Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2018 DAC 435 - Adhésion à l’Association des biens français patrimoine mondial (A.B.F.P.M.).

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2018


 

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Nous allons maintenant examiner le projet de délibération DAC 435 relatif à l'adhésion à l'Association des biens français patrimoine mondial.

La parole est à M. Alexandre VESPERINI.

M. Alexandre VESPERINI. - Merci, Monsieur le Maire, merci, chers collègues.

Puisqu'on siège pour 4 jours quasiment, je pense que l?on n?est plus à deux minutes près et je voudrais prendre quelques instants pour parler?

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Si ! Tenez votre temps, merci.

M. Alexandre VESPERINI. - Je tiendrai mon temps, ne vous inquiétez pas, Monsieur le Maire. Mais comme l'adjointe a dépassé 5 minutes...

Je voudrais juste prendre quelques instants pour parler de l'Association des biens français du patrimoine mondial. Tout d?abord pour dire que naturellement cette adhésion est bien venue et que je suis même étonné que la Ville de Paris n'ait pas adhéré plus tôt ou n'ait pas eu la possibilité d'adhérer plus tôt à cette structure associative qui, je crois, fait ?uvre salutaire, notamment à un moment où la Ville de Paris comprend de plus en plus de biens qui eux-mêmes, soit sont présentés pour candidature à l'UNESCO, soit sont déjà classés au patrimoine mondial de l?UNESCO. On peut parler des voies sur berges, on pourrait parler également de l'initiative portée pour les bouquinistes sur le long de la Seine et on pourrait également parler de l?initiative, plus récemment, sur les bars et les bistrots parisiens.

Cela étant dit, évidemment, si ces initiatives sont bienvenues et si la Ville de Paris doit naturellement les accompagner, je crois qu?il faut toujours prendre garde de ne pas complètement muséifier Paris. Le bienfait de cette association, l?A.B.F.P.M., c'est de pouvoir réunir, dans un lieu de débats où l'on peut avoir des experts et des élus, des intérêts parfois un peu contradictoires entre d'un côté la nécessité de préserver quelque chose d'absolument exceptionnel et reconnu par l'UNESCO - qui a son siège à Paris comme le projet de délibération le rappelle - et de l?autre des intérêts différents qui consistent tout simplement à faire évoluer tout ce patrimoine pour permettre aussi aux grandes villes, aux grands sites, aux grands territoires de notre pays d'évoluer et de se moderniser.

Je crois que dans cette association-là, ces débats auront lieu d'être et c'est bien que la Ville de Paris participe à ces discussions. J'ai cru comprendre en parcourant le site Internet de cette association que d'autres villes qui comportent déjà des sites inscrits à l'UNESCO sont membres de cette association. Je crois qu'il est donc salutaire que la Ville adhère à cette association. C?est une adhésion - dans cette Assemblée je suis très attaché aux subsides publics, notamment dans le domaine associatif - qui représente un coût annuel de 3.000 euros, un tarif donc raisonnable même si cette adhésion, si je comprends bien le projet de délibération, porte sur un projet à 5 ans, ce qui représente donc 15.000 euros.

Enfin, pour terminer, trois remarques quand même.

La première concerne les informations qui doivent nous être communiquées à nous, les élus parisiens, sur les travaux de cette association. Je souhaite que vraiment nous soyons informés de la plus-value que va pouvoir représenter l'adhésion de la Ville de Paris à l?A.B.F.P.M.

Deuxième remarque, c?est que cette association, je crois, doit être un lieu où on pose la question de l'avenir des sites Unesco. Ces sites UNESCO doivent être vivants, ils doivent être promus. Ils ne doivent pas consister simplement à graver dans le marbre le fait que cela ne bouge absolument pas. Je le disais, cela fait référence à la remarque que je faisais sur les débats, les discussions entre les différents intérêts qui peuvent s'exprimer.

Troisièmement, comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire sur un certain nombre de projets de délibération qui portent sur des subventions aux associations ou en l?occurrence sur des adhésions, c'est la faiblesse documentaire, tout de même, des projets de délibération qui nous sont soumis. Cette association semble très intéressante, mais je regrette que le projet de délibération qui nous est soumis se limite à une feuille recto, même pas recto verso. Simplement recto. Il a fallu que je mène moi-même un travail personnel de recherche sur l'association, sur la situation budgétaire, sur sa gouvernance, sur son fonctionnement. Et je regrette que l'argent public que nous votons - là, c?est 3.000 euros, ce n?est pas énorme - mais j'aurais pu tout à fait faire allusion à d'autres subventions que nous avons examinées et adoptées dans cette Assemblée. Le C.A.U.E., le Conseil d'architecture, d?urbanisme et d'environnement de la Ville de Paris, pour lequel nous donnons 250.000 euros annuels, c?est à peu près la même chose.

Je crois qu?il faudrait vraiment que l'Exécutif et que les services de la Ville de Paris travaillent davantage sur la documentation des projets de délibération examinés ici.

Je voulais profiter de ce projet de délibération pour le dire même si, naturellement, vous l?aurez compris, le groupe PPCI votera favorablement. Merci.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Je vous remercie.

Je donne la parole à Karen TAÏEB, pour vous répondre.

Mme Karen TAÏEB, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire, mes chers collègues, merci, Monsieur Alexandre VESPERINI, pour votre intervention.

Je rappelle que cette association est également assez jeune, relativement jeune en tout cas, puisqu?elle a été créée en 2007, et que nous nous félicitons d'y adhérer cette année. C?est vrai qu?à ce jour la Ville de Paris n'était toujours pas adhérente à cette association malgré, comme vous l'avez rappelé, des biens inscrits et dont on va très largement parler dans un instant avec le prochain projet de délibération.

C'est pourquoi je vous propose de ne pas en dire davantage car on va plus largement parler dans un instant des différents biens que sont Paris, rives de la Seine et la tour Saint-Jacques puisqu?elle est propriété de la Ville de Paris qui fait partie du bien en série "Les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle".

De plus, effectivement, ce n'est pas une somme très importante même si adhérer à cette association revêt une importance capitale puisque cela parle du patrimoine et de cette reconnaissance par l'UNESCO. Ainsi, merci pour votre intervention.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Je vous remercie.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 435.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2018, DAC 435).