Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par les groupes UDI-MODEM et LRI relatif à l'Académie de la Grande Chaumière.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2018


 

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Nous passons au v?u n° 131 relatif à l'Académie de la Grande Chaumière.

Je donne la parole d'abord à Mme LECOUTURIER, puis M. LECOQ, qui vont se partager les 2 minutes.

Mme Béatrice LECOUTURIER. - Permettez-moi, en introduction, de remercier M. HOCQUARD qui remplace M. GIRARD et de regretter l'absence de M. GIRARD.

Cela étant dit, l'Académie de la Grande Chaumière, véritable lieu mythique artistique à Paris, qui a accueilli les plus grands professeurs de dessin et de sculpture comme Zadkine, Bourdelle ou Fernand Léger, qui a reçu les non moins célèbres élèves comme Gauguin, Modigliani, Giacometti, ou Zao Wou-Ki, ce lieu aujourd'hui est en danger.

Ce lieu est en danger parce que l'immeuble qui abrite l'atelier où des centaines d?élèves exercent encore, va être mis aux enchères le 16 octobre prochain. A ce jour, aucune garantie n'a été donnée à l'Académie quant à la poursuite des activités artistiques de cette école. C'est pourquoi notre groupe UDI-MODEM ainsi que notre ami Jean-Pierre LECOQ, qui est le maire du 6e arrondissement, où est implantée cette Académie de la Grande Chaumière, demande par ce v?u que la Mairie de Paris mette tout en ?uvre, toutes les actions qui sont en son pouvoir, pour que cette Académie de la Grande Chaumière reste dans cet endroit mythique, y compris, on peut se réserver également le droit de préemption à l'issue de la vente aux enchères. C'est un devoir pour nous, élus, que des ateliers comme celui-ci restent dans le quartier de Montparnasse et subsistent dans notre Ville de Paris.

Je vous remercie.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Merci beaucoup.

Monsieur LECOQ ?

M. Jean-Pierre LECOQ, maire du 6e arrondissement. - Béatrice LECOUTURIER a dit l'essentiel. C'est effectivement un lieu mythique. C'est d'ailleurs un des derniers lieux qui restent du Montparnasse du début du XXe siècle.

La tour Montparnasse, comme on le sait, a fait disparaître 400 ateliers d'artistes. C'est en même temps un lieu où vivent des artistes, il y a un modèle économique, il y a encore des modèles qui sont là, des cours qui sont donnés pour tous les amateurs de dessin.

Je pense qu'il faut vraiment que, sur tous les rangs de cette Assemblée, on se mobilise - je sais que le cabinet de la Maire l'est également - pour que l'on trouve une solution, sous une forme à déterminer.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Merci.

Pour vous répondre, M. HOCQUARD.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint. - Merci, Madame la Maire, merci aux différents intervenants.

Effectivement, je vous remercie pour ce v?u. Mais comme vous l'avez indiqué, l'Académie de la Grande Chaumière est une école d'art privée, fondée en 1904 par l'artiste suisse Martha Stettler, qui est située dans le 6e arrondissement.

L'immeuble a été légué, en 2017, à la fondation Notre-Dame-les Bernardins, aux Apprentis d?Auteuil et à l?Association de prévoyance du notariat, qui ont décidé de le mettre en vente le 16 octobre prochain.

L'Académie Charpentier, locataire d'un bail commercial depuis 1957 lui donnant accès aux 510 mètres carrés des ateliers historiques, s'inquiète de la poursuite de l'activité de l'Académie à l'issue de ce bail. Si c'est un lieu important et un lieu culturel important, la situation de l'Académie est fragile, mais la Ville de Paris, en l'absence totale de liens avec ces structures, ne peut malheureusement pas faire des miracles.

En effet, il s'agit d'une structure entièrement privée. Les Ateliers des Beaux-Arts de la Ville n'entretiennent aucune relation avec elle et aucun des enseignants n?y enseigne. En Outre, la Ville de Paris n'est pas propriétaire du bâtiment.

Vous faites une demande de soutien pour trouver une solution et je vous ai entendu, Monsieur le Maire, dans votre intervention et je pense donc que là, c'est tout à fait favorable à cette partie. Par contre, sur la question de la demande de préemption, je pense que c'est une option qui n'est pas envisageable dans la mesure où il n'est pas dans la politique de la Ville de préempter des immeubles.

En tout cas, vous nous le reprocheriez, comme vous nous le reprochez sur la question du logement social, par exemple quand on fait des préemptions dans le 6e arrondissement, dans un quartier où le prix du mètre carré à mon avis est très élevé. Je vous propose donc d'amender votre v?u en supprimant la référence à la préemption. Par contre, je donnerai un avis favorable, au nom de l'Exécutif, sur le v?u, sous réserve de cet amendement.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Madame LECOUTURIER, Monsieur LECOQ, vous acceptez la proposition ?

Mme Béatrice LECOUTURIER. - Oui, nous acceptons la proposition.

M. Jean-Pierre LECOQ, maire du 6e arrondissement. - J'accepte la proposition mais il faudra que l'on se voie avec M. HOCQUARD, car manifestement il connaît mal certains sujets qui concernent le 6e arrondissement.

Je ne suis pas hostile du tout aux préemptions, surtout lorsqu'elles sont intelligentes. Là, je ne dis pas que c?est la bonne solution, mais que l'on se réunisse et que l'on en parle, et n'ayons pas de sous-entendus, je dirais, qui ne font même pas ancien monde, qui sont préhistoriques.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur le Maire.

Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 131 des groupes UDI-MODEM et LRI ainsi amendé avec un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ? Personne.

Abstentions ?

Le v?u amendé est donc adopté. (2018, V. 497).