Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

63 - QOC 2003-362 Question de M. Georges SARRE et des membres du groupe du Mouvement républicain et citoyen à M. le Maire de Paris concernant des mesures à mettre en œuvre afin d'assurer un développement durable du taxi parisien et d'améliorer la qualité du service rendu

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2003


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons à la question 362. Vous avez de nouveau la parole, Madame CAPELLE.
Je donne la parole à Mme CAPELLE.
Mme Liliane CAPELLE. - Ma question concerne les taxis parisiens.
Le 25 février dernier, le Conseil de Paris a émis un avis favorable à une augmentation de 10 %, sur une période de cinq ans, du nombre des licences d'exploitation des taxis parisiens, ce qui est de nature à permettre une amélioration sensible de l'offre de taxis proposée à l'ensemble des usagers.
En cette occasion, le Président du groupe des élus du Mouvement républicain et citoyen, M. Georges SARRE, a proposé la mise en ?uvre d'une série de mesures complémentaires permettant d'assurer un développement durable du taxi parisien, et une amélioration de la qualité du service rendu aux usagers.
Ces mesures visaient à améliorer le statut des chauffeurs locataires, à renforcer la sécurité de l'ensemble des chauffeurs, à aménager les aires de prise en charge, à favoriser l'instauration d'une "charte de qualité" et à mettre en place "une carte orange taxis" ainsi que des "chèques taxis" pour certaines catégories d'usagers.
Ces propositions constituent la base d'une politique ambitieuse en faveur de ce mode de transport qui représente, à Paris notamment, une alternative idéale à la voiture particulière et aux transports en commun. C'est pourquoi nous demandons au Maire de Paris s'il envisage rapidement de lancer les études nécessaires à leur mise en ?uvre.
Je vous remercie.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Monsieur BAUPIN, vous avez la parole.
M. Denis BAUPIN, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.
Comme vous le savez, le 25 février dernier, nous avons adopté en Conseil de Paris une délibération qui permettait de donner l'accord de la Ville de Paris au projet d'augmentation du nombre de licences de taxis parisiens présenté par le Préfet de police.
A la suite de ce vote, nous avons aussi poursuivi le travail que nous avions déjà entamé préalablement sur les améliorations possibles en ce qui concerne le fonctionnement des taxis dans Paris puisque nous considérons les taxis comme un élément du transport collectif, et donc à favoriser dans la Capitale.
Je rappelle que, depuis le début de la mandature, nous avons mis en place des couloirs de bus qui sont totalement accessibles aux taxis et permettent donc à ces véhicules de circuler plus rapidement. Nous participons aussi à un groupe de travail mis en place par la Préfecture de police et la S.N.C.F. sur l'amélioration de l'accessibilité des gares pour les taxis. Nous avons, avec Jean-Pierre CAFFET, des réunions régulières avec la S.N.C.F. sur les différents aspects du fonctionnement des gares parisiennes.
Nous avons engagé un diagnostic sur le fonctionnement des 474 stations de taxis parisiennes, qui sera achevé dans les semaines qui viennent et permettra de déboucher rapidement sur des propositions significatives en terme d'amélioration, à la fois de l'emplacement de ces stations, de leur fonctionnement, de voir si éventuellement certaines pourraient être dotées de services spécifiques et aussi d'améliorer la lisibilité de ces stations, notamment la nuit puisqu'il est vrai qu'elles sont assez peu visibles.
Nous travaillons aussi avec les professionnels sur la mise en place de taxis supplémentaires qui puissent être équipés spécialement pour la prise en charge de personnes handicapées, une délibération devrait être soumise prochainement au Conseil de Paris sur ce sujet.
L'amélioration de la qualité du service sera aussi l'un des principaux objets d'une association que nous comptons créer avec les professionnels, qui a déjà été évoquée au moment de l'adoption du budget de la Ville et qui s'appellera "Paris Capitale Taxi". Elle nous permettra de discuter conjointement de l'amélioration de cette qualité du service.
En ce qui concerne le statut des chauffeurs, je voudrais vous rappeler que ce statut ne relève pas de la Ville de Paris, mais de la Préfecture de police, de la même façon que la question de la sécurité des chauffeurs. Concernant les tarifs, ils ne dépendent pas, là non plus, de la Ville, mais du ministère des Finances. C'est dans ce cadre que les réflexions sur la mise en place de "chèques taxis" ou d'une "carte orange taxis", comme évoqués par Georges SARRE, doivent être étudiés avec une réflexion à mener en ce qui concerne ces propositions avec la profession et surtout avec la Préfecture de police qui a la tutelle sur cette profession.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.