Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

relatif à la lutte contre les bandes.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2018


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous en arrivons au v?u référencé n° 154 relatif à la lutte contre les bandes.

Je donne la parole à Mao PENINOU pour le présenter.

M. Mao PENINOU. - Merci, Monsieur le Maire.

Madame la Maire, chers collègues, vous le savez, ces dernières semaines ont été particulièrement difficiles dans nos quartiers, à Paris, plus largement d'ailleurs dans la Région Ile-de-France, pour un certain nombre de jeunes victimes de phénomènes de bandes. Ces phénomènes de bandes, s'ils ne sont pas nouveaux, ont atteint une violence, ces derniers mois, particulièrement préoccupante, avec l'usage d'armes, que ce soit des armes par destination ou des armes tout court. De nombreux blessés et malheureusement un certain nombre de décès qui nous ont endeuillés.

Le Ministre de l'Intérieur a récemment pris une nouvelle initiative sur la question en souhaitant mettre en place une nouvelle cartographie de ces phénomènes, de manière à pouvoir lutter plus efficacement contre.

C'est pourquoi notre groupe souhaiterait savoir de quelle manière la Ville de Paris va s?y investir. Il souhaiterait que la Ville de Paris mobilise l'ensemble des acteurs déjà mobilisés sur nos quartiers, sur ce phénomène en particulier. Je pense notamment aux bailleurs sociaux, mais aussi aux associations de prévention spécialisée. Que nous puissions faire un bilan d'étape sur notre propre programme de lutte contre les bandes, tel qu?il était prévu dans le Contrat parisien de prévention et de sécurité adopté en 2015. Enfin, qu'une attention particulière puisse être accordée au phénomène des bandes de filles dans les différentes actions, études et discussions menées.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Mao PENINOU.

La parole est à Colombe BROSSEL.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe. - Merci beaucoup, Monsieur le Maire. Merci à Mao PENINOU.

J?ai eu l'occasion de m'exprimer sur le sujet longuement hier, notamment au cours des questions d'actualité. Au regard de l'heure tardive, je ne vais pas vous refaire un topo complet sur les Etats généraux sur la prévention des rixes, mais c'est, je crois, une action et une dynamique qui répond à l'ensemble des préoccupations qui sont celles de votre groupe et que vous exprimez dans ce v?u.

Les prochaines réunions des groupes de travail commencent la semaine prochaine, et donc, on a l'objectif, début 2019, de pouvoir présenter des Etats généraux de la prévention des rixes à Paris. Ce sera l'occasion de répondre à cette demande.

Un point et une précision : la question des filles est en effet une question importante. Elles ne sont statistiquement pas présentes dans les affrontements et dans les rixes dans l?espace public et, en tout cas, quasiment pas dans la cohorte sur laquelle, de fait, nous travaillons depuis la mise en place du G.L.T.D., le groupe de traitement local de la délinquance, initié par le Procureur MOLINS depuis moins de 18 mois, mais c?est un sujet sur lequel nous devons rester en vigilance et en interaction avec l?ensemble des acteurs. Merci de l?avoir rappelé.

Je vous ai fait une proposition d?amendement sur le premier paragraphe qui consisterait à dire que "la Ville de Paris continue ce travail" - puisque celui-ci a tout de même commencé - "avec ses partenaires associatifs, habitants, institutionnels". Il faut ajouter "bailleurs sociaux" - vous l?avez dit - "pour améliorer la prévention de ce phénomène, la prise en charge des jeunes concernés et de leurs familles, et les réponses à apporter tant en matière de sécurité que de prévention par l?ensemble des institutions".

Je crois que cette proposition d?amendement vous convient et j?apporterai donc un avis favorable.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci.

Monsieur le Représentant du Préfet de police, vous avez la parole.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Merci, Monsieur le Maire.

Le Préfet a répondu hier lors des questions d?actualité sur ce sujet. Je rappelle rapidement les annonces faites par le Ministre de l?Intérieur.

La première consistait à établir une cartographie détaillée mais qui traduisait en réalité une connaissance fine des phénomènes de bandes à l?échelle des différents territoires ; ensuite, un renforcement des services d?enquête avec des enquêteurs spécialisés sur ces thématiques dans le cadre de G.L.T.D. ; et, enfin, des référents bandes pouvant faire le lien avec l?ensemble des partenaires sur cette thématique.

Nous travaillons déjà de façon très étroite avec l?ensemble des partenaires à Paris depuis plusieurs années, contraints de répondre à certains phénomènes qui connaissent un durcissement. Le Plan Bandes développé à l?échelle de Paris s?inscrira évidemment dans les nouvelles orientations du Ministre tout en capitalisant sur le travail déjà réalisé, notamment sur la connaissance très fine des bandes aujourd?hui obtenues. Nous avons des monographies territoriales par arrondissement, qui décrivent de façon très précise les relations entre bandes et permettent d?agir de façon préventive pour essayer d?éviter de nouveaux affrontements.

Pour terminer mon propos, je tiens à insister sur le rôle fondamental de deux instances : les Cenomed, les cellules d?échange d?informations nominatives sur les mineurs en difficulté, dans les arrondissements, lorsque l?on est avant l?entrée dans des parcours de délinquance, avant des faits suivis par l?autorité judiciaire ; et le travail réalisé par le groupe de travail de la délinquance, présidé par le Procureur de la République, auquel les services de la Préfecture de police contribuent, bien évidemment. En tout cas, notre mobilisation restera entière avec la Ville et l?ensemble des partenaires.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci.

Je reviens vers Mao PENINOU pour savoir s?il accepte l?amendement au v?u qu?il a présenté.

M. Mao PENINOU. - Je voudrais d?abord remercier Colombe BROSSEL pour sa réponse et lui indiquer sur l?amendement qu?elle fait à notre v?u que, si nous sommes bien d?accord qu?il s?agit à la fois de participer à la prévention de ces phénomènes de bande et, en même temps, pour être fidèle à notre tradition, aussi à leur répression, je l?accepterai.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Colombe BROSSEL confirme la bonne compréhension qui existe entre vous et qui réjouit notre Assemblée.

De ce fait, je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe Démocrates et Progressistes, amendée par l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u amendée est adoptée. (2018, V. 600).