Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2018 DDCT 147 - Subventions (179.685 euros) et conventions à 48 associations pour le financement de 52 projets dans les quartiers populaires parisiens - Troisième enveloppe 2018.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2018


 

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Nous examinons le projet de délibération DDCT 147 relatif à l'attribution de subventions et de conventions à 48 associations pour le financement de 52 projets dans les quartiers populaires parisiens - Troisième enveloppe 2018, sur lequel l'Exécutif a déposé un autre amendement technique, le n° 150.

La parole est à M. Christian HONORÉ, pour cinq minutes maximum.

M. Christian HONORÉ. - Madame la Maire, mes chers collègues, nous allons voter ce projet de délibération qui porte sur le financement de projets dans les quartiers populaires.

Cependant, si cela est fort bien, le compte n?y est pas. J?aimerais attirer votre attention sur les difficultés qui persistent dans ces quartiers populaires, en particulier dans ceux du 18e arrondissement, et le peu de résultat que connaît votre politique.

Les habitants de ces quartiers ne sont pas dupes, puisqu?ils sont les victimes de vos échecs. Porte de la Chapelle, rue Pajol, rue Philippe-de-Girard, place de la Chapelle? Ils nous interpellent régulièrement avec Pierre-Yves BOURNAZEL pour nous dire qu?ils sont exaspérés. Ils demandent très légitimement de vivre dans le calme, dans un environnement propre et bien entretenu.

Certains commerçants, par exemple ceux de la place Nathalie-Sarraute, songent à partir. Ils ne supportent plus ce climat d?insécurité. Certains jours, ils nous disent qu?ils doivent fermer leur commerce plus tôt pour éviter les violences qui font fuir leurs clients et pour éviter qu?il n?y ait des victimes - je parle des attitudes agressives et violentes de personnes qui sont sous l?effet du "crack".

Les habitants aiment leur quartier. Ils font des propositions pour améliorer leur cadre de vie mais, seuls, ils se sentent démunis. Ils ont le sentiment, encore une fois, de ne pas être entendus.

La situation, mes chers collègues, ne peut plus durer. Des mesures structurantes, lourdes, doivent être prises. La revitalisation des quartiers populaires passent par le dynamisme des commerces de proximité et la tranquillité publique, l?un n?allant pas sans l?autre. Avec Pierre-Yves BOURNAZEL, nous ne cessons, Conseil après Conseil, de vous le dire. C?est d?une vraie politique de revitalisation dont Paris et le 18e arrondissement ont besoin dans le long terme et, je le répète, dans la concertation avec celles et ceux qui vivent dans ces quartiers, et les connaissent mieux que quiconque.

Je vous remercie.

(M. Patrick BLOCHE, adjoint, remplace Mme Véronique LEVIEUX au fauteuil de la présidence).

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Christian HONORÉ.

Je donne la parole à Colombe BROSSEL, pour vous répondre.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe. - Merci beaucoup, Monsieur le Maire.

Avec Eric LEJOINDRE et Anne HIDALGO, nous sommes tout à fait déterminés à ce que l?engagement de la Ville de Paris et de la mairie du 18e, au service des habitants des quartiers populaires et en l?espèce du 18e arrondissement, soit le plus complet, le plus total. Notre objectif est en effet de lutter contre les inégalités et d?améliorer les conditions de vie des habitants.

Vous nous interpellez, et à juste titre, Monsieur HONORÉ. C?est d?ailleurs un dialogue que nous avons avec Eric LEJOINDRE et Anne HIDALGO régulièrement avec les habitants du 18e en l?espèce, mais également d?autres arrondissements de Paris.

C?est un travail que nous remercions la Préfecture de police d?initier. Il nous faut mieux réguler l?espace public et permettre que les habitants puissent, en sécurité et en tranquillité, traverser les rues, les places, les entrées de métro, les entrées de parking dans un certain nombre de quartiers du 18e arrondissement.

C?est la parole forte que nous portons avec Eric LEJOINDRE et Anne HIDALGO. C?est aussi parce que, dans le cadre de nos prérogatives et de nos compétences, nous croyons que, dans nos quartiers populaires, la question de la lutte contre les inégalités et de l?amélioration de la vie quotidienne est au c?ur des engagements que nous avons à prendre, que nous devons prendre pour les habitants.

Je suis très contente que nous puissions présenter, une année encore, cette troisième enveloppe, comme nous l'appelons entre nous, qui permet d?accompagner des projets portés par des associations dans les quartiers populaires.

Par exemple, c?est pouvoir accompagner l?extraordinaire association "Adage" dans le 18e arrondissement qui vise à préparer des femmes en grande précarité sociale à pouvoir accéder à un emploi stable dans le domaine médical, qu?elle soit aide-soignante ou auxiliaire de puériculture avec un partenariat avec l?hôpital Bichat. Ce que nous faisons dans le cadre de la délégation aux quartiers populaires, c?est accompagner "Adage" pour que des femmes puissent retrouver un emploi.

C?est aussi, pour rester dans le 18e arrondissement, accompagner la "Salle Saint-Bruno" pour que, au-delà de l?action en matière d?insertion, de formation et d?emploi, qui est conduite par l?espace de proximité emploi, il y ait une action supplémentaire pour les jeunes de la Goutte-d?Or. C?est un sujet qui est ressorti notamment lors des actions "Tous mobilisés".

C?est pour cela qu?un accompagnement est proposé par Eric LEJOINDRE, Anne HIDALGO et moi-même pour l?association "Ney Village", dans le quartier Charles-Hermite, qui souhaite favoriser le lien social. Ceux qui connaissent Charles-Hermite savent à quel point il est important d?ouvrir le quartier sur l?extérieur et de multiplier les animations et le temps de partage avec les habitants.

Je pourrais continuer comme cela la liste mais vous avez, je n?en doute pas, lu attentivement l?ensemble des projets des associations qui se trouvent dans ce projet de délibération.

Je vous remercie donc par avance de votre soutien et je sais que nous porterons ensemble - nous le faisons d?ailleurs régulièrement dans ce Conseil - notre ambition pour que l?ensemble des acteurs, que ce soit la Ville de Paris et que ce soit aussi l?Etat dans toutes ses composantes - je le dis volontairement et notamment en rebondissant sur votre interpellation sur les usagers de drogue dans l?espace public - car tous ensemble nous serons plus fort pour faire en sorte que l?ensemble des services de l?Etat entendent les revendications légitimes et nécessaires des habitants.

Soyez en tout cas persuadé, Monsieur HONORÉ, qu?avec Eric LEJOINDRE et Anne HIDALGO, c?est notre combat de tous les jours. Merci par avance de le porter avec nous, ensemble nous serons plus forts.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Colombe BROSSEL.

Je vais donner la parole à Virginie DASPET, pour une explication de vote.

Mme Virginie DASPET. - Je serai extrêmement rapide.

Ce serait bien que M. HONORÉ lise les projets de délibération avant d?intervenir dessus parce que je crois qu?il y a là manifestement confusion. Je comprends bien les situations que vous dénoncez pour des commerçants, des questions de sécurité ou de tranquillité publique, mais on est en train de parler d?associations qui portent des actions, qui contribuent à la prévention dans ces quartiers, qui mobilisent des bénévoles. Ce sont des actions typiquement citoyennes et je ne comprends pas du tout votre intervention.

Pour le groupe "Génération.s", je voulais réaffirmer à Colombe BROSSEL tout notre soutien pour ce type d?actions.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci pour cette explication de vote.

Je mets aux voix, à main levée, le projet d?amendement n° 150 déposé par l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet d'amendement n° 150 est adopté.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDCT 147 ainsi amendé.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération amendé est adopté. (2018, DDCT 147).

2018 DPSP 10 -