Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

146 - 2003, DVD 118 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché sur appel d'offres pour des prestations de service pour l'entretien et l'assistance à l'exploitation de 1.070 places de garage dans le parc de stationnement Etoile-Foch et de signer un avenant de prolongation d'un an à la convention pour la gestion des parties communes avec la société du parc Etoile-Foch concessionnaire du parc public

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2003


Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Nous passons au projet de délibération DVD 118 autorisant M. le Maire de Paris à signer un marché sur appel d'offres pour les prestations de service pour l'entretien et l'assistance de l'exploitation de 1.070 places de garage dans le parc de stationnement Etoile-Foch, et à signer également un avenant de prolongation de la convention pour la gestion des parties communes avec la société du parc Etoile-Foch, concessionnaire du parc public.
Je donne la parole à Mme Laurence DOUVIN.
Mme Laurence DOUVIN. - Merci, Madame la Maire.
La concession du parc Etoile-Foch expire le 10 décembre prochain. Elle concerne le parc public de 1.612 places et le garage de 1.170 places exploités en régie jusqu'à la fin de la concession. Le 10 décembre 2003, c'est dans trois mois et demi, demain en quelque sorte. Je suis étonnée que ce soit maintenant, je veux dire si tard, que ce projet de délibération nous parvienne pour nous demander de prolonger d'un an cette convention avant de lancer un appel d'offres pour une nouvelle convention.
La justification de cette prolongation est faite de manière rapide en deux phrases dans l'exposé des motifs : "Une étude de faisabilité est en cours pour la création d'un parc de stationnement pour autocars". Il est certes tout à fait intéressant de rechercher des possibilités de stationnement des autocars de tourisme, surtout hors voirie publique et en particulier dans les zones touristiques. Et précisément pour justifier cette prolongation nous aurions aimé en savoir un peu plus : est-ce vraiment faisable puisque aujourd'hui l'accès des cars au parc de stationnement Etoile-Foch est impossible ? S'il y a un agrandissement, comme il est dit dans cet exposé des motifs, où cet agrandissement est-il envisagé ? Combien de places pourraient être réalisées et pourquoi sommes-nous prévenus si tard alors que la décision d'étude ne date pas d'hier ?
La politique de la Ville vis-à-vis de la circulation et du stationnement des autocars fait en ce moment l'objet, à chaque séance du Conseil de Paris, de plusieurs délibérations. Aujourd'hui encore avec celle qui concerne la signature d'une convention avec les parcs Carrousel-Louvre, Georges-Pompidou, et Saint-Emilion. Nous aimerions avoir une vue plus globale et pouvoir obtenir une évaluation régulière des résultats obtenus.
Par ailleurs, pour soulager la circulation touristique, vous avez envisagé le développement des navettes sur la Seine. S'il s'agit là d'un élément intéressant nous savons bien qu'il sera indispensable de cumuler plusieurs mesures pour pouvoir préserver l'attraction touristique de Paris et bien entendu les moyens de transport des touristes qui en sont le corollaire.
Je suis déjà intervenue à plusieurs reprises dans cette Assemblée pour inciter à la mise en place de petits bus électriques, comme il en existe dans plusieurs villes européennes voisines à leur plus grande satisfaction. Ces bus sont maniables en raison de leur taille et peuvent donc emprunter des voies étroites, ce qui est particulièrement intéressant pour les rues du Centre de Paris. Ils sont silencieux et non polluants, en raison de leur mode de propulsion et ils ont de plus l'avantage - ceci nous ramène au projet de délibération - de ne pas nécessiter de place de parking puisqu'ils sont en mouvement et qu'ils n'ont donc pas besoin de se garer.
J'aimerais savoir où en est votre réflexion à ce sujet.
Je vous remercie.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci.
M. BAUPIN a la parole pour répondre.
M. Denis BAUPIN, adjoint, au nom de la 3e Commission. - Oui, Madame DOUVIN, il est normal que dans la posture de l'opposition municipale vous ayez autant d'impatience et d'exigences. Que n'en avez-vous eu autant par rapport à cette politique de gestion des transports de touristes lorsque vous étiez en responsabilité !
Nous faisons depuis deux ans en effet de multiples efforts pour essayer de réguler une situation que nous avons trouvée de non gestion des transports des touristes en lançant à Paris un certain nombre de mesures. Tout d'abord, en relation avec la Préfecture de police, nous avons fait en sorte que la réglementation mal respectée jusque là le soit mieux. Nous ne dirons pas que la situation est aujourd'hui parfaite mais un certain nombre de progrès ont été accomplis. Excusez-moi, Monsieur le Représentant du Préfet, je crains que dire que la situation est parfaite puisse susciter quelques critiques de la part d'un certain nombre de nos collègues qui vivent dans certains arrondissements où il y a encore une forte pression des autocars de touristes. C'est le premier point d'action sur lequel nous sommes engagés.
Le deuxième point est l'aménagement de deux sites particulièrement fréquentés par les autocars, la Butte Montmartre avec à proximité l'aménagement du boulevard de Clichy et de Rochechouart qui est largement entamé, et l'île de la Cité, sur laquelle nous avons mis en place des navettes fluviales pour compenser l'interdiction totale de circulation et surtout de stationnement des autocars sur les sites de la Cité et de l'île Saint-Louis.
Aujourd'hui, force est de constater qu'une partie des professionnels, contrairement aux engagements pris il y a un an, ont décidé pour l'instant de ne pas vraiment jouer le jeu. Ce système se met progressivement en place mais il est clair qu'il n'y a pas de la part des professionnels un enthousiasme majeur pour l'utilisation de ce système.
Pour autant, nous pensons qu'il faut poursuivre parce que nous ne pouvons pas laisser la situation perdurer telle qu'elle est aujourd'hui dans Paris en matière de transport de touristes. Conformément aux engagements que nous avons pris, Jean-Bernard BROS et moi-même, nous travaillons avec les professionnels d'arrache-pied. C'est la raison pour laquelle - vous l'avez souligné - un certain nombre de propositions passent au Conseil de Paris, mois après mois, pour mettre en ?uvre cette politique.
Nous travaillons avec les professionnels sur ces propositions dans un dialogue parfois difficile mais qui cherche vraiment à trouver des réponses à ce double objectif qui est à la fois de favoriser et de continuer à favoriser le tourisme dans Paris en même temps que d'en diminuer les nuisances. C'est la raison pour laquelle, nous y reviendrons tout à l'heure, une proposition est faite de délibération concernant la mise en place du forfait pour les autocars en ce qui concerne le parc Etoile-Foch, sur lequel, comme vous l'avez souligné, nous souhaitons adjoindre au parc de stationnement existant un parc pour autocars de tourisme. Cela fait donc partie de cette politique d'une meilleure régulation des autocars dans la Capitale. C'est la raison pour laquelle une prolongation de la concession est proposée, donc un report de la remise sur le marché du parking.
Cela vous a été indiqué en 3e Commission, l'autre jour. Lorsque les services ont commencé à étudier ce dossier, ils pensaient pouvoir trouver des réponses relativement simplement et, visiblement, ce dossier s'avère techniquement plus complexe. C'est la raison pour laquelle il a été nécessaire de faire appel à un bureau d'études pour examiner ce projet.
A l'heure actuelle, je ne suis pas en capacité d'apporter des réponses aux questions que vous posez puisque, si nous étions en capacité de le faire, il n'y aurait pas besoin d'études complémentaires.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci, Denis BAUPIN.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 118.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Qui s'abstient ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, DVD 118).