Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Parisiens Progressistes, Constructifs et Indépendants relatif à l'attribution à titre posthume de la Citoyenneté d'Honneur de la Ville de Paris à Charles Aznavour. Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2018


 

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant les v?ux référencés nos 127 et 127 bis relatifs à l?attribution à titre posthume de la Citoyenneté d?Honneur de la Ville de Paris à Charles Aznavour.

La parole est à M. Jérôme DUBUS.

M. Jérôme DUBUS. - Merci, Madame la Maire.

Ce v?u voudrait donner à titre posthume la Citoyenneté d?Honneur de la Ville de Paris à Charles Aznavour, non pas pour ses qualités de chanteur bien connues et de compositeur - puisqu?il était auteur-compositeur-interprète -, mais pour le rôle qu?il a joué dans la défense et la reconnaissance du génocide arménien qui, je le rappelle, entre avril 1915 et juillet 1916, a fait plusieurs centaines de milliers de mort dans cette communauté arménienne en Turquie.

On le sait peu, mais Charles Aznavour a été très impliqué dans cette reconnaissance du génocide arménien en Turquie. Cette défense du génocide arménien a vraiment été la grande cause de sa vie. Il a été ambassadeur dans certaines instances diplomatiques internationales, à partir de 1995, pour l?Arménie. Il était le représentant permanent de l?Arménie auprès de l?Organisation des Nations Unies à Genève. Bref, il a joué un rôle essentiel dans cette reconnaissance que, d?ailleurs, le Gouvernement français a fini par admettre, il y a peu de temps, mais il l?a admis.

Rien ne s?oppose dans le règlement de la citoyenneté d?honneur de la Ville de Paris, à ce que l?on donne ce titre à quelqu?un qui est décédé, à titre posthume. J?ai bien relu les considérants de ce règlement et rien ne s?oppose non plus à ce que ce soit quelqu?un qui ait joué un rôle pour les Arméniens de Paris car la communauté arménienne de Paris est extrêmement forte.

Nous avons accepté le v?u de l?Exécutif mais il est très en deçà de la reconnaissance de citoyen d?honneur de la Ville de Paris à Charles Aznavour.

J?aurais donc préféré que nous accordions cette considération et cette reconnaissance à Charles Aznavour pour son rôle en matière de reconnaissance du génocide arménien. Visiblement, l?Exécutif n?a pas accédé à cette demande : vous proposez de qualifier une rue - une petite rue - dans un jardin. Il y a certes toute la signification de l?Arménie dans ce jardin mais c?est tout de même très en deçà de la Citoyenneté d?Honneur de la Ville de Paris pour Charles Aznavour.

Je vous remercie.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Merci.

Pour vous répondre, la parole est à Mme Karen TAÏEB.

Mme Karen TAÏEB, adjointe. - Merci, Madame la Maire.

Mes chers collègues, nous nous joignons à l?intention bienveillante de Jérôme DUBUS et aux membres du groupe PPCI de rendre hommage à Charles Aznavour, grande figure de la scène artistique française, qui nous a quitté ce 1er octobre 2018.

Cependant, avec mes collègues Catherine VIEU-CHARIER et Patrick KLUGMAN, nous ne croyons pas que l?attribution de la citoyenneté d?honneur soit la reconnaissance qui convienne. En effet, mes chers collègues, j?aimerais d?abord souligner l?attachement de la Maire de Paris et de l?Exécutif au sens que revêt l?attribution de la citoyenneté d?honneur de la Ville de Paris.

Cette reconnaissance demeure un encouragement et un soutien pour des personnes promouvant les droits en faveur des libertés et qui se voient menacer pour leur combat. Elle s?inscrit dans l?histoire de Paris et de ses positions fermes sur ces sujets, de la Révolution à aujourd?hui. A ce titre, je voudrais rappeler le soutien actuel de la Ville de Paris au cinéaste Oleg SENTSOV à qui nous avons justement attribué cette année la citoyenneté d?honneur.

Cependant, le décès de Charles Aznavour, compositeur, interprète et comédien, a laissé un vide dans la ville et le monde. Il aimait chanter, il savait transmettre cet amour du chant et, sans doute, il se hissait parmi les plus grands de ceux qui savaient chanter l?amour. Outre sa contribution aux arts, je tiens à rappeler, comme Jérôme DUBUS l?a fait dans son v?u, son engagement fidèle pour l?Arménie. Ses parents en étaient originaires et avaient trouvé refuge en France en 1915 lors du génocide de leur peuple. Charles Aznavour a été un porte-parole pour les Arméniens tout au long de sa vie pour garder vive la mémoire du massacre et pour représenter l?Arménie contemporaine.

L?Exécutif tient donc à attribuer une reconnaissance pérenne à Charles Aznavour. Celle-ci doit également rappeler le lien entre Paris et l?Arménie, déjà inscrit à Paris grâce à la dénomination du jardin d?Erevan. C?est pourquoi nous vous proposons la dénomination d?une allée dans ce même jardin en allée Charles Aznavour.

Je vous propose ce v?u de l?Exécutif. Je vous remercie.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Je suis saisie de deux demandes d?explications de vote. Madame BERTHOUT, vous avez la parole.

Mme Florence BERTHOUT, maire du 5e arrondissement. - Je ne suis pas pleinement convaincue, pardon, Madame TAÏEB, par votre réponse qui consiste à réécrire l?excellent v?u présenté par nos collègues du groupe PPCI qui disait très bien les choses et sur lequel nous étions pleinement d?accord.

Néanmoins, on votera votre proposition mais, je dirais, à regret.

Vous avez rappelé, mon collègue Jérôme DUBUS a rappelé la vie exceptionnelle de cet immense artiste qui était, comme chacun sait, le seul Français qui ait son nom et son étoile sur le Hollywood Boulevard, le boulevard des célébrités.

J?y suis d?autant plus sensible que Charles Aznavour - je m?apprêtais d?ailleurs à lui rendre un hommage dans le 5e arrondissement - avait été élève à l?école Rognoni, que l?on appelle communément l?Ecole des enfants du spectacle, en face du café ouvert par son père, Micha, rue du Cardinal Lemoine.

D?ailleurs les enfants de Rognoni lui ont rendu hier un très joli hommage, en chantant des chansons du répertoire de Charles Aznavour, en leur remettant leur diplôme, puisqu?ils m?ont fait l?amitié de me demander de leur remettre leur diplôme.

Et puis aussi et surtout, c?était un défenseur de l?Arménie, dont il avait obtenu la nationalité et il avait contribué à la reconnaissance du génocide arménien par la France en 2001. Je pense qu?au moins aussi pour ces deux raisons, la proposition de nos collègues de lui donner la citoyenneté d?honneur se justifiait pleinement.

Merci.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Merci.

La parole est à M. Pascal JULIEN.

M. Pascal JULIEN. - Mon groupe est résolument hostile au fait d?accorder à titre posthume une citoyenneté d?honneur : c?est une question de principe. Il faudrait d?ailleurs peut-être rediscuter, revoir comment on attribue cette citoyenneté d?honneur et est-ce qu?elle peut également être retirée dans certains cas.

En tout cas, nous voterons pour le v?u de l?Exécutif mais je voulais, au nom de mon groupe, rappeler cette question de principe et demander à ce qu?une réunion de travail ou une discussion ait lieu sur l?usage et les critères de cette remarquable distinction.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Merci.

Monsieur DUBUS, vous maintenez votre v?u ?

M. Jérôme DUBUS. - On est vraiment a minima. Je ne vais pas maintenir mon v?u parce qu?il ne sera pas voté, ce ne serait pas très sympa pour la mémoire de Charles Aznavour qu?un v?u, voulant le nommer citoyen d?honneur, soit refusé. Je préfère le retirer. Il faut être sensé et respectueux de ce qui s?est passé.

On va accepter le v?u de l?Exécutif, mais rien ne s?oppose aujourd?hui dans le règlement, je le rappelle, à la distinction d?une citoyenneté d?honneur de la Ville de Paris à titre posthume. On peut être pour ou contre, mais au titre du respect du règlement, rien ne s?y oppose.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur DUBUS.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de v?u déposé par l'Exécutif. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

Le projet de v?u est adopté. (2018, V. 581).