Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

24- V - Question d'un élu non inscrit.

Débat/ Conseil général/ Mai 1998



QOC 98-1004 Question de M. Jean-Pierre REVEAU, élu du Front national, à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, sur le coût des travaux de réfection dans les établissements scolaires.
M. Philippe LAFAY, président. - Nous abordons à présent la question orale posée par M. REVEAU sur le coût des travaux de réfection dans les établissements scolaires.
Je vous en donne lecture :
" Sur les projets de délibération concernant des travaux de réfection, notamment dans le domaine des établissements scolaires, une estimation du coût des travaux est indiquée.
Il s'avère, à l'étude des chiffres, que ces estimations faites par les services parisiens sont très élevées par rapport à la nature des travaux. C'est ainsi que, par exemple, la restauration d'un portail aux lycée-collège Jean-Baptiste-Say est estimée à 300.000 F, le prix d'une petite maison de campagne !
M. Jean-Pierre REVEAU demande à M. le Président du Conseil de Paris de lui indiquer sur quels critères se basent les services concernés pour établir une estimation du coût des travaux.
Quels sont les documents de référence utilisés par ces services ? "
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. Jean-Michel MICHAUX.
" L'administration a naturellement le souci d'établir ses estimations de travaux sur des bases qui soient les plus fiables possibles, notamment au regard de la conjoncture économique. Les chiffrages résultent d'un métré, puis de l'application aux quantités ainsi relevées de prix unitaires constatés à l'issue de consultations menées pour des travaux de même type.
Concernant l'opération de réfection de portail prévue au lycée-collège Jean-Baptiste-Say (16e), estimée à 300.000 F toutes taxes et frais annexes compris, elle se décompose en 3 lots: un lot maçonnerie, un lot serrurerie et un lot peinture, estimés respectivement à 65.000 F, 145.000 F et 35.000 F hors taxes.
Le portail en question clôt un passage charretier situé rue du Buis et fait l'objet d'une attention particulière du Service régional des Affaires culturelles de l'Etat, en raison de sa grande qualité architecturale. Le projet qui a reçu l'aval de l'Architecte des Bâtiments de France consiste en une réfection à l'identique du passage. Le portail, d'une surface de 15 mètres carrés, sera refait en ferronnerie et les deux pilastres en pierre, de 3 mètres 50 de haut et 60 centimètres de section, seront reconstitués. Le revêtement de sol en granit sera repris après la pose d'un rail facilitant la manoeuvre de chaque vantail. Ces ouvrages seront mis en peinture ainsi que les panneaux contigus, dans un souci de meilleure intégration dans la continuité de la clôture.
Le respect légitime du caractère de la rue du Buis nécessite un travail artisanal et soigné qui justifie l'estimation prévisionnelle de cette opération. L'engagement de crédit ne portera, bien entendu, que sur le coût réel des travaux, connu à l'issue de la consultation d'entreprises menée conformément aux dispositions du Code des marchés publics. "
Nous en avons alors terminer avec les questions.
Avant de reprendre le débat sur les perspectives du 9e P.D.I., nous allons passer à certaines élections.
M. Jacques BRAVO. - Pour un rappel au règlement.
Je trouve que le nombre vraiment très choquant de nos collègues présents en séance justifierait que la séance soit suspendue cinq minutes et que vous fassiez un rappel dans les couloirs du Palais afin que nos débats aient la participation minimale qui convient ; il n'est pas raisonnable de travailler dans ces conditions !
M. Philippe LAFAY, président. - Je suis d'accord avec vous.
La séance est suspendue cinq minutes.