Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

7 - 2003, DVD 234 - Approbation du principe de la contribution de la Ville de Paris à l'étude d'un schéma directeur des implantations portuaires sur le canal Saint-Denis. - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec Plaine commune et le Département de la Seine-Saint-Denis une convention relative à cette contribution

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2003


Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DVD 234 concernant l'approbation du principe de la contribution de la Ville de Paris à l'étude d'un schéma directeur des implantations portuaires sur le canal de Saint-Denis.
Je donne la parole à Sophie MEYNAUD.
Mme Sophie MEYNAUD. - Merci, Madame la Maire.
Cette étude, qui nous est présentée, est une étude importante. Elle montre l'enjeu de la mobilisation de toutes les collectivités locales autour des potentialités de la voie d'eau en Ile-de-France. Cette mobilisation et la prise en compte de tels enjeux est un élément fort de notre mandature. Les canaux font partie de notre richesse.
Le canal de Saint-Denis est l'un de ces axes et je trouve très positif que toutes les collectivités concernées, pouvoirs publics, le Département de Seine-Saint-Denis, la communauté d'agglomération de Plaine-Commune, se rapprochent pour en évoquer l'avenir.
C'est un dossier majeur de la coopération territoriale qui se développe actuellement sur tout le pourtour de la Capitale et qui, on le voit, se décline dans les domaines les plus divers. Cette étude s'inscrit dans ce qui est bien une prise de conscience de l'importance stratégique de nos voies d'eau pour la qualité de vie et la qualité de la ville, pour notre environnement et pour un développement économique et de l'emploi qui s'inscrivent dans une conception partagée de développement durable.
Au-delà de cette étude, il nous faut travailler à une approche plus globale qui doit avoir toute sa place dans le Plan local d'urbanisme et dans le Plan de déplacement de Paris. Il nous faut effectivement avoir une vision globale de l'avenir portuaire pour améliorer principalement la répartition modale du transport des marchandises en Ile-de-France, en favorisant les reports de fret de la route vers le fer et la voie d'eau.
L'objectif est bien de viser une diminution de la part archi-dominante du trafic routier au profit des modes alternatifs, voies d'eau et fer, qui méritent de retrouver toute leur place à l'échelle de la Région.
En effet, cette question du fret, notamment en milieu urbain dense ne peut s'envisager qu'en intégrant en amont plusieurs exigences. Il faut travailler à proposer des offres complètes en matière de logistique, allant bien au-delà des seules manipulations de marchandises. La promotion de la voie d'eau nécessite donc de mettre en place une véritable stratégie pour créer une dynamique d'aménagement visant à bien intégrer la voie d'eau dans l'avenir logistique parisien.
L'étude du canal de Saint-Denis devrait s'intégrer dans cette approche plus globale. Et, de ce point de vue, il faut, par exemple, réfléchir à cette question dans les choix à faire sur le devenir économique et le devenir de l'emploi dans le Nord-est de Paris. L'étude du canal de Saint-Denis se doit aussi d'intégrer d'autres préoccupations légitimes dans cette partie de l'agglomération, qui touchent à l'amélioration du cadre de vie et aux relations Paris et banlieue.
Il est clair, en la matière, que les voies d'eau en milieu urbain deviennent des axes aménagés pour la promenade et la requalification urbaine. Il est vrai que les habitants du Nord-est de Paris aspirent à une meilleure qualité de leur cadre de vie, quoi de plus naturel.
La réflexion sur les aménagements de voie d'eau dans cette partie de Paris doit également prendre en compte l'annonce de rendez-vous majeurs comme les Jeux olympiques, par exemple. J'étais déjà intervenue lors d'une précédente séance pour faire la proposition que le canal Saint-Denis, qui est l'un des axes de relation entre Paris et ses voisins, soit aménagé pour la promenade piétonne et cycliste jusqu'au stade de France à Saint-Denis et au-delà.
Paysage urbain, circulation douce, développement économique et de l'emploi : voilà les enjeux de l'étude qui nous est proposée et c'est la raison pour laquelle nous allons voter ce projet de délibération avec le souci que ces questions soient pleinement abordées dans le cadre de l'intérêt public et des habitants, les premiers concernés.
Je vous remercie.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci, Madame Sophie MEYNAUD.
La parole, pour répondre, est à Mme Myriam CONSTANTIN.
Mme Myriam CONSTANTIN, adjointe, au nom de la 4e Commission. - Merci, Madame la Maire et merci à Sophie MEYNAUD d'avoir si bien restitué notre souci, notre objectif à travers cette étude. Vous l'avez dit, c'est une étude qui est menée en lien avec de nombreuses communes et avec le Département de Seine-Saint-Denis.
J'ai plaisir de dire, à cette occasion, que nous menons actuellement, à l'initiative de Bertrand DELANOË, Pierre MANSAT, Denis BAUPIN et moi-même, une démarche de concertation avec toutes les communes riveraines du canal de l'Ourcq et du canal Saint-Denis pour parvenir à une vision partagée de l'avenir des canaux, de leur développement et de leur mise en valeur.
Cette étude s'inscrit tout à fait dans votre démarche. Vous avez parfaitement dit combien à la fois les canaux peuvent être un vecteur de qualité de vie, un vecteur de meilleur environnement, un formidable outil d'emploi et de développement économique, et notamment comment ils peuvent avoir une utilité renforcée pour le transport du fret et les activités portuaires.
Je n'ai pas grand-chose à ajouter, sinon que je vous remercie, avec le groupe communiste et l'ensemble des groupes qui voudront bien voter ce projet de délibération qui est effectivement très important pour l'avenir de l'emploi, notamment, et du développement économique dans le Nord et le Nord-est de notre Capitale et également pour les canaux de Paris.
Merci.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci, Myriam CONSTANTIN.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 234.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Qui s'abstient ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, DVD 234).