Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Démocrates et Progressistes relatif au label "Respect Zone".

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2018


 

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Nous passons au v?u référencé n° 76 relatif au label "Respect Zone".

La parole est à Mme Fadila MÉHAL.

Mme Fadila MÉHAL. - Merci, Madame la Maire.

Chers collègues, vous le savez tous, nous vivons une période d?une rare violence pour notre cohésion sociale. En effet, la montée à la fois des populismes et des intégrismes, la violence est partout, dans nos rues, dans nos écoles, et bien évidemment sur Internet puisque c?est devenu le lieu privilégié du cyber-harcèlement.

Mon v?u concerne cette situation. Devant cette montée presque inexorable, des acteurs de la société civile ont réagi et réagissent pour lutter contre ce cyber-harcèlement. C?est notamment l?association française "Respect Zone" qui propose, depuis 2014, des outils de communication en ligne non-violente d?éducation au numérique, du respect aussi et surtout pour le vivre ensemble, ?uvrant à la fois pour la prévention mais aussi pour la protection de la jeunesse.

Ils ont fait beaucoup d?études, ils ont montré notamment que 14 % des adolescents sont cyber-harcelés et qu?une partie assez importante d?entre eux, 20 %, deviennent harceleurs à leur tour pensant se défendre. Ces dernières années, on estime à 12 le nombre de décès chez les moins de 15 ans. Ils ont fait une étude par ailleurs qui s?appelle "24 heures d?insultes sur Internet" et ont enregistré 200.000 insultes par jour par rapport à cette étude. Cette association n?a pas fait simplement un diagnostic. Elle a créé une charte du respect et surtout un label, un label que tous ses adhérents peuvent à la fois respecter. Ce sont beaucoup de partenaires qui ont décidé, dans le monde économique, dans le monde associatif, de porter ce label haut et fort.

Je pense notamment à l?UNESCO, au Conseil de l?Europe....

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Madame MÉHAL, il faudrait terminer.

Mme Fadila MÉHAL. - J?aimerais dire mes conclusions assez rapidement.

En lien avec l?association, que vous puissiez labelliser pour cette charte et que puisse être mis en place un comité de suivi par rapport à cette labellisation.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Monsieur BLOCHE ?

M. Patrick BLOCHE, adjoint. - Je serai rapide parce qu?on est parfaitement en phase. Ce v?u que vient de présenter Fadila MÉHAL prend en compte un vrai sujet et un vrai problème qui est ce qu?on appelle le cyber-harcèlement. De ce fait, vous le savez - je fais cela en rapport direct avec le débat que l?on a eu ce matin -, les filles sont davantage exposées à des formes spécifiques de cyber-violence à caractère sexiste et sexuel.

De ce fait, la collectivité parisienne a lancé un appel à projets "Collège pour l?égalité" afin d?intervenir prioritairement dans les collèges pour lutter contre le harcèlement et le cyber-harcèlement. De ce fait, je remercie notre Assemblée, avec Hélène BIDARD, d?avoir bien voulu adopter le projet de délibération qui vous a été soumis à cet effet.

Le programme de l?association "Respect Zone", que vient d?évoquer Fadila MÉHAL, est évidemment très intéressant. Il porte essentiellement sur une éducation à l?usage des réseaux sociaux, sur la prévention et la sensibilisation du cyber-harcèlement. Nous sommes totalement disposés à travailler avec cette association. C?est la raison pour laquelle, très logiquement, j?ai donné un avis favorable, sous réserve d?amendements plutôt techniques qui vous ont été proposés.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Madame MÉHAL, vous acceptez l?amendement ?

Mme Fadila MÉHAL. - Oui, tout à fait.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Très bien.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe Démocrates et Progressistes, amendée par l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u amendée est adoptée. (2018, V. 552).

V?u déposé par le groupe "Génération.s"