Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

124 - QOC 2003-425 Question de Mme Marielle de SARNEZ et des membres du groupe Union pour la démocratie française à M. le Maire de Paris relative à l'amélioration du dispositif de ramassage des déchets triés dans les immeubles

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2003


Libellé de la question :
"Il vient d'être lancé une expérimentation dans quelques parcs et squares de la Capitale consistant à installer des centres de recyclage, afin que les Parisiens puissent faire preuve d'éco-citoyenneté en triant leurs déchets à l'extérieur.
L'idée est bien évidemment intéressante. Néanmoins, au vu de l'organisation du recyclage dans la Capitale, cette initiative risque d'être assimilée à un placebo. Le dispositif existant dans les immeubles parisiens est insuffisant pour que les Parisiens puissent véritablement prendre l'habitude de trier leurs déchets. Certains immeubles, parmi les plus anciens, n'ont toujours pas l'équipement nécessaire. Et les containers de verre et d'emballage n'étant récoltés qu'une fois par semaine, les rares bacs mis en place ne suffisent pas aux habitants et il arrive parfois que les déchets jonchent le sol des cours d'immeubles.
Dès lors, il serait sans doute préférable d'organiser correctement le ramassage des déchets triés dans les immeubles afin que les Parisiens puissent être réellement sensibilisés au recyclage des déchets, plutôt que de médiatiser la mise en place de quelques points recyclage dans les parcs et jardins de la Capitale.
M. le Maire de Paris pourrait-il étudier la possibilité d'améliorer le dispositif existant ?"
Réponse (M. Yves CONTASSOT, adjoint) :
"L'expérimentation de collecte sélective sur un panel de cinq parcs et jardins, qui vient d'être mise en ?uvre, a été l'occasion de convaincre à nouveau les Parisiens que trier ses déchets est utile, nécessaire et facile. Cette initiative s'inscrit en effet dans la poursuite et l'accentuation des efforts réalisés jusqu'ici en matière de collecte sélective, car la collectivité a tout à gagner en relevant ce défi, qui s'inscrit dans une dynamique européenne et mondiale.
Il convient en effet de souligner tout particulièrement l'effort considérable consenti en 2002 à Paris, tant du point de vue technique que dans le domaine de la communication, pour la mise en place d'un système de collecte des déchets recyclables adapté aux réalités des immeubles et aux attentes fortes exprimées depuis longtemps en ce domaine par la population.
Pour engager cette action, chaque immeuble parisien a été visité par les agents municipaux, afin de définir, dans chacun d'entre eux, les possibilités d'accueil des bacs supplémentaires nécessaires à la mise en ?uvre du nouveau service.
Le retard qu'avait pris Paris en ce domaine est aujourd'hui résorbé. Plus de 86 % des habitants disposent maintenant d'un bac à couvercle jaune pour la collecte des déchets "multi-matériaux" et 63 % d'entre eux ont un bac à couvercle blanc dédié au verre usagé. Ces chiffres représentent à eux seuls un résultat très positif au regard des réalités et contraintes particulières des immeubles parisiens et de la densité de notre ville. Il faut également rappeler que les gestionnaires d'immeubles ou habitants qui désirent bénéficier de bacs supplémentaires peuvent obtenir satisfaction sur simple demande auprès des services de la propreté.
Les résultats quantitatifs obtenus depuis sont eux aussi particulièrement encourageants et traduisent bien l'adhésion des habitants. En ce qui concerne les déchets recyclables "multi-matériaux" (emballages, papiers, journaux, carton...), nous constatons au travers des derniers chiffres disponibles un résultat d'environ 27 kilos par an et par habitant, pour un objectif de démarrage de 21 kilos. Les données disponibles sur le verre, intégrant à la fois ce qui est collecté dans les immeubles et dans les colonnes d'apport volontaire situées sur la voie publique, affichent un chiffre d'environ 20 kilos par an et par habitant, pour un objectif initial de 19 kilos.
Il est vrai également que ces bons résultats pourraient encore s'améliorer, soit au travers d'un effort sur les dotations de bacs dans les immeubles ou grâce à un second passage hebdomadaire des bennes de collecte, en addition des tournées existantes ou en substitution d'un passage d'enlèvement des ordures ménagères classiques. Mais les ajustements à mettre en ?uvre doivent être adaptés aux besoins réels des habitants et aux particularités des quartiers. Elles doivent également prendre en compte le nécessaire souci de maîtrise du budget municipal. Une solution unique, applicable à tous les arrondissements, ne constitue donc sans doute pas une hypothèse à privilégier.
Ainsi, ce n'est qu'à la suite d'une analyse très minutieuse des critères de décision, quartier par quartier, rue par rue, voire immeuble par immeuble, qu'un ajustement des moyens et méthodes mis en ?uvre permettra de consolider les résultats déjà très positifs de cette action."