Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Ecologiste de Paris relatif à l'établissement culturel ARCADI (suite).

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2018


 

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Nous allons donc continuer la discussion sur le v?u n° 124. Je suis saisie de deux demandes d'explication de vote.

La parole est à Agnès EVREN puis à Marie-Pierre de LA GONTRIE.

Mme Agnès EVREN. - Merci.

Pour répondre au v?u, évidemment, le groupe LRI ne votera pas ce v?u, mais je tiens à clarifier un certain nombre de points erronés, voire mensongers.

Très rapidement, le premier point. Je le rappelle, la Région a augmenté son budget de 12,5 %, ce qui correspond à 10 millions d?euros de plus chaque année pour les acteurs culturels. C'est dire l'engagement de la Région en faveur de la culture.

Par ailleurs, le spectacle vivant est le secteur le mieux doté avec 45 millions d?euros chaque année et ARCADI ne finance le spectacle vivant qu'à hauteur d?1,5 million d?euros par an.

Enfin, sachez que la question de l'avenir des emplois et du devenir des salariés d'ARCADI est absolument centrale pour la Région Ile-de-France. Ainsi, dès le 1er janvier, tous ceux qui le souhaitent parmi les salariés seront évidemment engagés prioritairement à la Région et nous y travaillons actuellement avec l'Etat.

Voilà les raisons pour lesquelles nous allons voter contre ce v?u.

Merci.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Merci.

La parole est à Mme Marie-Pierre de LA GONTRIE.

Mme Marie-Pierre de LA GONTRIE. - Merci, Madame la Maire.

Mon groupe votera ce v?u. Il votera ce v?u pour des raisons qui sont diamétralement opposées à ce que vient d'indiquer Agnès EVREN. Agnès EVREN est donc vice-présidente à la culture et c?est elle qui a décidé la mort d'ARCADI avec Valérie PÉCRESSE, ARCADI dont j'ai été la première présidente lorsque nous l?avons créé en 2003. C?est un établissement public de coopération culturelle.

Il y a dans ARCADI 38 salariés. C'est un mensonge de prétendre qu?ils seront repris par la Région, pour deux raisons : des raisons statutaires et des raisons budgétaires car la vice-présidente aux ressources humaines de la Région leur a dit en face qu'il n'en était pas question car elle n'avait pas les postes.

Deuxièmement, il y a également bien sûr la mission d'ARCADI. Au fond, ce qui est utile dans ce type de démarche, c'est de bien voir la différence entre la gauche et la droite. On voit bien que l'obsession de la droite, c'est de toujours avoir la main directement sur la culture, là où la gauche décide de mettre en place des structures qui soutiennent la diffusion, qui soutiennent les compagnies et qui soutiennent la création.

Dans un mois, avec une décision totalement précipitée - incroyable -, il va falloir faire disparaître ARCADI, qui était quelque chose qui avait traversé jusqu'à présent les difficultés et les désaccords politiques, puisque c?était d?anciennes associations créées par la droite qui avaient été reformatées en E.P.C.C.

Mme PÉCRESSE aura donc, là aussi, après d?autres organismes, décidé de mettre à mort des structures culturelles.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Merci.

Je donne, pas dans le bon ordre, pardonnez-moi, quelque peu perturbée par les circonstances, la parole à Karen TAÏEB pour faire la réponse que Christophe GIRARD avait débutée.

Allez-y.

Mme Karen TAÏEB, adjointe. - Merci.

Merci aux élus qui ont déposé ce v?u.

Le rôle d'ARCADI en tant qu?opérateur est fondamental eu égard aux enjeux spécifiques en matière de financement et d'accompagnement de structures de spectacle vivant, de musique, de danse sur toute l'Ile-de-France. En effet, ce sont plus de 300 projets qui sont accompagnés chaque année par ARCADI.

Votre v?u appelle notre vigilance sur la situation sociale de cette structure composée de 38 salariés. La Région a annoncé que les salariés qui le souhaitent pourraient intégrer les services mais nous attendons effectivement des précisions sur les modalités de transition. Je partage donc votre inquiétude. Nous devons rester vigilants et sensibles à la situation de ces salariés qui ont contribué à donner de la visibilité aux événements culturels en Ile-de-France.

Quant à Christophe GIRARD, pour lequel je prends la parole, il continue à travailler de concert avec l'ensemble des institutions locales et nationales qui interviennent sur notre territoire et je donnerai donc un avis favorable à ce v?u.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par les groupes Communiste - Front de Gauche, "Génération.s" et Ecologiste de Paris, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? La proposition de v?u est adoptée. (2018, V. 579).

Je vous remercie.