Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

G - Subvention (320.000 euros) et convention avec l’association "Aurore".

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2018


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Le projet de délibération DAE 54 DASES G porte subvention et convention avec l'association "Aurore".

La parole est à Mme Sandrine MÉES pour nous en parler.

Mme Sandrine MÉES. - Merci, Monsieur le Maire.

Cela fait maintenant 9 ans que les biffins et les biffines de la porte Montmartre ont obtenu un espace dédié à leur activité dans le 18 e arrondissement, sous le pont de l'avenue de la porte Montmartre. Dans ce lieu, ils peuvent s'installer en toute sérénité, dans le respect, et avoir des échanges entre eux et des relations sociales.

De plus, ils sont soutenus dans tous les aspects de leur vie par le personnel de l'association "Aurore" et peuvent à cet endroit opérer le recyclage et la vente à très bon marché des objets qu'ils trouvent dans les poubelles ou abandonnés et qu'ils récupèrent dans la rue.

L'association "Aurore" a relevé le défi de cette expérience qui était complètement nouvelle en 2009, lorsque la Ville l'a lancée. Il y a eu beaucoup de difficultés, mais elles ont toujours été surmontées, parce que l'association "Aurore" a toujours été à l'écoute, en recherche de solutions et en dialogue avec les biffines et les biffins malgré les tensions qu'il a pu y avoir.

Dans ce sens aussi, c'est une vraie réussite, notamment sur le plan des relations entre les habitantes, les habitants, les vendeuses, les vendeurs et le personnel d'"Aurore".

Il y a eu aussi des difficultés matérielles, les biffines et les biffins nous ont alertés à plusieurs reprises sur ces sujets, et le groupe Ecologiste de Paris a déposé de nombreux v?ux qui ont été couronnés de succès. Pour assurer le bon fonctionnement du carré, il faut aussi que l'aménagement et l'entretien des lieux soient évidemment à la hauteur. C'est pourquoi, de temps en temps, nous sommes intervenus pour alerter sur les besoins en éclairage, toilettes, locaux de stockage et plus largement sur les besoins d'aménagement urbain de la porte Montmartre, pour que les conditions de travail de tous soient les meilleures possibles.

Tout cela a pu être développé grâce aussi et surtout à la bonne volonté, à la ténacité des biffins et notamment de l'association "Sauve-qui-peut". Je tiens à féliciter et remercier M. Mohamed SOUARI de l'association "Sauve-qui-peut", qui était le premier à regrouper les biffins, ce qui était très difficile puisque beaucoup d'entre eux étaient dans la précarité. Ils ont réussi à s'organiser et à saisir à l'époque, en 2009, les militants, les élus écologistes du 18e, qui ont pris à c?ur leur cause dès leurs premières revendications.

Depuis, chaque année, de nouveaux progrès, des adaptations aux besoins des biffins sont effectuées sur le carré, vraiment grâce au dévouement, à l'implication des salariés d'Aurore.

Les élus écologistes, je pense en particulier à Jérôme GLEIZES, et à Antoinette GUHL dans le cadre de sa délégation, continuent d'?uvrer dans le sens de l'intégration des activités de ces personnes qui récupèrent des objets délaissés, dans la cité.

320.000 euros pour le carré, c'est beaucoup d'argent, mais à l'heure où tout le monde se lève ou fait semblant de se lever pour la planète, investir dans l'humain et dans l'écologie est une priorité. On souhaiterait que d'autres échelons que l'échelon local en prennent de la graine.

C'est donc à être toujours plus ambitieux que nous invitent des exemples internationaux comme les coopératives et les associations de recycleurs de rue au Brésil, qui transforment les déchets en citoyenneté. Là, j'utilise le sous-titre d'un document de Sonia BEN MESSAOUD et de Laetitia MARTIN sur le sujet, "Transformer les déchets en citoyenneté". Dans d'autres endroits, par exemple en Argentine, des stratégies sont mises en place par les travailleurs recycleurs pour rendre service et vraiment se rendre utiles à leur territoire.

De nombreuses initiatives sont prises aussi en Ile-de-France, et notamment à l'instigation de l'association "Amelior", par exemple à Montreuil ou à Paris dans le 13e lors de la journée sans voitures, ou aussi dans le 12e.

Ces expériences sont réussies et permettent de prouver que les biffins participent déjà au bien-être de toutes et de tous et à celui de la planète et ne sont pas par essence des éléments d'insécurité.

Ainsi, l'insertion réelle de l'activité des biffins n'en est qu'à ses débuts. Nous souhaitons qu'elle prenne encore de l'ampleur et prenne vraiment la place qu'elle mérite dans notre ville.

Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Je donne la parole à Mme Léa FILOCHE.

Mme Léa FILOCHE. - Merci beaucoup, merci Sandrine.

Vous avez dit beaucoup de choses. Je vais essayer de ne pas rallonger plus que cela, mais cela valait le coup, et je vous en remercie, que l'on puisse reparler des biffins dans cet hémicycle, parce que cela faisait un moment qu'on ne l'avait pas fait. Vous l'avez bien décrit, mais en plus, tout ce travail effectué depuis 9 années d'intervention de terrain a quand même permis de faire avancer le dossier assez fortement.

La mairie du 18e n'y est pas pour rien, c'est certain, et malgré les difficultés et la complexité de l'action depuis plus de 9 ans, l'association "Aurore" mène un travail considérable afin de répondre au défi de la vente à la sauvette. C'est aussi cela.

L'action d'"Aurore" permet aussi d'accompagner les biffins dans une démarche d'insertion socioprofessionnelle, tout en participant à la sécurisation de l'espace public qui relève aussi des enjeux qui se posaient avant le début de ces interventions.

En effet, dès 2005 la Mairie de Paris, avec les acteurs locaux, a souhaité mettre en place une action avec une présence régulière et croissante de biffins qui était constatée, des revendeurs à la sauvette qui qu'installaient autour de l'avenue de la porte Montmartre les jours d'ouverture du marché aux puces.

En 2009, l'association "Aurore" a présenté au Département de Paris un projet d'actions dénommé "Le carré des biffins", avec un objectif de favoriser l'insertion de ces personnes en situation de précarité menant une activité informelle de vente de petits objets de récupération et proposant un encadrement de leurs activités de subsistance.

L'intervention de l'association a su évoluer au cours des années. L?accueil des biffins se fait depuis 2015 au sein d'un local de chantier qui est installé par "Aurore" à quelques centaines de mètres du marché. Si ce projet ne peut régler à lui seul tous les problèmes, "Aurore" sait s'adapter au jour le jour, à la réalité de terrain, très en lien avec les élus locaux et la mairie du 18e - que je remercie encore - mais aussi avec les différents acteurs du territoire, avec les riverains, avec la Police nationale, avec la Direction de la prévention de la sécurité et de la protection de la Ville, et ainsi améliorer la situation à la porte de Montmartre. Je crois que cela, on peut tous le reconnaître et s'en féliciter.

Les derniers bilans de l'action qui a été mise en place. Pour vous donner quelques chiffres : en 2018, le carré des biffins compte 267 adhérents. 142 sont titulaires de places fixes, 108 sont journaliers et 17 ont un statut mixte. En 2017, il y a eu 246 entretiens réalisés dans les bureaux d?Aurore ainsi que 13 accompagnements extérieurs.

J'en profite pour vous faire part des quelques perspectives que l'on essaie de mettre en place. Vous en avez parlé. Aurore mène aujourd'hui une réflexion sur la place des personnes âgées dans le carré des biffins parce que c'est un vrai sujet, une vraie problématique. On doit pouvoir adapter l'accompagnement aux besoins spécifiques des personnes vieillissantes. Par ailleurs, un comité du carré va se réunir pour la première fois cette semaine. Je crois que c?est demain. Il est issu d'élections qui ont eu lieu du 8 au 10 septembre parmi les biffins. C'est un espace qui se veut de partage, de propositions entre les biffins, "Aurore" et la Ville.

J'en profite à nouveau pour vous remercier, la mairie du 18e arrondissement qui est particulièrement mobilisée pour s'assurer que le fonctionnement partenarial soit une réalité, et on en a besoin. Aujourd'hui, il est primordial de poursuivre notre soutien financier au carré des biffins pour l'aider à continuer son action dans les meilleures conditions. C'est le sens de ce projet de délibération que je vous invite à voter. Merci beaucoup.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - C?est pourquoi, je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAE 54 - DASES G.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2018, DAE 54 - DASES G).