Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

relatif aux occupations temporaires ou pérennes des collectifs d'artistes.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2018


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous passons à l?examen d?un v?u non rattaché et je donne la parole à Léa FILOCHE pour le présenter. Il s?agit du v?u n° 174.

Quel est le membre de votre groupe qui présente le v?u n° 174 ? Yves CONTASSOT a la parole et lui seul.

M. Yves CONTASSOT. - Merci, Monsieur le Maire.

Vous savez, la Ville permet à des collectifs d?artistes d?occuper régulièrement ce que l?on appelle le domaine intercalaire lorsqu?il y a des friches ou des espaces qui sont provisoirement libres en attendant d?y réaliser des opérations d?aménagement ou de construction.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - M. CONTASSOT souhaiterait un peu de silence pour que nous puissions l?écouter dans de meilleures conditions.

M. Yves CONTASSOT. - Merci, Monsieur le Maire.

La difficulté est qu?il y a relativement peu d?espaces libres provisoirement alors que la demande est considérable.

L?objectif de ce v?u est de permettre à la Ville d?accompagner les collectifs - en tout cas, c?est le souhait que nous formulons - pour qu?il y ait une recherche auprès des promoteurs, des propriétaires, des bailleurs pour qu?ils mettent plus facilement à disposition leurs espaces et qu?il y ait également un accompagnement, comme cela a été fait pour les jardins partagés, lorsqu?on arrive au terme de l?occupation, pour éventuellement trouver d?autres lieux et faciliter les relogements.

Merci.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Yves CONTASSOT.

La parole est à Frédéric HOCQUARD, pour vous répondre.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint. - Merci, Monsieur CONTASSOT, et pour ce v?u.

Nous avons été saisis par un certain nombre de collectifs artistiques et culturels. Vous le savez, la richesse de Paris réside dans la diversité et la variété de son tissu culturel. Nous le soutenons d?abord par une politique forte d?interventions et directe de soutien aux artistes, aux créateurs, aux porteurs de projets culturels par la construction ou la rénovation d?équipements culturels. Cependant, nous sommes aussi conscients que nous ne sommes pas en mesure de proposer à tous les artistes des lieux de création.

En parallèle, depuis des décennies, des modèles plus collectifs, coopératifs ou s?inscrivant dans ce qui peut être un tissu de l?économie sociale et solidaire, se développent.

Pour une ville plus vivante, plus coopérative et plus solidaire, prenant en compte ce qui émerge dans nos quartiers, tout en étant conscients de la pression du foncier et aussi parfois des mises en concurrence rendues obligatoires, il nous faut pouvoir répondre aux difficultés que connaissent les tiers-lieux comme on nommait, il y a quelques années, les nouveaux territoires de l?art. Il en va de même pour les collectifs d?artistes et les recherches de locaux.

Récemment, deux associations d?artistes ont manifesté dans la presse ou nous ont interpellés sur leur situation délicate. Il s?agit du "Wonder-Liebert" établi à Bagnolet et du "Clocher" dans le 12e arrondissement dont nous avons longuement parlé ici, mais pas sur son aspect artistique. Ces collectifs développent des projets artistiques d?occupation temporaire sur les sites en transition dans le respect des calendriers décidés avec la R.A.T.P. ou avec un promoteur. Malgré la qualité des équipes et des artistes, ces collectifs sont à la recherche de lieux de plusieurs milliers de mètres carrés dans le but de relancer les activités multiples : arts plastiques, artisanat d?art, arts de la rue, pratiques théâtrales, et j?en passe. Ils rencontrent de réelles difficultés dans leur recherche d?espaces de travail collaboratifs dans Paris et la Métropole. Je sais que ma collègue Danièle PREMEL est aussi mobilisée sur cette question.

Je suis pleinement conscient que ce sujet concerne aussi la Ville et la Métropole car, là aussi, il y a un combat pour la diversité à mener pour que chacun puisse trouver sa place dans notre ville. La force d?une ville, c?est aussi quand la mixité artistique se développe en son sein. Ce sujet concerne aussi les foncières.

C?est pourquoi, avec Jean-Louis MISSIKA, nous avons saisi les différentes foncières de la Ville. J?ai écrit à certaines d?entre elles?

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci?

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint. - ? et aux maires de différentes communes, afin que nous puissions trouver une solution pour ces collectifs.

Je donnerai donc un avis favorable à ce v?u.

Je vous en remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Parfait. Merci, Monsieur le Maire.

Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 174 avec un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u est adopté. (2018, V. 672).