Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Ecologiste de Paris relatif au programme "Un chez soi d'abord".

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2018


 

Mme Olivia POLSKI, adjointe, présidente. - Nous allons passer à l'examen du v?u n° 48 relatif au programme "Un chez-soi d'abord" et la parole est à Mme ATALLAH.

Non, c'est Mme Fatoumata KONÉ, pour deux minutes, s'il vous plaît.

Mme Fatoumata KONÉ. - Merci.

La récente nuit de la solidarité a montré de manière chiffrée la réalité des personnes en situation de rue. Leur nombre, d'abord : 3.035 sans-abri dans les rues de Paris et 18.150 personnes accueillies dans des hébergements d'urgence.

Leur situation ensuite : la moitié des personnes en situation de rue le sont depuis plus de 1 an et 20 % depuis plus de 5 ans. Face à cela, nous devons réagir et actionner tous les leviers que nous avons à notre disposition.

En pleine trêve hivernale, dans un contexte où il va faire de plus en plus froid, l'urgence nous oblige à tout mettre en ?uvre pour trouver au plus vite des places d'hébergement pour garantir à chacune et chacun de ne pas être à la rue.

Nous présentons au regard de cela un v?u pour que la Ville réagisse face à l'urgence, notamment en demandant au Préfet de prendre ses responsabilités et use de son pouvoir de réquisition des logements vacants. Mais les mises à l'abri ponctuelles sont insuffisantes et ne répondent pas au besoin de reconstruction des personnes sans domicile. Cela nous impose de mettre en place des solutions de long terme afin non pas de pallier l'urgence mais de permettre à ces personnes de se réinsérer durablement.

Des solutions existent. Parmi elles, le dispositif "Un chez-soi d'abord", qui est le fruit d'une expérimentation qui a duré plusieurs années et a fait ses preuves. Les résultats sont très bons. Après 4 ans d'évaluation, 96 % des personnes intégrées au dispositif sont toujours suivies, 86 % vivent toujours dans leur logement, et 80 % reçoivent des soins de santé mentale garants de la réussite de leur réinsertion. Notre v?u demande donc à la Ville de renforcer son soutien à ce programme, en fournissant les logements nécessaires pour atteindre le chiffre de 100 personnes suivies, et de lancer une campagne de communication pour amplifier la captation de logements privés. Enfin, il rappelle la nécessité d'inscrire ce travail au niveau métropolitain. Merci.

Mme Olivia POLSKI, adjointe, présidente. - Je vous remercie.

La parole est à M. BROSSAT, pour vous répondre.

M. Ian BROSSAT, adjoint. - Merci, Madame la Maire, et merci à Fatoumata KONÉ.

Vous évoquez le programme "Un chez soi d'abord", excellent programme porté à Paris par l'établissement public de santé Maison blanche ainsi que l'association Aurore, expérimenté depuis juillet 2012 sur la Capitale. C'est un dispositif novateur dans la logique d'accompagnement des plus précaires. Il vise à favoriser l'accès direct et le maintien dans un logement ordinaire de personnes sans abri atteintes de troubles psychiques sévères. Le programme "Un chez soi d'abord" a prouvé son efficacité durant quatre ans d'expérimentation dans plusieurs grandes villes de France auprès de plusieurs centaines de ménages. Les résultats ont fait montre d'une baisse significative du nombre de symptômes, une meilleure inclusion sociale, une réduction de moitié des durées d'hospitalisation, ainsi qu?une plus grande autonomie pour les personnes logées et accompagnées. Je ne peux donc qu'émettre un avis favorable à votre v?u.

Mme Olivia POLSKI, adjointe, présidente. - Je vous remercie.

Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 48 du groupe Ecologiste de Paris avec un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est donc adopté. (2018, V. 535).

Je vous remercie.