Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe DP relatif à la mise en œuvre du Plan Pauvreté. Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2018


 

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Nous passons aux v?ux n° 44 et n° 44 bis relatifs à la mise en ?uvre du Plan Pauvreté et la parole est à Mme Anne-Christine LANG qui a deux minutes pour présenter son v?u.

Mme Anne-Christine LANG. - Merci, Monsieur le Maire.

Je vais parler du Plan Pauvreté qui a été présenté par le Président de la République en septembre dernier. C?est un plan doté de 8 milliards d?euros et dont l?ambition a été saluée par toutes les grandes associations et de très nombreux élus locaux, et dont la mise en ?uvre a d?ores et déjà débuté, puisque 10 territoires ont été retenus pour commencer les expérimentations dès cet automne : les Hauts-de-France, avec une charte d'engagement qui vient d'être signée entre les départements, la Région, l'Etat, et également la Région Occitanie, qui avait une réunion encore hier à l'Assemblée, avec l'ensemble des élus autour d?Olivier NOBLECOURT.

Vous savez donc que Paris n'est pas épargnée par le fléau de la pauvreté. On en discutait récemment avec le recteur qui nous disait, du reste, que la lutte contre la pauvreté était l?une des priorités de l'académie de Paris.

Donc, ma question était très simple : sachant que l'ensemble des départements devront avoir contractualisé en 2019, la question était de savoir si la Ville avait commencé à réfléchir à la déclinaison de cette stratégie pauvreté à Paris, comme l'ont fait les autres départements ? Est-ce que la Ville a commencé à préparer la contractualisation avec l'Etat ? Quel est le calendrier ? La Ville envisage-t-elle de mettre en place des petits déjeuners gratuits dans les écoles ? Si oui, à quelle date ? Est-ce que la Ville va mettre en place un bonus mixité dans les crèches ? Comment la Ville se prépare à l'accompagnement les jeunes placés par l?A.S.E. au-delà de 18 ans ? A-t-on commencé à s'organiser pour la fusion programmée des minima sociaux ?

Alors que ce v?u nous semblait simple et appelait des réponses claires, quelle ne fut pas notre surprise de nous voir retourner notre v?u totalement réécrit, nos considérants biffés et remplacés par deux pages entièrement réécrites, à mi-chemin entre un tract électoral et un compte rendu de mandat hagiographique, des réalisations de l'adjointe en charge de ce dossier et signées de notre main ! C'était un peu fort de café. Donc, nous avons aujourd'hui la même version, mais qui s'appelle "v?u de l'Exécutif", qui n'a plus rien à voir avec ce que l'on demandait et qui ne répond nullement aux questions posées. Je voudrais dire que ces procédés sont assez regrettables.

Je pense que?

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Je vais vous demander de conclure.

Mme Anne-Christine LANG. - C?est peu respectueux des élus et des groupes politiques qui sont assez grands pour formuler les v?ux comme ils le souhaitent et n'ont pas besoin d'avoir leur copie réécrite.

Donc, je vous laisse faire votre compte rendu de mandat hagiographique, Madame la Maire.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Merci pour cette intervention.

Je vais demander à Dominique VERSINI de répondre.

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Madame la conseillère de Paris, Anne-Christine LANG, mes chers collègues, oui, ce v?u concerne la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté, que vous résumez sous les termes de "Plan Pauvreté", qui a été présentée en septembre dernier. Dans le cadre de l'élaboration de ce plan, j'ai été longuement auditionnée par le délégué interministériel, Olivier NOBLECOURT. D'ailleurs, je peux vous dire que j?ai constaté avec plaisir, et je trouve que c?est bien pour Paris - nous sommes tous des élus de Paris - que plusieurs mesures de ce plan s'inspirent largement de ce qui est fait à Paris. Ce n'est pas un tract électoral, c'est juste la stricte vérité.

Par ailleurs, nous adhérons, évidemment, à la priorité qui est donnée aux enfants et qui est en droite ligne? Et, pardon, ce n'est pas un tract électoral de dire que nous avons voté à l'unanimité une stratégie parisienne pour l'enfance et les familles, que nous avons officialisée en juin 2016 et qui est désormais coordonnée par mon collègue, Patrick BLOCHE.

Par ailleurs, vous avez parlé des enfants de l'Aide sociale à l?enfance. Cela tombe bien parce que c'est vraiment un sujet que je porte extrêmement fort. Il y avait 400 jeunes de l?Aide sociale à l?enfance, ici présents, avec tous des contrats jeunes majeurs. Figurez-vous, Madame la conseillère, que nous sommes le premier département de France en matière d'accueil collectif, d'accueil des jeunes de l?A.S.E. pour lesquels tous les jeunes qui ont 18 ans - je le dis haut et fort - et sont à l?A.S.E. peuvent avoir un contrat jeune majeur qui leur permet d'être accompagnés. Nous savons maintenant qu'il va y avoir une loi qui va le rendre obligatoire dans tous les départements. J'en suis très contente parce que figurez-vous que je suis une ancienne défenseur des enfants et que c'est quelque chose que je porte depuis des années. Donc, c'est très bien. En attendant, il n'y a que Paris qui le fait en France.

Egalement, et vous le savez parfaitement parce que vous êtes une grande connaisseuse du sujet sur la petite enfance, vous savez que Paris, sans faire de campagne électorale, est le premier département en matière d?accueil collectif des jeunes enfants, avec un enfant sur deux pris en place à la crèche. Voilà. Donc nous sommes très contents. Moi, je n?y vois que du positif. Ce plan du Gouvernement rentre totalement en résonance avec ce que nous faisons.

Je ne vous parlerai pas du R.S.A. parce que je vais largement dépasser mon temps. Je ne vous parlerai pas de la lutte contre la grande exclusion parce que j'en ai parlé sur d'autres projets de délibération.

Vous trouverez là le bilan du pacte parisien qui a été réalisé par l'ensemble des acteurs parisiens, et pas juste par nous, ni écrit de ma main. Pour nous, il n'y a pas de problème. Je peux affirmer que l'on coche à peu près toutes les cases du plan national, et c'est très bien. D'ailleurs, je vous signale qu'il y avait eu un plan précédent fait par le précédent Gouvernement et qui allait aussi dans ce sens. D'ailleurs, j'avais travaillé avec Olivier NOBLECOURT dans la même commission, donc on est dans une continuité. Il faut savoir le reconnaître dans l'intérêt des enfants et dans l'intérêt des personnes en situation de pauvreté.

Donc, pour votre question, il n'y a pas de problème. Nous sommes à la disposition du Préfet de Région pour cocher toutes les cases avec lui et voir s'il y a des actions que, par hasard, Paris ne ferait pas. Mais on le ferait en toute humilité, il n?y a aucun problème.

C'est la raison pour laquelle je vous demande un retrait de votre v?u en faveur du v?u de l'Exécutif. Sinon, ce sera un avis défavorable.

(Mme Oliva POLSKI, adjointe, remplace M. Ian BROSSAT au fauteuil de la présidence).

Mme Olivia POLSKI, adjointe, présidente. - Je vous remercie.

Le v?u n° 44 du groupe Démocrates et Progressistes est-il retiré au profit de celui de l'Exécutif, s'il vous plaît ?

Mme Anne-Christine LANG. - Non, il n'est pas retiré puisque je n'ai eu strictement aucune réponse à aucune de mes questions sur les petits déjeuners dans les écoles R.E.P. et toutes les choses que je viens d'énumérer qui font partie du Plan Pauvreté, dont il n'a pas été question. Je n'ai pas non plus de calendrier.

Bien sûr, je maintiens ce v?u. Etant donné que le v?u de l'Exécutif ne fait que lister toutes les réalisations de l'adjointe en charge de cette délégation, je le maintiens.

Mme Olivia POLSKI, adjointe, présidente. - Merci.

Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 44 du groupe Démocrates et Progressistes, avec un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est rejeté.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 44 bis de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est adopté. (2018, V. 532).

Je vous en remercie.