Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe UDI-MODEM relatif à la formation par la voie de l’apprentissage.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2018


 

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Nous allons maintenant passer à l?examen du v?u non rattaché n° 116 sur la formation par la voie de l?apprentissage.

La parole est pour deux minutes à Leïla DIRI.

Et si les conversations pouvaient cesser, parce qu?il y a un brouhaha qui s?est installé et on a du mal à s?entendre. Je vous remercie.

Mme Leïla DIRI. - Merci, Monsieur le Maire.

Chers collègues, je voudrais par le présent v?u évoquer la situation des C.F.A. à Paris, et surtout proposer que la Ville de Paris soit un vecteur de diffusion de leur offre de formation. Nous connaissons tous la richesse de l?offre de formation à Paris, avec plus de 110 établissements d?apprentissage, mais beaucoup ont une image encore erronée ou tronquée de la formation par la voie de l?apprentissage, victime de représentations négatives. S?il y a bien une profession, par exemple, qui porte haut et fort l?étendard de la formation par l?apprentissage, c?est la profession de la boulangerie, que nous soutenons actuellement pour inscrire la baguette au patrimoine de l?UNESCO, et ce savoir-faire notamment artisanal nécessite de se former en alternance.

Alors, rappelons ici trois éléments essentiel : le premier élément, c?est que les C.F.A. sont un maillon essentiel dans le paysage de la qualification et de l?insertion professionnelle des jeunes jusqu?à 30 ans, où les taux d?insertion des apprentis peuvent atteindre 75 % en fonction du niveau.

Le deuxième élément, c?est que des milliers de jeunes Parisiens sont encore aujourd?hui à la recherche d?une formation ou d?un emploi, alors qu?au même moment, beaucoup de C.F.A. parisiens disposent de places disponibles pourvues d?offres de contrats d?apprentissage, témoignant par ailleurs de la difficulté de certaines entreprises de recruter un apprenti.

Et enfin, le troisième élément, c?est que la réforme de l?apprentissage, dans le cadre de la loi "liberté de choisir son avenir professionnel", si elle prévoit d?aller dans le bon sens pour les apprentis, pour la sécurisation de leur parcours et pour la qualité de la formation, va considérablement libéraliser le marché des C.F.A., qui devront repenser leur modèle économique. Les cartes seront ainsi redistribuées avec les branches professionnelles, qui deviendront les pilotes et où les régions n?interviendront alors qu?à la marge.

La Ville de Paris doit donc jouer d?ores et déjà un rôle important en tant que vecteur d?informations à destination de ces jeunes et de ces entreprises au bénéfice des C.F.A. Nous souhaitons donc que la Ville de Paris appuie la communication de ses C.F.A. qui le souhaitent afin de diffuser très largement leurs places disponibles auprès des jeunes et des familles parisiennes, fasse le relais de ces informations avec les antennes de la mission locale de Paris et les associations parisiennes et enfin puisse mettre en valeur les apprentis parisiens sous une forme à déterminer ensemble. Je vous remercie.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Je vous remercie.

La parole est à Mme Afaf GABELOTAUD, pour vous répondre.

Mme Afaf GABELOTAUD, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire, chers collègues.

Merci, Madame DIRI, pour ce v?u. L?apprentissage est en effet un outil très important permettant de lutter contre le chômage des jeunes malgré le bon taux d'insertion professionnelle à l?issue d?un apprentissage - 70 % après sept mois. Ce droit reste délaissé et souffre d?une image dégradée, comme vous l?avez-vous-même dit.

Vous proposez dans votre v?u de diffuser les places disponibles en C.F.A., de faire le relais de ces informations auprès des jeunes via nos partenaires et de mettre en valeur les apprentis parisiens. Nous nous impliquons déjà largement dans ces trois objectifs via nos structures partenaires, missions locales, écoles de la seconde chance et différentes associations que nous subventionnons.

N?oublions pas que l'apprentissage relève de la compétence de la Région. Cependant, la Ville de Paris accompagne et soutient l'apprentissage grâce à de nombreuses politiques publiques. Conformément à son engagement, la Ville de Paris a recruté en interne 644 nouveaux apprentis en 2017 pour un objectif qui était de 500. Nous organisons des forums emploi. Ainsi, trois forums, un dédié aux jeunes, un pour les métiers qui recrutent et le principal qui se tiendra d?ailleurs les 4 et 5 octobre prochains place de la Concorde et qui va accueillir plus de 45.000 personnes.

Ces forums où sont présents nos partenaires proposent de nombreuses offres pour les apprentis. Nous soutenons également pleinement les forums emplois des arrondissements, qui ont le même rôle mais à plus petite échelle. Nous organisons des "job dating" et nous soutenons également l'opération de FACE qui s'appelle "Osons l'apprentissage" avec laquelle on est partenaire. Ainsi, en mars 2018, sur une semaine 30 entreprises, 26 centres de formation et près de 140 programmes de 16 secteurs différents ont prouvé l'intérêt de l'apprentissage et ont mis en valeur les apprentis parisiens. Nous partageons donc ensemble le constat que l'apprentissage est une voie d'excellence et qu'il est important de soutenir cette filière. En conséquence, la Ville opère déjà ceux que vous proposez mais je porte depuis ma nomination une politique d'intensification de ces actions et je donnerai donc un avis favorable de l'Exécutif pour votre v?u et je vous remercie.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Je vous remercie.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 116 avec un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté à l'unanimité. (2018, V. 488).