Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2018 DEVE 160 - Renouvellement de la labellisation de la Ville de Paris au label APIcité de l’Union nationale de l’apiculture française (U.N.A.F.).

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2018


 

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Nous entamons, si je peux me permettre, le gros morceau de la matinée. Projet de délibération DEVE 160 qui concerne le renouvellement de la labellisation de la Ville de Paris au label APIcité.

Mme Edith GALLOIS a la parole.

Mme Edith GALLOIS. - Label APIcité. Nous connaissons tous cette phrase célèbre qui vient d?être rappelée par ma collègue Céline : "Si l?abeille venait à disparaître, l?humanité n?aurait plus que quelques années à vivre". Quel que soit son auteur, peu importe, la vérité glaçante de cette phrase ne peut en tout cas que rester gravée dans nos consciences pour que, de toutes nos forces, nous cherchions une solution pour la rendre obsolète.

On sait que la Ville est quasiment devenue un refuge pour les abeilles et que les insectes pollinisateurs qui s?y trouvent sont moins intoxiqués que dans les campagnes, leur lieu naturel de vie, mais où ils sont soumis à une agriculture intensive et donc à la monoculture, à la suppression des haies, à tous les produits toxiques, nicotinoïdes, pesticides, etc., autant d?agents criminels pour la biodiversité, la flore et les insectes.

L?abeille est la sentinelle de l?environnement et le syndrome d?effondrement de ses colonies nous alerte sur l?extrême dangerosité de poursuivre cette politique folle d?intensification d?une agriculture qui ne respecte plus la nature.

En mars 2015, je vous avais proposé une labellisation "Bee Friendly" de la Ville de Paris, d?ailleurs approuvée ici à l?unanimité puis délaissée, mais peu importe, au profit d?APIcité dont nous parlons aujourd?hui. J?avais formulé à l?époque le souhait que la Ville de Paris devienne la sentinelle des sentinelles de l?environnement et qu?au-delà de ses bonnes pratiques dans ses espaces verts et des nombreuses implantations de ruches sur les toits ou dans les jardins, qui sont bien évidemment un bon signal "Bee Friendly", elle se fasse la porte-parole en France et dans le monde de l?urgence, que dis-je, de l?obligation à inverser cette terrible courbe déclinante des colonies d?abeilles.

On sait qu?il y a une mode, à Paris et dans les grandes villes, d?implantation des ruches dans les entreprises qui sont un bon moyen de cohésion sociale et de communication. Il n?y a jamais eu autant de ruches à Paris mais je m?interroge sur cette communication qui selon moi doit servir la cause de l?abeille en voie de déclin davantage que l?image de l?entreprise.

L?abeille joue un rôle primordial dans les écosystèmes et dans l?alimentation de demain. C?est une cause extrêmement sérieuse.

Alors oui, deux fois oui, nous voterons pour ce renouvellement de la labellisation APIcité, mais nous pensons aussi que la Ville de Paris devrait porter sa voix plus haut, plus fort, plus loin, qu?elle profite de son aura mondiale pour devenir la ville sentinelle de nos sentinelles, ?uvrant ainsi non seulement pour leur survie mais aussi pour leur régénération.

Je vous remercie.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Merci beaucoup.

Pour vous répondre, Pénélope KOMITÈS.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe. - Merci, Madame GALLOIS.

Je crois que nous partageons ensemble l?intérêt et l?action de la Ville de Paris en faveur de l?apiculture et des pollinisateurs sauvages. Nous mettons tout notre entrain pour favoriser le développement des ruches et surtout pour communiquer, y compris avec les autres collectivités, pour favoriser ce que nous faisons.

Ce projet de délibération, c?est juste une labellisation qui vise quand même à reconnaître que la Ville fait un travail assez extraordinaire et qu?elle est un territoire apicole intéressant. Voilà, nous allons continuer à poursuivre nos efforts. J?entends ce que vous nous demandez en essayant de porter notre voix plus loin. Je crois que cela s?inscrit non pas uniquement pour les abeilles mais que la voix à porter plus loin est à porter plus loin dans le cadre plus global de la biodiversité et, je dirais, du changement climatique.

C?est vraiment ce travail que nous faisons sur l?urgence pour la biodiversité au niveau international.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Merci beaucoup.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DEVE 160.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2018, DEVE 160).