Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

25 - 2003, DPA 209 - Restructuration du site de l'ancien hôpital Saint-Lazare (10e). - Bilan de la concertation. - Avis favorable au projet d'aménagement envisagé et au programme des équipements publics. - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention de mandat de maîtrise d'ouvrage avec la Société d'économie mixte d'aménagement de la Ville de Paris (S.E.M.A.V.I.P.) chargeant cette société de concevoir et de réaliser, au nom et pour le compte de la Ville de Paris, les équipements publics projetés. - Autorisation à la S.E.M.A.V.I.P., maître d'ouvrage délégué, de déposer les demandes de permis de construire pour l'ensemble des programmes à l'exception de l'école et de démolir pour les parties à réhabiliter du "carré historique"

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2003


Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Nous passons au projet de délibération DPA 209 concernant la restructuration du site de l'ancien hôpital de Saint-Lazare.
La parole est à Mme Véronique DUBARRY.
Mme Véronique DUBARRY. - Merci, Madame la Maire.
Madame la Maire, chers collègues il va de soi que les élus "Verts" soutiennent pleinement ce projet. Cette partie du 10e arrondissement connaît un manque cruel d'équipements.
C'est par ailleurs l'un des quartiers les plus denses du 10e arrondissement connaissant de plus, comme de bien entendu, les pires indicateurs en matière de précarité, de logements insalubres et de suroccupation de logement.
Il était donc absolument nécessaire que ce site de plus de 16.000 mètres carrés apporte une bonne partie de la réponse aux problèmes rencontrés par les habitants de ce quartier.
Une école maternelle, un gymnase, une halte-garderie, une bibliothèque et un centre socioculturel sont les principaux équipements qui vont voir le jour. Et grâce à la convention de mandat de maîtrise d'ouvrage signée avec la S.E.M.A.V.I.P., les deux phases du programme devraient être considérablement accélérées.
Restent malgré tout quelques points qui nous interrogent. Il s'agit du gymnase, du jardin et des futurs jurys d'architecture restant encore à désigner.
Sur le gymnase, ce quartier du 10e est particulièrement dense.
Il nous paraît souhaitable ou en tout cas peut-être intéressant de réfléchir à la possibilité d'enterrer le gymnase. Ceci libérant un espace considérable qui pourrait être un espace vert supplémentaire dans ce quartier qui en manque particulièrement et éventuellement un accès supplémentaire qui pourrait ainsi participer au désenclavement de cette partie de l'hôpital Saint-Lazare.
Il est mentionné dans l'exposé des motifs que le square Satragne aggrandi à son maximum sera un "jardin à la française". Actuellement, dans le 10e, une expérience intéressante de concertation et de co-élaboration est en cours à propos de la transformation en jardin de la friche Juliette-Dodu.
Les habitants, les élus de l'arrondissement et les services techniques de la Ville se réunissent régulièrement et travaillent ensemble à une conception d'un jardin qui réponde aux attentes et aux besoins de toutes et de tous.
Nous souhaiterions que les décisions concernant l'aménagement du jardin Satragne soient soumises et discutées par un comité de pilotage réunissant les élus de l'arrondissement, les services des parcs et jardins qui ont en la matière une expérience et une expertise absolument incontournables, et enfin le conseil de quartier qui a, lui, une connaissance indéniable des besoins et attentes des habitants.
Le problème des jurys d'architecture a déjà été abordé par notre groupe lors d'un précédent conseil et ce projet de délibération est pour nous l'occasion d'y revenir. Puisque les conseils de quartier ne peuvent participer aux jurys d'architecture, il nous paraît tout de même important qu'ils puissent donner leurs avis sur les projets présentés.
Le comité de pilotage dont je parlais plus haut pourrait trouver là une fonction supplémentaire qui donnerait lieu à un examen collégial des projets avant leur examen par le jury d'architecture.
Ce ne sont certes que quelques petits points face à l'importance du projet Saint-Lazare pour le 10e arrondissement, mais certains d'entre eux répondent au souci de notre majorité exprimé à plusieurs reprises de plus et mieux développer la démocratie locale. Je ne doute pas que ces suggestions seront entendues.
Je vous remercie.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci, Madame Véronique DUBARRY.
La parole est à M. Jean-Pierre CAFFET pour répondre.
M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, au nom de la 8e Commission. - Je dois dire que je partage en très grande partie, sinon en totalité, les considérants généraux que Mme DUBARRY a évoqués à propos de ce projet de délibération.
Oui, il fallait aménager l'hôpital Saint-Lazare. Oui, il faut essayer de désenclaver ce site et quand on regarde un plan, on s'aperçoit que les solutions ne sont pas évidentes puisqu'il est complètement saturé par un bâti d'une grande densité.
La solution que nous avons retenue à l'heure actuelle pour désenclaver cette emprise est située au Nord, notamment par une ouverture qui serait pratiquée via la cour de la ferme Saint-Lazare.
Je sais, parce que j'ai lu la presse comme tout un chacun ce matin, que d'autres solutions de désenclavement ont été évoquées, notamment celle qui est plus facile à dire qu'à faire, consistant à déplacer tout simplement une école maternelle qui se situe au 20, rue de Paradis.
Nous étudions effectivement actuellement une possibilité de désenclavement côté rue de Paradis, au niveau du 14. Cette possibilité étant ouverte, bien évidemment nous l'examinons avec la plus grande attention.
Sur les trois autres points évoqués par Mme DUBARRY, il n'a échappé à personne, ni à la sagacité de Mme DUBARRY, que ce projet de délibération est phasé dans le temps.
Par exemple, la question du gymnase est évoquée, cet équipement est prévu dans un second temps, en phase 2 du programme, pour une raison très simple : la réalisation du futur gymnase ne pourra être engagée qu'après la démolition d'un immeuble, aujourd'hui occupé par la Préfecture de police.
Nous sommes à la recherche d'une solution pour trouver d'autres locaux à la Préfecture de police.
Le square Satragne : il est clair que, dans la phase d'aménagement, sa réalisation interviendra à la fin.
Ainsi, tant du point de vue du gymnase que de l'aménagement du square, les choses ne sont pas figées.
Sur la question du comité de pilotage, personnellement, je ne vois rigoureusement aucun inconvénient à sa mise en place, dès lors qu'il est décentralisé, pour discuter avec les riverains et les associations sur la manière dont le gymnase serait traité : enterré ou non, semi-enterré, avec la possibilité de réaliser une toiture dédiée à un certain nombre d'activités ainsi que sur la configuration future du square, dont on dit que ce sera un jardin à la française.
Dès lors qu'il est décentralisé, qu'il se situe au niveau de l'arrondissement sous l'égide de la Municipalité du 10e, je ne vois aucun inconvénient à la mise en place de ce comité. Cela permettra de continuer le dialogue.
Quant à la présentation du projet d'architecture, il appartient à la Municipalité du 10e d'engager la discussion et de poursuivre avec les conseils de quartier sur les projets, une fois qu'ils seront définis du point de vue architectural.
Voilà ce que je pouvais répondre. Deux phases : le gymnase et le square sont dans la seconde phase et, dès lors qu'ils sont dans la seconde phase, la discussion n'est pas fermée.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPA 209.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Qui s'abstient ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, DPA 209).