Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

76 - QOC 2003-377 Question de Mme Brigitte KUSTER et des membres du groupe U.M.P. à M. le Maire de Paris sur l'état du pavage de la place de l'Etoile

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2003


Libellé de la question :
"Mme Brigitte KUSTER et les membres du groupe U.M.P. s'inquiètent de l'état déplorable du pavage de la place de l'Etoile.
En effet, la chaussée étant creusée à de multiples endroits, outre l'aspect inesthétique de ces trous, ce qui est alarmant, c'est le danger qu'ils représentent pour les cyclistes et les motards, particulièrement par temps pluvieux.
Ils souhaitent que M. le Maire de Paris puisse leur préciser s'il est prévu à court terme d'entreprendre des travaux de stabilisation et de nivellement de la chaussée pavée."
Réponse (M. Denis BAUPIN, adjoint) :
"La partie chaussée de la place Charles-de-Gaulle a une superficie totale de 16.000 mètres carrés. En raison des dégradations constatées, des réparations ponctuelles sont effectuées en règle générale chaque année pour un montant de 40.000 euros, (soit une moyenne de l'ordre de 500 à 800 mètres carrés).
C'est ainsi qu'au mois de juillet dernier a été réalisée la réfection du pavage entre l'avenue des Champs-Elysées et l'avenue Hoche ainsi qu'entre l'avenue Carnot et l'avenue Victor-Hugo soit une surface de 830 mètres carrés.
Si aucune réfection n'est projetée en 2003, les propositions budgétaires pour l'année 2004 prévoient l'affectation d'un crédit de 800.000 euros pour la chaussée de la place Charles-de-Gaulle. Le détail des travaux de réfection ainsi que leur phasage sont en cours d'examen. Il convient en effet de noter que les périodes où les interventions sont possibles restent limitées car entre les diverses manifestations du mois de juillet aux Champs-Elysées (défilé du 14 juillet, arrivée du Tour de France) et la rentrée scolaire, il n'y a guère que le mois d'août pour effectuer les travaux.
Outre les difficultés liées à la segmentation des emprises, viennent s'ajouter celles d'ordre technique que posent la configuration des lieux et la nature du revêtement, difficultés d'autant plus délicates à surmonter que le caractère prestigieux des lieux impose une réalisation des plus soignées."