Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par les groupes UDI-MODEM et LRI relatif au city stade du jardin Lionel-Assouad (14e).

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2018


 

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Nous allons maintenant examiner le v?u n° 115 relatif au city stade du jardin Lionel-Assouad.

La parole est partagée entre Eric AZIÈRE et Mme CARRÈRE-GÉE, une minute chacun. Monsieur AZIÈRE pour une minute.

M. Eric AZIÈRE. - Merci beaucoup.

En effet, je porte ce v?u avec ma collègue Marie-Claire CARRÈRE-GÉE du 14e arrondissement. Il ne s'agit pas d'un dossier sportif, mais d'un équipement qui a été visiblement mal implanté puisqu'il se trouve au jardin Lionel-Assouad à 5 mètres de la porte de la Mission locale et à 9 mètres des fenêtres d'un immeuble de riverains qui sont évidemment gênés par les nuisances sonores générées par le city stade, et c'est normal, c'est classique, ils sont beaucoup trop près. Puis aussi par des phénomènes déviants qui sont ceux d'une délinquance locale avec son trafic habituel, ses scooters, ses chiens dangereux et les escalades des grilles la nuit.

Il s'agit simplement de demander qu'on revoie, par une étude d'implantation, les conditions dans lesquelles a été implanté ce city stade, et si ces conditions sont notoirement expertisées comme étant une erreur d'implantation, qu'on pourvoie à la suite, c'est-à-dire au déplacement de ce city stade pour remettre un peu de calme dans ce jardin.

Je vous remercie.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Mme CARRÈRE-GÉE pour compléter, une minute.

Mme Marie-Claire CARRÈRE-GÉE. - Merci, Monsieur le Maire.

Effectivement, nous avons déposé ce v?u avec Eric AZIÈRE. Ce n'est pas la première fois qu'au Conseil d'arrondissement depuis plusieurs années, on saisit la maire du 14e arrondissement, Carine PETIT, et sa majorité sur cette situation un peu folle.

Comme l'a dit Eric, il y a eu vraiment une grosse erreur initiale. Un city stade ne se met pas à moins de 9 mètres d'une habitation, à moins de 5 mètres de bureaux. Les habitants ne sont pas 200, c'est peut-être la raison pour laquelle cela ne bouge pas, mais les habitants n'en peuvent plus et vivent au c?ur d?une vraie caisse de résonance. Et ni les plaintes des habitants, ni le fait qu?il y ait besoin d?intervention des forces de police à répétition, avec évidemment, pas de succès, parce que c?est mission impossible - soit dit en passant, on pourrait utiliser mieux l?argent public qu?à ces fins -, rien n?y fait.

On a un petit espoir, Eric AZIÈRE et moi, depuis le dernier Conseil d?arrondissement, parce que, outre nos interventions, il y a eu celles d?habitants et le témoignage, qui était vraiment si sobre, si sincère?

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Est-ce que vous pouvez conclure, s?il vous plaît ?

Mme Marie-Claire CARRÈRE-GÉE. - ? d?un habitant, qui s?est fait le porte-parole des souffrances des riverains, et qui a semble-t-il ému quand même la majorité des membres de la majorité municipale. On demande donc vraiment que cet équipement soit fermé sans délai. On vous fait confiance, Monsieur Jean-François MARTINS, pour trouver, avec la mairie du 14e, un autre lieu d?implantation. Je vous remercie.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

La parole est à M. le Représentant du Préfet de police, qui veut ajouter un mot sur ce sujet.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Juste pour dire que la police est intervenue effectivement à plusieurs reprises sur saisine des habitants, mais pour des matières ou des faits qui n?ont pas donné lieu à constatation d?infractions proprement dites.

On est donc peut-être davantage sur un sujet de coexistence entre personnes et activités, mais la police est sensible à cette situation et interviendra en lien avec la DPSP, si nécessaire.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. Jean-François MARTINS, pour vous répondre.

M. Jean-François MARTINS, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

On est évidemment là au c?ur de ce que sont les complexités et les enjeux d?une ville très dense, et à la fois d?une ville qui souhaite maintenir une démographie jeune, une activité physique pour l?ensemble de ses habitants et qui souhaite créer des espaces pour ses habitants, alors même que nous sommes l?une des villes les moins bien dotées en nombre de surfaces sportives par habitant.

C?est un sujet d'équipement sportif à proximité des immeubles d?habitation, qui est présent dans d?autres arrondissements de Paris, je le dis, et à d?autres ensembles - je pense dans le 13e, je pense dans le 20e arrondissement -, où des situations comparables existent et pour lesquelles, évidemment, les solutions sont particulièrement difficiles à trouver.

La première, parce que les opportunités foncières d?offrir aux jeunes et aux moins jeunes Parisiens des lieux pour faire du sport sont rares, et qu?il serait pour le moins baroque de fermer purement et simplement une occasion à la fois de sports et de loisirs pour les Parisiens dans l?espace public. Ils en trouveraient d?autres, et peut-être pas celles que nous souhaitons.

En même temps, il est compliqué d?être insensible à la souffrance et aux difficultés que vivent celles et ceux qui décrivent des faits, que la police et la DPSP documentent de manière peut-être moins intense et moins grave que ce qui nous est rapporté, mais cela n?empêche en rien, évidemment, la souffrance.

Je sais que la maire du 14e, Carine PETIT, et l?ensemble de sa majorité ont déjà fait énormément : le renforcement des passages de la DPSP, les travaux de réaménagement de la Mission locale, la végétalisation engagée par la DEVE, le remplacement des filets de football, la fermeture du city stade à 19 heures, avec fermeture par la DPSP pour permettre de civiliser les rapports entre ces deux usages, parfois contradictoires, de la ville.

Il faut continuer à avoir cette vigilance accrue, il faut faire confiance, je le crois, aux élus locaux sur des sujets d?une telle micro-localité pour, semaine après semaine, tant dans le dialogue que dans les aménagements, trouver les solutions qui permettront à tout le monde de vivre à la fois sa passion et son sommeil, le plus calmement et le plus paisiblement du monde.

J?ai donc une solidarité absolue avec ce v?u et son souci de répondre aux souhaits de quiétude des habitants. Je ne peux pas y répondre favorablement, parce que je n?ai pas d?option, pour l?instant, à proposer aux jeunes, que je ne veux pas priver de sport, mais sachez que je suis pleinement engagé à trouver une solution pacifiée sur le sujet.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 115 avec un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u est rejeté.

Nous en avons fini avec la 7e Commission.