Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Ecologiste de Paris relatif à l'établissement culturel ARCADI.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2018


 

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant le v?u référencé n° 124 relatif à l'établissement culturel ARCADI.

La parole est à nouveau à Raphaëlle PRIMET, pour deux minutes.

Mme Raphaëlle PRIMET. - Madame la Maire, dans ce v?u, nous contestons la décision violente et brutale de la Région de se retirer de la gestion d?ARCADI, qu'elle finançait à hauteur de 80 %, et donc, ainsi, d?orchestrer sa mise à mort, qui devrait avoir lieu au 1er janvier 2019, sans que rien ne soit prévu ni sur le devenir de ses 38 salariés, ni sur la poursuite des missions de l'établissement.

Après avoir décapité le Festival d'Ile-de-France et l?ARIAM, c'est au tour d'ARCADI de subir les foudres de Mme PÉCRESSE. Nous sommes devant une décision politique totalement injustifiée puisqu'il paraîtrait - mais on peut en douter - que le budget resterait constant. Alors, pourquoi saborder ARCADI dont la qualité du travail fait l'unanimité ? ARCADI joue un rôle central dans la région en matière de coopération culturelle et de mise en réseau de centaines d'acteurs sur le territoire francilien et dans la lutte contre les inégalités, en permettant la rencontre avec les habitants sur des territoires très divers.

L?une des conséquences les plus graves concerne les 38 salariés qui ont mis toute leur force de travail et leur intelligence pour développer ce projet. A ce jour, aucune précision ne leur a été apportée sur les missions et le statut qu'ils auront à l'avenir. Cette décision prise unilatéralement crée des dommages pour l'avenir de la culture sur le territoire francilien, qui impacteront nécessairement notre Ville, notre Ville dont les choix en matière culturelle ont toujours été, en revanche, ceux de valoriser le rôle et l'importance de la culture.

C'est pour cela qu'avec mes collègues de "Génération.s" et des "Verts", nous souhaitons que la Ville demande à Mme PÉCRESSE de surseoir à sa décision, apporte son soutien aux salariés pour leur garantir un avenir au sein de la structure. Comme le disent nos collègues communistes de la Région, "là où Mme PÉCRESSE passe, la culture trépasse".

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Merci.

Pour vous répondre, la parole est à Christophe GIRARD.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Non, je ne vais pas répondre, parce que pour dire la vérité, je ne me sens pas très bien. Je suis à deux doigts du collapse. Ma collègue Karen TAÏEB va prendre la suite. Je viens de lui donner les?

Je voudrais que quelqu'un m'accompagne.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - On va faire une petite suspension de séance en raison du malaise que fait Christophe GIRARD et on reprendra dans deux minutes.

Suspension et reprise de la séance.