Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2018 DGRI 61 - Subvention (100.000 euros) et signature de la convention avec le C40 pour leur programme "Réinventer les Villes" ("Reinventing Cities" - Seconde édition).

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2018


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DGRI 61.

La parole est à Alexandre VESPERINI.

M. Alexandre VESPERINI. - Merci, Monsieur le Président.

Chers collègues, voici donc une cotisation, une subvention de 100.000 euros au collectif C40 des maires des grandes villes qui a été constitué, il y a quelques années, et que préside depuis 2015 la Maire de Paris.

Evidemment, au groupe PPCI, nous voterons cet engagement financier, mais ce projet de délibération me donne l?occasion de me pencher sur les objectifs que poursuit la Ville de Paris dans le domaine de l?influence de Paris, et donc de l?influence de la France dans le domaine international.

L?action internationale de la Ville de Paris représente 6,5 millions d?euros chaque année. Je le rappelle puisque nous sommes en pleine séquence budgétaire et c?est toujours utile de le rappeler. La Ville de Paris est engagée dans différents réseaux internationaux de villes et de métropoles. C?est le cas du C40 avec ces 100.000 euros qui sont investis cette année. C?est le cas également avec la bien connue "Association internationale des maires francophones", pour laquelle nous allons consacrer 1,6 million d?euros pour trois ans, mais 45.000 euros cette année. Mais il y a également d?autres associations, d?autres réseaux et organisations dans lesquels la Ville de Paris est engagée. C?est notamment l?Association française du Conseil des communes et régions d?Europe pour 20.000 euros, l?Association internationale des maires francophones comme je viens de le rappeler, l?association "Citées Unies Europe" pour 12.407 euros en 2018, "Eurocities" pour 15.000 euros, l?"International Cities of Refuge Network" pour les réfugiés avec 2.300 euros - peut-être devrions-nous d?ailleurs nous interroger sur la faiblesse de cette subvention - et enfin C.G.L.U. Commission culture pour 8.000 euros. Je pourrais également ajouter d?autres cotisations nombreuses à différentes associations et différents réseaux, les villes de l?Unesco, etc. Je ne remets pas du tout en cause ces subventions, ce n?est pas du tout mon propos. En revanche, je regrette, dans le cadre de la séquence budgétaire que nous avons vécue, que nous n?ayons pas eu davantage d?informations sur les véritables objectifs poursuivis par la Ville de Paris à travers toutes ces subventions et ces cotisations. Nous n?avons pas de bleu budgétaire, comme on devrait en avoir un dans une collectivité digne de ce nom pour une métropole comme Paris. Nous avons eu un PowerPoint nous présentant l?engagement de la Ville de Paris dans le domaine de l?action internationale. Je sais le dévouement et l?efficacité des fonctionnaires et des agents de la DGRI - je le sais d?autant mieux que mes bureaux sont justes en dessous de ceux de la DGRI - mais je trouve qu?on devrait davantage mettre en valeur l?engagement de la Ville de Paris dans ce domaine. Et j?aimerais quand même que la Ville de Paris nous explique, que l?Exécutif vienne devant nous, les Conseillers de Paris, pour nous expliquer quels sont les objectifs clairement à long terme et stratégiques de tous ces engagements financiers. J?ai déjà eu l?occasion de le dire, je trouve que l?action internationale est un enjeu important au sein de la Ville de Paris. L?influence, le "soft power" de la France passe aussi par l?engagement des collectivités locales au premier rang desquelles se trouve Paris, puisque Paris dispose de moyens particulièrement importants dans ce domaine. Mais encore une fois, j?aimerais que nous puissions disposer d?une feuille de route, que nous puissions nous prononcer chaque année ou au moins à mi-mandat, tous les trois ans, sur l?utilité et les objectifs poursuivis par ces subventions. A un moment donné, le jour où nos comptes budgétaires ne nous permettrons plus de donner autant d?argent à autant d?associations et d?organisations, je regretterais que nous ne soyons obligés dans quelques années d?utiliser un rabot et de réduire ces subventions à l?aveugle. C?est la raison pour laquelle j?insiste sur le fait de mieux documenter les subventions, de mieux documenter les appuis financiers que vous accordez à ces différents organismes qui, c?est vrai, ne sont pas toujours bien contrôlés par les différents organismes de contrôle, à commencer par la Chambre régionale des comptes. Merci.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Alexandre VESPERINI.

Je donne la parole à Hermano SANCHES RUIVO.

M. Hermano SANCHES RUIVO. - Monsieur le Maire, je vais m?attacher déjà à encore mieux expliquer, sur ce projet de délibération plus particulièrement, ce soutien à réinventer cette convention de "Reinventing Cities".

Depuis 2014, avec la première édition de "Réinventer Paris", nous avons décidé de changer les règles du jeu de la construction à Paris, à la place des ventes aux enchères de terrains publics, nous avons imposé un choix se basant sur la qualité, les communs créés par le quartier et pour Paris, et enfin l'exigence environnementale.

Faire muter et accompagner les mutations d'une industrie telle que celle de l'immobilier n'est pas une mince affaire, des décennies de monopole du béton, des entreprises qui investissent peu dans la recherche et développement, des commerces en pied d'immeuble apportant peu au quartier, etc.

C'est la raison pour laquelle nous avons enclenché une démarche novatrice à l'échelle de Paris, puis à celle de l'axe Seine "Réinventer la Seine", puis à celle de la Métropole, "Inventons la Métropole du Grand Paris", afin de bousculer les règles du jeu.

Ces appels à projets ont introduit des changements majeurs et notamment des créations systématiques de directions de l'innovation chez les promoteurs, ainsi que l'embauche de profils différents.

C'est là un premier succès d'importance.

Nous nous sommes peu à peu également rendu compte qu'il fallait agir à l'échelle internationale si nous voulions faire changer les choses plus rapidement. Là est la raison spécifique d'être de "Reinventing Cities".

L'industrie du bâtiment est l'une des plus polluantes au monde, on estime qu'elle est responsable de 25 % des émissions de CO2 et de l'extraction de 50 % des ressources naturelles.

Comme pour la mobilité, nous devons agir à l'échelle mondiale pour créer des changements technologiques de rupture.

"Reinventing Cities" permet d'envoyer un message très fort au marché, des villes du monde entier souhaitent révolutionner les modes de construction pour qu?ils soient compatibles avec les objectifs de l'Accord de Paris.

L'écart à résorber est énorme pour atteindre ces objectifs. Pourtant, il est important que dans la lignée de l'Accord de Paris, notre ville ait un rôle de leader concernant la reconstruction écologique. "Reinventing Cities" apporte à Paris ce rôle de leader et permet d'accélérer les choses.

Nous avons intégré à cette première édition des sites majeurs : la Porte de Montreuil, l'une des plus grandes opérations d'aménagement à venir qui était bloquée depuis 15 ans, qui transformera une porte aujourd'hui peu amène en espace métropolitain de destination. Ainsi que les passerelles au-dessus de la Seine, un site à Saint-Denis et un site à Bobigny ont également été intégrés.

Cette première édition en cours est un grand succès avec 15 villes partenaires et plus de 200 réponses. Etant donné le grand nombre de villes qui se sont montrées intéressées par la suite, nous souhaitons lancer une seconde édition avec le C40.

Le lancement d'un tel appel à projets demande des fonds dédiés, car il faut étudier les sites, étudier leur habilité, communiquer largement auprès de l'écosystème, puis analyser en détail les projets soumis.

Chaque ville partenaire doit donc accompagner financièrement le C40.

Une fois la démarche lancée, nous identifierons avec vous des sites "Reinventing Cities" pertinents à Paris, afin de permettre à nouveau d'engager des mutations urbaines.

Au-delà de nos sites et avec votre soutien "Reinventing Cities 2" permettra d'asseoir la légitimité mondiale de Paris comme leader de la construction post carbone. Pour cela, je vous en remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Hermano SANCHES-RUIVO.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DGRI 61.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2018, DGRI 61).