Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

150 - Vœu déposé par M. Jacques BOUTAULT et les élus du groupe "Les Verts" visant à inciter les conducteurs à couper le moteur de leur véhicule lorsque celui-ci ne circule pas

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2003


M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du v?u n° 25 du fascicule relatif à la nécessité d'inciter les conducteurs à couper le moteur de leur véhicule lorsque ce dernier ne circule pas, déposé par le groupe "Les Verts".
M. Jacques BOUTAULT, vous avez la parole.
M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. - C'est un v?u qui concerne l'air que respire l'ensemble des Parisiens qu'ils soient dans les arrondissements centraux ou les autres.
Il s'agit d'un v?u pour demander que soit mise en ?uvre une campagne de sensibilisation destinée à inciter les conducteurs à couper le moteur lorsque leur véhicule ne circule pas. En effet, la pratique est courante. De nombreux véhicules à l'arrêt, hors circulation, laissent tourner leur moteur au ralenti, ajoutant inutilement à une pollution déjà insupportable. Camions de livraisons qui déchargent ou chargent leurs marchandises en pleine voie, notamment dans les rues étroites du Sentier. Automobilistes qui attendent de façon prolongée un passager. Chauffeurs de taxis dans l'attente de clients ou autocars de tourisme en stationnement, moteur allumé, comme j'ai pu l'observer d'ailleurs hier encore sur les grands boulevards ou comme c'est le cas fréquemment place de la Bourse.
Ce comportement doit changer. La Municipalité parisienne a fixé parmi ses priorités l'amélioration de la qualité de l'air et la lutte contre la pollution atmosphérique, pollution, on le sait, principalement d'origine automobile à Paris. Cette pollution toujours à un niveau préoccupant a des effets néfastes pour la santé des Parisiens : maladies respiratoires et cardio-vasculaires notamment. En outre, elle contribue à l'effet de serre par le réchauffement de la planète contre lequel nous devons nous efforcer de lutter au quotidien.
Ce comportement peut être changé. Outre les mesures importantes initiées par la Municipalité pour diminuer la place de l'automobile au profit des transports collectifs et des modes de circulation doux, des gestes simples peuvent contribuer à rendre Paris plus respirable. Et couper le moteur lorsque son véhicule est à l'arrêt hors circulation fait partie de ces gestes simples qui peuvent diminuer le rejet de gaz nocif.
Des études, d'ailleurs, ont démontré que la consommation de carburants est plus élevée lorsque le moteur tourne au ralenti pendant une durée de 10 secondes qu'en coupant le moteur et en redémarrant à nouveau.
Le sens de ce v?u est de proposer que la Ville de Paris, à la suite d'autres villes, sensibilise les conducteurs à un geste simple qui contribuera à épargner nos poumons et à rendre Paris plus respirable. En outre, et à la suite de cette campagne de sensibilisation, il me paraît opportun que dans un deuxième temps le Préfet de police décide, comme le lui permet la loi sur l'air et l'utilisation rationnelle de l'énergie du 30 décembre 1996, de prendre des mesures coercitives pour lutter plus efficacement contre le fonctionnement des moteurs des véhicules à l'arrêt hors circulation.
Merci, Monsieur le Maire.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci, Monsieur BOUTAULT.
La parole est à M. BAUPIN.
M. Denis BAUPIN, adjoint. - Je n'ai pas grand chose à ajouter à l'intervention si ce n'est pour donner un avis favorable et demander simplement une rectification dans l'exposé des motifs au 3e paragraphe avant la fin, où l'on parle d'autobus immobilisés embarquant ou débarquant ses passagers. En l'occurrence, si ce sont les autobus de la R.A.T.P. on ne va pas suggérer à la R.A.T.P. d'arrêter les moteurs à chaque montée ou descente de passagers. Il s'agit plutôt d'autocars de tourisme. Je suggère que la correction soit apportée au v?u pour que la R.A.T.P. ne croie pas que nous lui adressons un message dégradant la rapidité des bus.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Très bien.
Je mets aux voix, à main levée, le v?u ainsi amendé.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le v?u est adopté. (2003, V. 82).
Je vous remercie.