Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

149 - Vœu déposé par M. Pierre AIDENBAUM, maire du 3e arrondissement, relatif aux transports en commun dans le Centre de Paris

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2003


M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Nous examinons en 3e Commission trois v?ux. Le voeu n° 24 du fascicule relatif au transport en commun dans le Centre de Paris déposé par le groupe socialiste et radical de gauche.
La parole est à M. AIDENBAUM.
M. Pierre AIDENBAUM, maire du 3e arrondissement. - Je vous remercie.
Je voulais, Monsieur le Maire, me réjouir de la politique engagée par la Mairie de Paris et particulièrement par M. BAUPIN pour réduire la circulation automobile dans le centre de Paris.
Ceci s'est traduit par des aménagements de voirie et notamment par la mise en site propre de couloir de bus dont a bénéficié le 3e arrondissement rue Beaubourg, boulevard Sébastopol et rue Saint-Martin.
D'autres sont programmés dans les mois à venir.
Le Conseil du 3e arrondissement s'est naturellement réjoui de ces avancées qui contribuent à améliorer la qualité de vie des riverains concernés et réaffirme son souhait qu'à terme, ce soit l'ensemble de la circulation automobile de transit qui soit réduite voire interdite dans le Centre de Paris. Cependant ces mesures n'engendreront toute leur efficacité que si elles sont accompagnées - ce que nous disons depuis longtemps -, d'une réelle amélioration de l'offre de transports publics en commun non polluants et confortables.
C'est pourquoi nous avons souhaité dans ce voeu que le Conseil de Paris intervienne auprès du S.T.I.F. afin qu'il augmente l'offre de transport en commun dans l'ensemble de Paris notamment par trois mesures.
D'abord l'augmentation du nombre de véhicules mis en service. Je pense particulièrement au 96. Ensuite à l'accroissement de la fréquence des passages de ces véhicules. Enfin la création de lignes de bus de quartier comme nous l'avons déjà demandé à plusieurs reprises.
Voilà, Monsieur le Maire, la présentation de ce voeu.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci, Monsieur AIDEMBAUM.
La parole est à M. BAUPIN pour vous répondre avec un amendement de l'Exécutif.
M. Denis BAUPIN, adjoint. - Oui. Je remercie M. AIDENBAUM pour ces propos sur la politique qui est menée dans le Centre de Paris et dans la Capitale en matière de réduction de la circulation automobile et de dispositifs qui permettent d'accompagner cette réduction.
Vous l'avez rappelé, sur le Centre de Paris notamment, un certain nombre de dispositifs ont pris place depuis le début de cette mandature en termes de couloirs de bus. Un certain nombre de quartiers verts sont à l'étude ; des concertations et des études ont été menées sur certains quartiers de mono-activité dont le quartier des Gravilliers dans le 3e ou le quartier du Sentier dans le 2e.
On vient de parler du transport de touristes et notamment des initiatives prises en ce qui concerne l'île de la Cité et l'île Saint-Louis. On pourrait parler des initiatives que nous avons commencées à prendre en matière de transports de marchandises. Beaucoup d'éléments font progressivement une politique d'ensemble dans le Centre de Paris.
Pour autant, cette politique peut et doit aller au-delà si nous voulons réellement faire en sorte que, sur les arrondissements centraux, l'on diminue significativement le transit automobile comme nous en avons pris l'engagement dans le contrat de mandature et comme c'est indiqué dans les objectifs du projet d'aménagement et développement durable, que nous avons déjà examiné en Conseil de Paris et qui fait l'objet actuellement d'une concertation.
J'ai bien noté la proposition du Conseil du 3e arrondissement d'accompagner cette réduction du trafic de transit d'une demande d'augmentation de l'offre de transports collectifs.
Même si de ce point de vue il ne faut pas oublier que le Centre de Paris est malgré tout l'un des endroits en Europe où la concentration de moyens de transports collectifs est la plus forte. Par rapport aux autres arrondissements parisiens mais surtout par rapport aux communes riveraines de petite et surtout de grande couronne, il est clair que nous sommes dans une situation où il y a une différence considérable en termes d'offres de transports collectifs.
Il me paraît important de considérer qu'il faut continuer à renforcer l'offre de transports collectifs dans le centre de Paris pour accompagner la diminution de la circulation automobile. En même temps, par rapport aux départements riverains d'Ile-de-France qui font partie du Conseil d'administration du S.T.I.F., par rapport au Conseil régional, par rapport à tous nos interlocuteurs, il faut, par rapport à ces questions, faire preuve d'une volonté de concertation, de dialogue. La priorité, en termes de moyens, doit d'abord aller à l'augmentation de l'offre là où elle est la plus déficiente.
C'est pourquoi je vous propose un certain nombre d'amendements au projet de voeu que vous avez présenté. D'une part pour rappeler que la question posée par le Conseil du 3e arrondissement ne concerne pas que le 3e arrondissement mais doit être prise en considération avec les Maires d'arrondissement et les mairies d'arrondissement riveraines du Centre de Paris.
Je pense aux 1er, 2e et 4e arrondissements.
Ces dispositions concernant le Centre de Paris doivent s'inscrire dans un plan global de déplacement, le plan de déplacement de Paris, de façon à ce que la réduction de la circulation sur le Centre de Paris soit prise en compte dans un schéma global sans risques de conséquences négatives pour les arrondissements riverains.
Il faut aussi préciser que l'augmentation de l'offre de transports collectifs doit accompagner ce dispositif.
Je voudrais, toutefois, indiquer d'ores et déjà des réponses. Comme je l'avais indiqué, il y a quelques semaines, nous avons obtenu de la part du Syndicat des transports d'Ile-de-France une avancée significative même si je la considère comme insuffisante encore aujourd'hui.
En ce qui concerne l'augmentation de fréquence d'un certain nombre de lignes de bus notamment parmi celles qui circulent dans le Centre de Paris, je pourrai indiquer les lignes 38, 96, 76 pour lesquelles la fréquence va augmenter d'ici la fin de l'année et y compris en ce qui concerne la ligne 76. C'est même une offre nouvelle qui sera mise en place, qui concernera le dimanche.
En ce qui concerne la création de lignes de bus de quartier, je voudrais redire, sans démagogie, ce que j'ai eu l'occasion de dire récemment, y compris en mairie du 3e, y compris en réunion de concertation à l'occasion du P.L.U., par rapport au Marais-bus, sur lequel il y a une demande de la part du milieu associatif sur les 3e et 4e arrondissements : aujourd'hui il est très peu probable que le Syndicat des transports d'Ile-de-France soit prêt à mettre en place des lignes de bus de quartier dans le Centre de Paris.
La demande avait été faite lors de la précédente mandature. Nous avons rediscuté avec le S.T.I.F. en ce qui concerne la mise en place de lignes de bus de quartier dans Paris plutôt dans les arrondissements périphériques là où il y a des besoins par rapport à la "politique de la ville" et par rapport à un déficit d'offre au niveau des grands réseaux de transports collectifs.
Je vous parle ici d'un contexte institutionnel que nous ne connaissions pas, où la Ville de Paris, par rapport à l'offre de transports collectifs, est considérée jusqu'à présent comme partie négligeable.
Il est question de décentralisation du S.T.I.F. J'espère qu'à cette occasion le dispositif qui sera mis en place permettra à la Ville de Paris d'avoir plus de capacités de décisions et de reconnaissance de son rôle en matière d'organisation et de transports collectifs. Il faut faire en sorte que finalement le Maire de Paris ait a minima une partie des pouvoirs que tous les autres maires de France exercent aujourd'hui.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci, Monsieur BAUPIN.
Monsieur AIDENBAUM, votre sentiment sur l'amendement proposé ?
M. Pierre AIDENBAUM, maire du 3e arrondissement. - Monsieur le Maire, vous connaissez mon esprit d'ouverture et ma volonté de consensus.
Monsieur BAUPIN, j'accepterai les amendements que vous proposez en me réjouissant notamment du premier amendement, concertation avec chacun des maires d'arrondissement concernés, pour regretter que la commission Centre, qui avait été mise en place, qui notamment devait réfléchir à l'ensemble de ces problèmes, ne se soit pas réunie depuis fort longtemps.
Voilà tout simplement ce que je voulais dire.
Merci.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Des explications de vote ?
Monsieur VUILLERMOZ, vous avez la parole.
M. Jean VUILLERMOZ. - Je vais essayer d'être synthétique.
Je vous l'avoue franchement, ce v?u m'ennuie un peu. Pourquoi ?
Le Centre de Paris est certainement l'un des centres d'une grande capitale mondiale les mieux desservis.
Donc ajouter des transports spécifiques à cet endroit me gêne. C'est l'ensemble de la Ville de Paris qui a besoin d'avoir un développement des transports en commun et notamment les arrondissements de la périphérie.
Il ne s'agit pas de mettre en concurrence les différents arrondissements de Paris et le Centre de Paris, mais d'avoir une démarche d'ensemble sur l'offre de transports collectifs.
J'ai bien vu qu'une phrase avait été rajoutée mais ces évolutions éventuelles supposent une prise en compte globale dans le cadre du plan de déplacement de Paris. J'avais proposé une augmentation de la dotation globale des moyens mis à la disposition de Paris.
Il peut y avoir un cas spécifique pour le Centre de Paris mais celui-ci s'inscrit dans une augmentation globale de l'offre sur l'ensemble du territoire.
Enfin, sur la création de lignes de bus de quartier, Denis BAUPIN a répondu. Franchement, il n'y a aucun endroit, à ma connaissance, où des bus de quartier ont été mis en place par le S.T.I.F. Ils sont autorisés par le S.T.I.F. mais c'est tout. Ils font partie de sociétés R.A.T.P., donc publics, ou autres, mais c'est toujours la ville concernée qui intervient pour son paiement. Cela me paraît difficile.
J'aimerais quand même qu'on spécifie dans ce v?u les moyens supplémentaires qui doivent être affectés à l'ensemble de la Ville dont le Centre, sinon, cela me paraît difficile.
Je comprends bien qu'on ait fait beaucoup de travaux et qu'on ait beaucoup limité la place de la voiture au Centre de Paris, ce qui est une très bonne chose, mais il ne peut pas y avoir seulement une spécificité pour le Centre de Paris en matière de transports en commun.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci, Monsieur VUILLERMOZ.
Monsieur RIOU, vous avez la parole.
M. Alain RIOU. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, mes amis "Verts" du Centre de Paris me rappellent que ce v?u est présenté par les élus de la majorité municipale du 3e, et non par le groupe socialiste et radical de gauche. Parfait, chacun sait lire.
Deuxième observation : je me réjouis tout à fait des paroles de Denis BAUPIN. Si je comprends tout à fait que "Les Verts" du Centre de Paris soient préoccupés par ces questions, il se trouve que l'ensemble du groupe "Les Verts" est préoccupé par le problème de la vie du transport de quartier dans tout Paris.
Donc rajouter des éléments d'amendement dont a parlé le Président du groupe communiste me semble tout à fait opportun car on ne peut pas concevoir simplement les choses dans un îlot isolé. Paris est un tout. L'Ile-de-France est un tout.
De ce point de vue, nous pensons que l'amendement ajoute au travail collectif fait par le 3e arrondissement et par la majorité municipale.
C'est pourquoi nous pensons que ce v?u, tel qu'il est amendé, est tout à fait recevable et améliore même le v?u local.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Monsieur BAUPIN, vous avez la parole pour une minute et nous passons au vote.
M. Denis BAUPIN, adjoint. - Deux éléments de réponse : d'une part, sur les bus de quartier, j'ai été rapide. J'ai pu laisser croire qu'il s'agissait de mettre en place des bus de quartier par le S.T.I.F.
L'idée c'est que les gens qui disposent de la carte orange puissent utiliser ces bus de quartier. Cela suppose une autorisation du S.T.I.F.
Voilà les éléments globaux pour éviter toute ambiguïté.
Si ces bus se mettent en place, il faudra envisager une participation de la Ville de Paris.
En termes d'amendement, suite aux discussions, je propose de rajouter quatre lignes avant la fin là où on parle de l'augmentation de l'offre de transport en commun : "une augmentation de l'offre de transport en commun dans Paris, notamment le Centre de Paris", ce qui permettrait de prendre en compte les remarques qui ont été effectuées. Si cela convient aux uns et aux autres.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci.
Si la proposition de M. BAUPIN vous paraît convenable, nous allons passer au vote.
M. Pierre AIDENBAUM, maire du 3e arrondissement. - C'est très bien. Je signale quand même que les élus du groupe "Les Verts" et communiste du 3e arrondissement l'ont voté tel quel. Vous verrez avec eux. Nous leur expliquerons votre position.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Monsieur LEGARET, vous avez la parole pour une explication de vote que vous auriez pu demander tout à l'heure.
M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Je me permets d'observer qu'il y a encore des ajustements en cours sur le v?u. Nous donnons une explication au moment du vote final et après que les différents réglages internes à la majorité plurielle aient un caractère définitif. Remarquez qu'à l'issue des réglages on ne voit pas très bien ce que veut dire le v?u. Ou bien il s'agit de prendre des mesures spécifiques au Centre de Paris et, personnellement, j'y adhère. En tant que Maire d'arrondissement, et d'ailleurs Denis BAUPIN le sait, comme Pierre AIDENBAUM, je suis favorable à tout ce qui peut être de nature à limiter vraiment la pression de l'automobile dans le Centre de Paris, mais d'ailleurs c'est une formulation qu'il vous arrive aussi de reprendre. Je suis très heureux que vous l'utilisiez. J'ai trouvé cela dans des papiers.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - On n'ouvre pas le débat.
M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - En tant que maire d'arrondissement, j'ai le droit de m'exprimer cinq minutes. Calmons nous.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - C'est une explication de vote.
M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Je voulais indiquer que ce v?u me paraît dénaturé. La vraie question est de savoir si on veut considérer que l'on fait un terrain d'exception dans le Centre de Paris et qu'on veut vraiment prendre des mesures efficaces pour limiter la circulation de transit. Personnellement, je suis favorable à ce qui peut limiter la circulation de transit dans le Centre de Paris. Et, à ce titre là, il est évident qu'il faut prendre des dispositions concernant les transports en commun. Maintenant si on veut globaliser et que l'on ne veut pas faire de différence entre le Centre et les autres quartiers de Paris, c'est le débat intéressant, relativement théorique d'ailleurs.
Dans toutes ces conditions, je ne sais plus très bien à quoi sert ce v?u et, pour toutes ces raisons, nous ne prendrons pas part au vote.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Très bien.
Je mets aux voix, à main levée, ce v?u ainsi amendé à vos suffrages.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Abstentions ?
Le v?u amendé est adopté. (2003, V. 81).
Je vous remercie.