiers, et c'est notre responsabilité, notre rôle que d'aider ceux auxquels patrimoine et réseau font défaut.

C'est justement ce à quoi vous êtes invités en votant ce projet de délibération. Merci.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Merci, Madame DASPET.

Pour vous répondre, je donne la parole à l'excellente Colombe BROSSEL, pour 5 minutes maximum.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe. - Merci, Monsieur le Président.

Merci à Virginie DASPET de souligner l'action importante menée par la Ville de Paris en faveur des quartiers populaires et de leurs habitants. C'est une ambition renouvelée et nous essayons, année après année, de contribuer à ce renouvellement. Nous réunissions la semaine dernière avec Pauline VÉRON - et la Maire de Paris, qui est venue les saluer - près de 500 associations qui interviennent dans les quartiers populaires parisiens.

Nous leur avons annoncé les mesures que nous prenons dans les jours qui viennent, destinées à simplifier leurs démarches administratives, car nous sommes convaincus que nous devons leur permettre de se consacrer plus à leur projet qu'à devenir des spécialistes du dépôt de subventions auprès de la Ville de Paris.

Vous le savez, la majorité des associations dans les quartiers populaires sont financées via l'appel à projets qui va être lancé dans quelques jours. Ce sont 800 projets soutenus chaque année pour lesquels nous avons augmenté les enveloppes quartiers de plus de 40 % depuis 2014.

Par ailleurs, et vous avez mis l'accent dessus dans votre intervention, nous avons souhaité mettre l'accent sur certaines thématiques via des lignes dédiées : citoyenneté, famille monoparentale et emploi et développement économique.

Permettez-moi juste de rajouter à cet ensemble de projets de délibération que vous avez décrit, trois projets de délibération qui sont portés par la DAE et qui sont issus du budget participatif, qui permettent de soutenir des projets d'attractivité commerciale ou à destination de personnes en recherche d'emploi.

La deuxième édition du "Coup de pouce commerce" a permis cette année de soutenir 27 commerçants en quartier populaire pour réaliser des travaux d'entretien ou d'adaptation de leur commerce. Pour cette édition, nous lançons la rénovation de locaux en pied d'immeuble de la cité Bonnier et le soutien à "Danube Palace" dans le 19e arrondissement, dans le cadre du projet "Espace partagé - espace de travail public", co-porté avec ma collègue Marie-Christine LEMARDELEY.

Comme vous le voyez, c'est donc bien une politique globale que nous déployons en faveur de l'emploi et du développement économique dans les quartiers populaires.

Je vous remercie, une fois de plus, de l'avoir souligné.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Merci beaucoup, Madame BROSSEL.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDCT 135.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2018, DDCT 135).