Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

56 - QOC 2003-441 Question de M. Alain MORELL et des membres du groupe socialiste et radical de gauche à M. le Maire de Paris relative à la création de bancs ou sièges au profit des personnes âgées et handicapées

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2003


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous allons passer à la question 441.
Je donne la parole à M. MORELL.
M. Alain MORELL. - Cette question orale est une invitation à monter les rues qui grimpent le long de Montparnasse (cela peut aussi être valable pour Montmartre ou la montagne Sainte-Geneviève) et à y trouver davantage de "sièges ou de bancs publics forts sympathiques" que nous racontait le poète.
C'est une demande des habitants, des personnes âgées, d'augmenter le nombre de sièges, mais, pour l'instant, les réponses sont un peu standard. Par ailleurs, on a appris qu'il y aurait des projets de nouveaux équipements dans ce type de rue pour les vélos.
Peut-être pourrait-on associer les deux et faire en sorte que certains des équipements qui vont être créés soient le support de bancs, de sièges, qui permettent aux personnes âgées et aux handicapés de mieux circuler dans ce type de rue où il leur est difficile d'aller faire leurs courses et d'en revenir.
Marquer notre solidarité, c'est permettre que les jeunes puissent utiliser des modes de transport, de circulation, non polluants, agréables, modernes, et que les plus âgés puissent circuler dans leur arrondissement agréablement.
Une ville qui est capable de faire cet équilibre des nouveaux équipements vers des publics différents et de les lier aurait un intérêt tout particulier.
Voilà la demande pour le 6e arrondissement, mais peut-être aussi pour tout Paris.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Denis BAUPIN va répondre.
M. Denis BAUPIN, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.
Ils ne sont pas nécessairement très visibles, mais près de 10.000 bancs publics existent aujourd'hui à Paris.
Depuis que nous mettons en oeuvre la politique municipale, un certain nombre de nouveaux bancs sont mis en place ou vont l'être à l'occasion des projets de réaménagement de l'espace public ou de demandes ponctuelles de la part des mairies d'arrondissement sur des rues ou des placettes. Notamment dans tous les projets d'aménagement liés au tramway, aux boulevards des Maréchaux, aux quartiers verts, aux aménagements localisés, une réflexion est mise en place systématiquement sur l'implantation de bancs.
Je suis dubitatif au sujet de la proposition de mettre sur une même emprise un stationnement vélo et un banc car, a priori, les deux n'ont pas forcément aisance à cohabiter ; sur un même espace global, oui, mais, sur la même emprise, placette ou trottoir, il est nécessaire que l'on sépare significativement l'emplacement pour les vélos et pour les bancs.
De plus, les services des sections territoriales de voirie sont évidemment à la disposition des usagers pour examiner toute demande de mise en place de bancs supplémentaires.
Ceci étant, je tiens à vous signaler que des demandes sont également exprimées pour retirer des bancs ; ces demandes proviennent de riverains, de commerçants, de passants, qui estiment que cela entraîne des nuisances.
Ces questions sont soumises à la concertation avec les mairies d'arrondissement de façon à avoir un état réel de la concertation pour voir les décisions à prendre.
Par rapport à cette situation, notre volonté est bien d'augmenter le nombre de bancs, notamment pour les personnes âgées et l'ensemble des usagers de la voie publique, mais je voulais vous signaler qu'il peut arriver des situations où les intérêts peuvent paraître contradictoires.